Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Brocéliande passe au sans antibiotique dès la naissance

La filiale de Cooperl a profité du Salon de l’agriculture pour communiquer sur le passage de sa gamme "bien élevés" au sans antibiotique dès la naissance.

Depuis le 1er mars 2018, le jambon « bien élevés » et tous les autres produits de la gamme commercialisée par Brocéliande sont issus de porcs nourris sans OGM et élevés sans antibiotique dès la naissance. L’absence de recours aux antibiotiques était jusqu’ici garantie dès la fin du sevrage. « Un cap majeur vient donc d’être franchi », souligne Anne Lacoste, responsable recherche et développement à la Cooperl. « Les efforts des éleveurs pour améliorer le confort des animaux, une meilleure maîtrise des traitements alternatifs et des moyens de prévention naturels et un suivi très pointu des éleveurs ont porté leurs fruits. Un élément essentiel a aussi été la mise en place d’un suivi individuel des porcs grâce à une boucle électronique posée dès la naissance. » Sur les 350 éleveurs fournisseurs de la marque, 30 % pratiquent désormais un suivi individuel des porcs et l’objectif est d’atteindre rapidement 50 %. Le lancement de la gamme « sans antibiotique dès la naissance » survient par ailleurs après 18 mois de tests puisque 200 000 porcs ont déjà été élevés selon le nouveau cahier des charges par 50 éleveurs.

Créer du lien avec le consommateur

Isabelle Gaudaire et Marie-Agnès Fassot, toutes deux éleveuses dans le Morbihan et productrices de porcs sans antibiotique dès la naissance, étaient présentes le 28 février au Salon de l’agriculture pour expliquer la démarche de Brocéliande et faire déguster leurs produits. « Les gens sont interpellés par une démarche sans antibiotique », constatait Isabelle Gaudaire. « Ils demandent ce que l’on fait quand les porcs sont malades. C’est important que ce soit des éleveurs qui leur répondent. Puis ils demandent où ils peuvent trouver les produits. » Marie-Agnès Fassot notait aussi que "beaucoup de visiteurs viennent sur le salon avec des enfants et sont sensibles au sans antibiotique. Ils goûtent d’abord, apprécient les produits et posent des questions. On peut leur expliquer qu’avec beaucoup de surveillance, une vigilance de tous les instants sur la biosécurité, on peut arriver à gérer les porcs sans antibiotique. Et c’est intéressant de créer du lien avec les consommateurs. Cela change du quotidien. » Pascale, parisienne venue avec son mari et ses deux petites-filles, est ressortie convaincue. « C’est très bien, il faudrait que tout le monde le fasse. Tout le monde veut du naturel. » Au 1er mars 2018, la gamme des produits « bien élevés » issus de porcs non castrés, nourris sans OGM et élevés sans antibiotique dès la naissance comptait plus d’une trentaine de références vendues dans 2500 magasins en France. Après les effilochés de porc, lancés en novembre 2017, deux nouveaux produits sont venus s’ajouter à la gamme début 2018 : un rôti et des minisaucissons. En mai, la marque devrait par ailleurs lancer une autre action de communication avec des éleveurs sous forme d’un Food Truck qui s’installera près des supermarchés distribuant les produits Brocéliande, avec un relais dans le magasin, et pourra aussi être présent sur des festivals ou encore sur des plages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)