Aller au contenu principal

Contenu partenaire - VIDEO
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno

Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage et repensé son système de A à Z. Il a adopté l’alimentation multiphase (sec en PS et soupe en engraissement). Il a préféré rester en aliment complet et se passer d’une fabrication d’aliments à la ferme.

« Faire les bons choix stratégiques pour rester dans le match ». L’expression revient souvent dans la bouche de Bruno. L’exploitant assume toutes ses décisions. Auparavant, il s’est entouré, a confronté les idées et les conseils de techniciens. Avec Sanders notamment, une réflexion globale, au-delà de l’aliment, a été menée. Contraint de délocaliser son exploitation, l’éleveur est reparti d’une feuille blanche.

Engraissement des porcs : le choix de la spécialisation pour la rentabilité

Depuis 2016, l’activité naisseur a été abandonnée pour se concentrer sur l’engraissement. « J’ai décidé d’intégrer une maternité collective. La partie naissage demande de la maîtrise, le post-sevrage-engraissement également. J’ai donc reconstruit 3 200 places d’engraissement, rénové 1 200 en post-sevrage et abandonné la partie naissage de mes 250 truies. Faire naître les porcelets est une passion, mais je devais aussi assurer la rentabilité de mon élevage », explique Bruno.

Un bâtiment porcin novateur

L’éleveur a consulté et voyagé avant d’esquisser les premiers plans de ses bâtiments. Un bâtiment observé au Danemark a orienté son choix. L’éleveur a opté pour un système de double climat. Le post-sevrage est ainsi chauffé à 24 C°. Mais dans les niches, la température atteint 27 C°. « J’ai aussi un système de double ventilation. L’extraction inférieure retire 80 % des gaz et de l’ammoniac. L’été, l’extraction haute apporte une meilleure ventilation grâce à la brumisation et aux trappes ouvertes ».

Aliment complet : 70 000 euros d’économie en 2021 grâce à la contractualisation

Autre point crucial lors de la conception du bâtiment : le système d’alimentation. Bruno a abandonné le sec en engraissement pour de la soupe avec 4 aliments. L’éleveur s’est aussi posé la question de l’installation d’une FAF, mais avec son exploitation qui compte aussi plus de 80 vaches allaitantes et un seul salarié, il craignait que cela lui prenne trop de temps au quotidien. « Je suis dans une logique économique. C’était aussi un investissement important. Dans ce contexte, il m’a donc semblé plus simple de rester en aliment complet mais en le contractualisant avec Sanders ». L’éleveur s’est formé pour bien acheter. Sur l’année 2021, l’économie s’approche des 70 000 euros. Pour 2022, l’écart atteint 40 €/tonne par rapport au prix spot. Bruno estime même qu’il peut être plus performant qu’en FAF. « Généralement, l’agriculteur achète ses matières premières à ses voisins, au moment de la récolte. La contractualisation Alimaterm, proposée par Sanders à différentes périodes de l’année, a changé la donne ».

« Sanders, ce n’est pas uniquement de l’aliment. Ils m’apportent un regard extérieur et me permettent de me comparer ». Au fil du temps, l’éleveur a noué une relation de confiance avec Benoit Gautier, conseiller nutrition Sanders et plus récemment avec Jérémy Saintilan (photo), animateur technique.

Des résultats technico-économiques au rendez-vous

Les données de la GTE valident cette stratégie. De avril à septembre 2021, l’Indice de Consommation technique 8-115 est de 2,44. La MCA (après dépenses de santé/porc pour 100 kg de carcasse) atteint 31,3 €. En effet, le coût alimentaire sevrage-vente est inférieur à la moyenne du groupe (0.685€/kg contre 0.748 €/kg).

 

Bien s’entourer pour bien décider en toute liberté

Jérémy Saintilan, animateur technique Sanders :

« Sanders a accompagné la mise en place du programme alimentaire. L’éleveur a opté pour la gamme Starty Tec en démarrage-engraissement, Maxy pro en croissance, Finy pro et Opty pro en finition. Nous nous rencontrons toutes les 6 à 8 semaines. Nous travaillons actuellement sur la sécurité digestive et les performances de croissance. L’analyse technico-économique de l’ensemble de l’élevage nous permet de rester dans une logique d’amélioration continue. Pour cela, je m’appuie notamment sur notre logiciel Kintaplan qui me permet de définir les marges de progression en fonction du potentiel de l’élevage. »

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
À compter du 1er juillet 2024, tous les éleveurs de porcs canadiens devront suivre la réglementation sur bien-être animal qui…
Les jambons secs sont parmi les plus émetteur de gaz à effet de serre des produits porcins ramené au kilo de produit brut, du fait que l’impact se concentre dans moins de matière, le séchage conduisant à une réduction de masse.
L’impact environnemental de la viande de porc évalué
La base de données Agribalyse 3.0 fournit les impacts environnementaux de près de 2 500 produits agricoles destinés à la…
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Marlène Dilly, épaulée par son salarié Patrice Lecrecq, valorise trois cochons par semaine issus de l’élevage de son époux et de Jérémy Demol.
Un magasin de vente directe pour valoriser les porcs sur paille
À Avroult dans le Nord, Jérémy Demol et Emmanuel Dilly vendent une partie de leur production dans un magasin de vente de produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)