Aller au contenu principal

Des capteurs connectés pour gérer les silos d’aliment

En informant sur le niveau de remplissage des silos, les capteurs facilitent le suivi du stockage des aliments, pour l’éleveur comme pour le fabricant d’aliment. Plusieurs solutions ont été présentées lors du Space.

Les capteurs connectés pour silos permettent de suivre à distance et en temps réel les stocks d'aliment.
Les capteurs connectés pour silos permettent de suivre à distance et en temps réel les stocks d'aliment.
© D. Poilvet

Qui n’a pas un jour été confronté à une rupture imprévue d’aliment dans le silo ? Pour aider l’éleveur à suivre les niveaux de remplissage de ses silos, plusieurs solutions de capteurs ont vu le jour ces dernières années. En plus de l’aspect sécuritaire (plus besoin de monter en haut du silo), ces outils permettent de suivre à distance et en temps réel les stocks d’aliment. Leur intérêt est aussi l’optimisation des livraisons que cela soit à l’échelle de l’éleveur (commande de camions pleins) ou du fabricant (lissage des livraisons en semaine, optimisation des tournées en particulier dans les zones à plus faible densité d’élevage…).

La société bretonne Ijinus a été pionnière dans ce domaine, avec son capteur primé par un Innov’space en 2015 (voir ci-contre). D’autres systèmes, également adaptés à l’élevage, ont été présentés lors du dernier Space. Ils utilisent diverses technologies de mesures.

 

Rotecna : un capteur par rayon laser

 

 
Capteur Silotronic de Rotecna © A. Puybasset

 

Distribué par Intertec, le capteur Silotronic de Rotecna mesure par rayon laser le niveau des solides contenus dans les silos jusqu’à 25 mètres de hauteur. Fixé sur le haut du silo, le capteur en plastique moulé étanche s’adapte à tous types de silos, y compris les cônes déportés. La transmission des données se fait par les ondes radio basses fréquences. Le contrôle du niveau de remplissage se fait en temps réel via une plateforme disponible à partir d’un smartphone ou d’un ordinateur (géolocalisation GPS du silo). Son niveau de précision est de 8 à 15 %, suffisant pour de la gestion de stock d’aliment. Il permet de programmer plusieurs niveaux d’alarmes et de visualiser par un code couleur le niveau de remplissage.

Prix public : 800-900 euros avec un abonnement pour cinq ans à la plateforme
 
 

Agrilab.io : une haute précision de mesure

 

 
Capteur Oslo d'Agrilab.io © A. Puybasset

 

Agrilab.io, division agricole de la société bretonne Four Data, basée à Vannes (56), présente son capteur de niveau connecté Oslo. Vissé sur le capot, il mesure le taux ou le niveau de remplissage du silo (contenant solide ou liquide) via une sonde Lidar (télédétection par led infrarouge). Les données, mesurées en cinq points et jusqu’à une fois par heure, sont envoyées via les réseaux Sigfox et Lora ou 4G (réseaux radio basse fréquence pour les objets connectés IoT). Les informations sont visibles sur une interface et des alertes peuvent être paramétrées (deux interfaces possibles pour l’éleveur (FuelSens) ou la coopérative (FuelDesk)). « Un nouveau capteur à technologie radar sortira dans l’année 2022 et pourra être installé à l’extérieur du silo, explique Valentine Bornot, d’Agrilab.io. En plus de la gestion du stock d’aliments, le capteur permet de réduire les ruptures à venir et les besoins en production. Il a une précision suffisante pour le suivi des consommations par les animaux (évaluation de l’indice de consommation). »

Coût : à partir de 650 euros pour le capteur + 36 euros d’abonnement par an
 
 

Nanolike : une solution non intrusive

 

 
Capteur par jauge de contrainte Nanolike © Nanolike

 

La start-up toulousaine Nanolike a mis au point un système qui ne nécessite pas de percer le silo, évitant d’impacter son étanchéité. Il est composé d’un capteur qui se fixe à l’aide de deux vis sur l’un des pieds du silo, à hauteur d’homme. Il utilise une jauge de contrainte qui capte les microdéformations (de l’ordre du micron) subies par le pied du silo en fonction de la quantité d’aliment qu’il contient. « Il s’installe facilement, en l’espace de 20 à 30 minutes, et convient pour des silos de 3 à 60 tonnes, avec tout type de pieds », précise Laura Marraud des Grottes de Nanolike. Le capteur sans fil a une autonomie de cinq ans. Les données enregistrées par le capteur sont traitées via des algorithmes développés par l’entreprise. Elles sont envoyées via le réseau Sigfox et cellulaire. Le taux de remplissage des silos est calculé avec un niveau de précision de 5 à 10 %. L’éleveur peut le consulter sur une application mobile ou sur une interface web. Elle lui permet aussi de prévoir quand le silo sera vide, de configurer des alertes et passer une commande. Le capteur a été développé en partenariat avec Calipro (solution intégrée dans la plateforme web My Cooperl Suite) qui en est le distributeur. Il est aussi commercialisé depuis 2021 par l’équipementier Tuffigo rapidex. 

Prix public : 599 euros pour le capteur + 59 euros d’abonnement annuel (sur cinq ans)
 
 

Le capteur à ultrasons d’Ijinus

 

 
Capteur à ultrasons d'Ijinus © P. Le Douarin

 

L’entreprise Ijinus a été primée Innov’space en 2016 pour sa technologie de gestion des stocks de silos basée sur l’utilisation d’une sonde à ultrasons (imagerie acoustique). Le capteur autonome sans fil est placé en haut du silo (étanchéité IP65). Le capteur maître relié par radio aux autres capteurs de silos (jusqu’à 7 silos esclaves) envoie les données via une liaison GSM/GPRS. Elles sont transmises à l’interface Ijitrack qui mesure les données de remplissage et permet de paramétrer des alarmes, qui peuvent générer un message par SMS ou e-mail. Ijinus annonce un niveau de précision de 5 % sur un aliment solide (1 % sur liquide). La société propose aussi une solution pour 9 à 32 silos, nécessitant un point d’accès alimenté.

 

 

Une appli de gestion des stocks chez Tuffigo rapidex

 

 
Appli MyTR Silos de Tuffigo-Rapidex © Tuffigo-Rapidex

 

Tuffigo rapidex a lancé fin 2021 son application MyTR Silos pour passer une commande d’aliment directement à partir de son smartphone. Disponible sur Apple ou Android, l’appli indique le niveau de remplissage des silos en temps réel et le prévisionnel de stock à 4 jours. « Il suffit de sélectionner le silo à renouveler, de préciser le tonnage et le type d’aliment puis par un clic de déclencher l’envoi d’un mail prérempli de commande au fabricant d’aliment », explique Jean-Lou Le Guellec, de Tuffigo rapidex. Grâce à l’appli, les fabricants d’aliment peuvent livrer à leur parc de clients le juste stock au bon moment, optimisant leur chaîne logistique. MyTR Silos traite les données de remplissage des silos provenant de deux systèmes de mesures : les pesons sous silo avec jauge de contrainte via la régulation du bâtiment ainsi que la solution de capteur connecté de la société Nanolike. Cette dernière solution est proposée sous la forme d’un abonnement annuel de 59 euros (sur cinq ans) et le capteur à 599 euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement

 

Selon les données de l’observatoire de la formation des prix des marges (…

Coup de chaleur : 4 points de vigilance pour limiter le stress thermique des porcs
Anticiper le risque de stress thermique à l’approche de la saison estivale doit être un prérequis d’une bonne conduite d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)