Aller au contenu principal

Blocage sur le prix des porcs castrés sous anesthésie

L’AOP Porc Grand Ouest a tenté d’imposer une plus value de 7 centimespar kilo aux mâles castrés sous anesthésie. Elle s’est heurtée à un refus catégorique de la part des abatteurs.

On aurait pu penser que l’interprofession est l’endroit idéal pour se mettre d’accord sur le prix des porcs mâles castrés sous anesthésie. Mais le sujet n’a pas été abordé lors de l’assemblée générale d’Inaporc, du moins en public. C’est donc par le biais de communiqués de presse que l’amont et l’aval ont échangés durant le mois de juillet. L’AOP Porc Grand Ouest a ouvert le bal trois jours après l’AG, en annonçant que ses 10 organisations de producteurs « ont décidé d’appliquer dès le 18 juillet une évolution tarifaire de + 7 centimes d’euro par kilo de carcasse sur les mâles castrés ». Elle souligne que cette décision est basée sur  les « échanges intervenus avec les abatteurs depuis plus de six mois », et que cette revalorisation « prend en compte une partie des surcoûts de production liés à l’élevage de mâles castrés ». L’AOP se positionne ainsi à un niveau intermédiaire entre la proposition des abatteurs (+2 ct€/kg, correspondant au coût de l’anesthésie/analgésie) et celle des éleveurs (+13,7 ct€/kg, couvrant toute la différence de coût de production entre mâles entiers et castrés).

Culture viande refuse les conditions de l’AOP 

Vive réaction du syndicat des abatteurs Culture viande qui estime que l’AOP Porc Grand Ouest « n’a pas vocation à fixer le prix du porc ». Le syndicat souligne « qu’il appartient à chaque abattoir de définir librement sa politique et les conditions d’achat de ses porcs ». Culture viande, qui regroupe 80 % des abattages français, indique n’avoir « eu aucun échange avec l’AOP Grand Ouest ». Et de préciser que « notre seul interlocuteur pour débattre de l’évolution de la grille Uniporc Ouest est le CRP Bretagne, avec lequel aucun accord n’est en discussion ».

La FNP réclame une médiation

Dans un communiqué diffusé le 18 juillet, la Fédération nationale porcine (FNP) apporte son soutien à l’initiative de l’AOP Grand Ouest. Elle rappelle que « dans un marché, ce n’est pas le client qui fixe le prix » et qu’avec Egalim, « c’est le vendeur qui fait une proposition, à partir d’indicateurs, à laquelle l’acheteur doit répondre ». Elle déplore que la proposition de l’AOP n’ait recueilli aucune réponse des abatteurs, « en contradiction manifeste avec ce qu’exige la loi ». Elle prend acte du fait que « le leader de l’abattage (NDLR : Bigard) a catégoriquement refusé cette proposition, en mettant en cause un abus de position dominante alors que lui-même, souvent unique acheteur régional, impose ses prix à ses fournisseurs ». La FNP en appelle au ministère « pour faire respecter la loi Egalim et, si besoin, à une médiation pour sortir enfin de cette impasse ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Véronique et Thierry Lebert avec Julie leur fille et Perrine Thévenin, salariée de l’élevage. « En journée, nous n’avons pas besoin d’allumer les lumières dans les salles, même par temps nuageux. »
Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles
Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
Les éleveurs de porcs allemands n’ont pas le moral
Moins optimistes que leurs confrères européens, les producteurs de porcs allemands souffrent du prix et de la situation sanitaire…
Preview image for the video "Sanders porc alimentation contractualisation".
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno
Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage…
Le bâtiment d'engraissement réalisé à l'EARL de la Cour offre une surface par porc augmentée, du caillebotis partiel, des enrichissements, une hauteur sous plafond de 3 mètres et de la lumière naturelle.
Bâtiment bien-être en porcs charcutiers : premiers retours d'expérience de l'EARL de la Cour
Les associés de l’EARL de la Cour ont fait le pari de concilier bien-être animal avec performances technico-économiques et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)