Aller au contenu principal

Brocéliande passe au sans antibiotique dès la naissance

La filiale de Cooperl a profité du Salon de l’agriculture pour communiquer sur le passage de sa gamme "bien élevés" au sans antibiotique dès la naissance.

Depuis le 1er mars 2018, le jambon « bien élevés » et tous les autres produits de la gamme commercialisée par Brocéliande sont issus de porcs nourris sans OGM et élevés sans antibiotique dès la naissance. L’absence de recours aux antibiotiques était jusqu’ici garantie dès la fin du sevrage. « Un cap majeur vient donc d’être franchi », souligne Anne Lacoste, responsable recherche et développement à la Cooperl. « Les efforts des éleveurs pour améliorer le confort des animaux, une meilleure maîtrise des traitements alternatifs et des moyens de prévention naturels et un suivi très pointu des éleveurs ont porté leurs fruits. Un élément essentiel a aussi été la mise en place d’un suivi individuel des porcs grâce à une boucle électronique posée dès la naissance. » Sur les 350 éleveurs fournisseurs de la marque, 30 % pratiquent désormais un suivi individuel des porcs et l’objectif est d’atteindre rapidement 50 %. Le lancement de la gamme « sans antibiotique dès la naissance » survient par ailleurs après 18 mois de tests puisque 200 000 porcs ont déjà été élevés selon le nouveau cahier des charges par 50 éleveurs.

Créer du lien avec le consommateur

Isabelle Gaudaire et Marie-Agnès Fassot, toutes deux éleveuses dans le Morbihan et productrices de porcs sans antibiotique dès la naissance, étaient présentes le 28 février au Salon de l’agriculture pour expliquer la démarche de Brocéliande et faire déguster leurs produits. « Les gens sont interpellés par une démarche sans antibiotique », constatait Isabelle Gaudaire. « Ils demandent ce que l’on fait quand les porcs sont malades. C’est important que ce soit des éleveurs qui leur répondent. Puis ils demandent où ils peuvent trouver les produits. » Marie-Agnès Fassot notait aussi que "beaucoup de visiteurs viennent sur le salon avec des enfants et sont sensibles au sans antibiotique. Ils goûtent d’abord, apprécient les produits et posent des questions. On peut leur expliquer qu’avec beaucoup de surveillance, une vigilance de tous les instants sur la biosécurité, on peut arriver à gérer les porcs sans antibiotique. Et c’est intéressant de créer du lien avec les consommateurs. Cela change du quotidien. » Pascale, parisienne venue avec son mari et ses deux petites-filles, est ressortie convaincue. « C’est très bien, il faudrait que tout le monde le fasse. Tout le monde veut du naturel. » Au 1er mars 2018, la gamme des produits « bien élevés » issus de porcs non castrés, nourris sans OGM et élevés sans antibiotique dès la naissance comptait plus d’une trentaine de références vendues dans 2500 magasins en France. Après les effilochés de porc, lancés en novembre 2017, deux nouveaux produits sont venus s’ajouter à la gamme début 2018 : un rôti et des minisaucissons. En mai, la marque devrait par ailleurs lancer une autre action de communication avec des éleveurs sous forme d’un Food Truck qui s’installera près des supermarchés distribuant les produits Brocéliande, avec un relais dans le magasin, et pourra aussi être présent sur des festivals ou encore sur des plages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)