Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des mâles entiers bien élevés

L'arre?t de la castration chirurgicale est le sujet majeur d'aujourd'hui. Les recherches institutionnelles progressent, tandis que Cooperl a déjà lancé la production de ma?les entiers a? grande e?chelle.

Le projet de la production de mâles entiers s'est brutalement accéléré. L'annonce faite par Cooperl de passer à l'échelle industrielle fait suite à plus d'un an de recherches menées dans la plus grande discrétion. Parmi une quarantaine d'éleveurs qui se sont prêtés aux différents essais, deux d'entre eux témoignent. Et concluent ensemble que l'arrêt de la castration n'a eu pour eux que des avantages, confirmés par les résultats techniques et économiques.

Les études en station « qui mobilisent l'Ifip» selon Nathalie Quiniou, ne cessent de confirmer les observations de terrain. Les mâles entiers s'avèrent des animaux plutôt placides, sans agressivité ni comportement sexuel particulier, même lourds.  Leur principal avantage est de pouvoir transformer mieux que les femelles l'aliment, donc améliorer l'indice et contribuer à la diminution des rejets, et plus musclés et plus maigres que les castrés, ils affichent des TMP records.

Quant à la conduite alimentaire, elle se précise dans un sens de simplification peut-être inattendu. Les mâles entiers sont particulièrement adaptés à une alimentation à volonté et ne nécessitent pas de sexage, la présence de femelles dans leur case étant plutôt favorable à leur comportement. Toutes les craintes sur l'élevage de ce type d'animal sont donc balayées les unes après les autres.

Reste que le problème des odeurs n'est pas totalement résolu. Le scatol et l'androsténone, les deux composés malodorants majeurs, sont retrouvés à des seuils trop élevés dans un certains nombre de carcasses dont le pourcentage reste à préciser. Les données de la recherche sont obsolètes, et les plages de variation annoncées ne sont pas crédibles (entre 8 et 25 % des mâles).

A la Cooperl, ces statistiques sont bien entendues bien connues mais restent confidentielles, avec des données portant sur plus de 30 000 carcasses observées à la loupe depuis plus d'1 an. Ou plutôt reniflées, puisqu'à ce jour, le « nez humain » reste la meilleure méthode pour détecter des carcasses malodorantes sur la chaîne d'abattage.

C'est en tout cas le procédé qui est aussi généralisé en Europe du Nord, comme le décrit le responsable qualité du groupe Vion, qui abat 75 000 mâles entiers par semaine . Lourens Heres juge que ces nez humains restent le meilleur procédé, en attendant des « nez électroniques » qui restent à inventer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
L’épizootie de la fièvre porcine africaine décime le cheptel chinois
Entre 30 et 50 % de la production de porc chinoise aurait disparu. L’efficacité des mesures de biosécurité réclamées par le…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement de 1944 places séparé du site de naissage
Frédéric Baudet, éleveur à Maroué (Côtes d’Armor), vient de construire un engraissement de 1 944 places sur racleur. Ce bâtiment…
Vignette
La consommation de porc bio en forte hausse
La tendance est à la démocratisation de la consommation de produits biologiques. Pour faire face à cette demande croissante, le…
Vignette
Au Gaec La Blanche, l’élevage se restructure autour d’une maternité neuve de 96 places
Au Gaec La Blanche, la réorganisation de l’outil de production de 430 truies en multiplication et de la conduite d’élevage s’…
Vignette
L’alimentation animale bio manque de matières premières
Le secteur de l’alimentation animale biologique bénéficie d’une croissance importante. Mais la production végétale française …
Vignette
Cooperl signe une joint-venture avec Vereijken

À travers un partenariat signé le 25 mars, Cooperl et la société néerlandaise Vereijken spécialisée dans la fabrication…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)