Aller au contenu principal

Des éleveurs unanimement satisfaits des cases ascenseur pour les truies en maternité

Selon une enquête des chambres d’agriculture de Bretagne, les éleveurs interrogés sont satisfaits de leurs cases ascenseur, tant d’un point de vue technico-économique que sur les aspects de sérénité et de confort au travail.

Avec les cases ascenseur, le gain net de prolificité estimé est de 0,36 porcelet sevré par portée. © D. Poilvet
Avec les cases ascenseur, le gain net de prolificité estimé est de 0,36 porcelet sevré par portée.
© D. Poilvet

De manière unanime, les éleveurs équipés de cases ascenseur qui ont participé à l’enquête des chambres d’agriculture de Bretagne considèrent avoir plus de porcelets sevrés avec cet équipement. Ils n’ont en moyenne que deux à trois ans de recul mais expriment leur satisfaction sur son fonctionnement et ont gagné en tranquillité d’esprit. La surveillance est jugée plus simple lors des mises bas. Tous les éleveurs déclarent se sentir plus sereins et avoir gagné en tranquillité d’esprit. Ils émettent aussi un avis positif sur l’amélioration des performances techniques, notamment le nombre de sevrés. Le fonctionnement et l’entretien des cases ne posent aucun problème pour 95 % d’entre eux. Dans huit élevages, le sevrage est estimé plus rapide, grâce au relevage des cases qui facilite la prise des porcelets. Le système de relevage ne perturbe pas le comportement des truies et des porcelets. La conduite d’élevage dans la maternité est restée inchangée dans 22 élevages. Aucun problème d’accès des porcelets à la mamelle n’a été signalé lorsque la case ascenseur est en position haute. L’investissement est jugé bon au regard du rapport coûts/bénéfices. Le lavage-désinfection ne constitue pas une contrainte. Les éleveurs ne relèvent aucune blessure particulière sur leurs animaux liée au système ascenseur et trouvent leurs truies plus calmes.

Moins de perte sur nés vifs

L’analyse des performances repose sur les données issues de la gestion technique des troupeaux de truies (GTTT). Elle porte sur 17 élevages qui ont fourni leurs données et pour lesquels la part des cases ascenseur représentait entre 45 % à 100 % des places de maternité. Pour chaque éleveur, la GTTT est analysée sur une période d’un à deux ans, avant et après l’installation des cases ascenseur. Cette installation s’étale d’août 2014 à février 2018 selon les élevages. Les résultats sont calculés à partir de la moyenne des élevages, indépendamment de leur nombre de truies présentes.
Entre les deux périodes, la prolificité augmente (+ 0,6 né vivant/portée), sans pouvoir établir de lien avec la présence de la case ascenseur. Ceci oblige à relativiser les effets liés à cette case. Néanmoins, le taux de pertes sur nés vifs a baissé, passant de 14,7 % à 12,2 %. Entre les deux périodes, le gain net estimé en tenant compte de l’augmentation de la prolificité est de 0,36 sevré/portée comparativement à un gain brut de 0,8 sevré/portée. Dans l’échantillon analysé, trois élevages voient toutefois leur taux de pertes sur nés vivants augmenter, passant de 12,7 % à 14,5 %, après la mise en place des cases, tout en affichant une augmentation importante de la prolificité de + 0,9 né vivant/portée. Il y a donc bien une amélioration des performances en maternité, grâce en premier lieu à l’acquisition des cases ascenseur. Cependant, l’analyse des résultats techniques demeure complexe du fait de la faible taille de l’échantillon et de la multifactorialité des performances en maternité.

Avis des éleveurs sur les cases ascenseur

Moins de surveillance, plus de sérénité et de meilleures performances techniques

 
Source : chambres d’agriculture de Bretagne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)