Aller au contenu principal

Déconcentrer la protéine pour sécuriser le sanitaire des porcelets

Philippe Kerouedan fabrique et distribue un aliment 2e âge déconcentré en protéines en post-sevrage. Grâce à cette stratégie alimentaire, il peut travailler en aliment blanc sans impacter les résultats techniques.

Philippe Kerouedan, l'éleveur, ici en compagnie de sa techicienne FAF Triskalia, Odile Le Bars. " Enrichir l’aliment en protéines n’aurait aucun intérêt, saut à devenir une source à risques pathologique."
© B. Plesse

En 2004, Triskalia sortait des sentiers battus en lançant un plan alimentaire qui visait à distribuer des aliments déconcentrés en protéines en PS. Cette stratégie, appelée aujourd’hui Exelia, Philippe Kerouedan, gérant de l’EARL éponyme à Beuzec-Cap-Sizun, dans le Finistère, l’applique notamment pour son aliment 2e âge depuis qu’il s’est mis à le fabriquer en 2005. Ce choix lui permettait alors de baisser le coût de formule (-15 €/t comparé à une formule classique) tout en sécurisant le sanitaire et en maintenant des niveaux de performances techniques. « Là où la plupart des autres formulations imposent un aliment 2e âge avec une protéine brute entre 15,5 et 16, ici elle est à 14,83 », explique Odile Le Bars, technicienne FAF Triskalia. Ce programme, l’éleveur le suit toujours. D’autant que depuis la restructuration de ses bâtiments en 2012 en lien avec la mise aux normes bien-être des truies, et l’application d’une marche en avant stricte accompagnée d’un plan vaccinal pour les porcelets, l’exploitant a pu supprimer totalement l’utilisation de sa pompe doseuse pour produire des porcs sans antibiotique nourris avec des aliments exclusivement blancs.

Couvrir les besoins des porcelets en acides aminés

« Malgré un aliment moins riche en protéines, mes performances suivent », justifie l’éleveur. Des performances permises par une formulation qui couvre les besoins réels des porcelets en acides aminés, depuis la lysine jusqu’à la valine. Avec des porcelets sevrés à 21 jours au poids moyen de 6,4 kg, le poids moyen de sortie du post-sevrage est de 68,8 kg après une durée de présence de 60 jours. Le GMQ 8-30 kg est de 506 grammes par jour, et l’âge à 30 kg de 71 jours. Le faible taux de pertes en post-sevrage (1,1 %) révèle l’excellent état sanitaire des animaux. « Enrichir l’aliment en protéines n’aurait aucun intérêt, sauf à devenir une source à risques pathologique », souligne Philippe Kerouedan.

Odile Le Bars souligne cependant que chaque élevage est spécifique et que la formulation peut être adaptée selon le niveau de performances souhaité, le sanitaire et les choix de l’exploitant. « L’essentiel étant de couvrir les besoins en acides aminés des porcelets par le respect des ratios recommandés dans leurs tables de formulation », conclut-elle.

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)