Aller au contenu principal

Cochon de Bretagne veut monter en gamme

Sébastien Brizhoual, président de Cochon de Bretagne. « Notre but est d'aller chercher une meilleure valorisation. » © F. Jourdain
Sébastien Brizhoual, président de Cochon de Bretagne. « Notre but est d'aller chercher une meilleure valorisation. »
© F. Jourdain

La marque d’éleveurs Cochon de Bretagne vient d’auditer l’ensemble de ses 394 producteurs adhérents de sept groupements pour connaître précisément leurs pratiques et équipements et bâtir un plan de progrès vers une montée en gamme. À raison d’une demi-journée par élevage il a consisté, avec l’aide d’un outil d’audit créé par la société Tell-Élevage, à observer 356 points rangés dans quatre catégories : le bien-être de l’animal et de l’homme, les équipements d’élevage, le réglementaire et l’environnement. Y figurent 74 points réglementaires à respecter, 90 critères de référencement (dont le cahier des charges Cochon de Bretagne), et une trentaine de points structurants qui sont autant d’objectifs à atteindre pour monter en gamme. « Il s’agit, par exemple, de la libération des truies sept jours après l’insémination artificielle, l’utilisation de cases en maternité liberté, d’un accès extérieur pour les porcs à l’engraissement, de l’abaissement de la densité d’élevage, de la présence de lumière naturelle, etc. », explique Sébastien Brishoual, président de Cochon de Bretagne.

Avec cette base de données d’élevage, autant en équipements qu’en pratique, Cochon de Bretagne a la capacité de satisfaire précisément les besoins nouveaux des abatteurs et des distributeurs pour des gammes plus éthiques et responsables. Des négociations devraient s’ouvrir prochainement avec Kermené et Bigard qui abattent la totalité des porcs Cochon de Bretagne. « Évidemment, notre but est d’aller chercher une meilleure valorisation, poursuit Sébastien Brishoual. Cependant Cochon de Bretagne est et restera un socle de base. Libre aux éleveurs et à leur groupement de contracter avec un distributeur dans une démarche spécifique. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Gaëlle Taniou et son frère Romain Gautreau. « Nous avons trouvé un équilibre, avec un pic de travail du 15 mars au 15 août lié aux abeilles et aux cultures. » © V. Bargain
« En élevage de porcs, j’aime la technique et toujours progresser »
Gaëlle Taniou a repris en 2018 l’exploitation familiale de 130 truies et 500 ruches, en association avec son frère Romain…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)