Aller au contenu principal

Baisser la protéine en FAF La formule gagnante

L’intérêt de réduire les niveaux protéiques des aliments fabriqués à la ferme est aujourd’hui démontré. Comme en aliment complet, les performances sont maintenues avec des formules moins coûteuses.

© D. Poilvet

Entre deux et six euros par tonne d’aliment, c’est la fourchette de baisse du coût des formules quand on baisse d’un point leur taux protéique dans le cadre d’une fabrication des aliments à la ferme. Un gain économique significatif et sans baisse de performances. Car ces aliments couvrent parfaitement les besoins des animaux, grâce à l’apport possible d’acides aminés de synthèse dans les minéraux. Ces additifs sont bien utiles aux formulateurs pour équilibrer leurs formules en utilisant la notion de « protéine idéale » qui fixe les apports nécessaires des acides aminés les plus importants à chaque stade physiologique de l’animal. Désormais disponibles sur le marché à des prix raisonnables, les acides aminés de synthèse sont le moteur de la formulation des aliments à taux protéique réduit. D’autant plus que le coût des matières premières protéiques a fortement augmenté ces dernières années. En parallèle, de nombreux « fafeurs » vont aujourd’hui au-delà du biphase en engraissement, avec des plans d’alimentation triphase, voire multiphase. Ces approches permettent de faire encore mieux correspondre les apports aux besoins physiologiques des animaux à chacun de leur stade de production, tout en accentuant la baisse du prix des aliments utilisés.

La réduction de la protéine dans les formules peut aussi contribuer à l’amélioration de l’état sanitaire des porcelets. Une technique largement répandue depuis des années, parfois pratiquée empiriquement en « diluant » l’aliment par l’ajout d’orge ou de matières premières fibreuses. Cette pratique a pour effet secondaire une détérioration des performances. Désormais, toujours grâce à la prise en compte des besoins des porcelets en acides aminés, les formules moins riches en protéine contribuent à la bonne santé digestive des animaux sans dégrader la croissance et l’indice. Une évolution bienvenue, alors que la baisse de consommation des antibiotiques en élevage est devenue une priorité.

Enfin, qui dit baisse des protéines ingérées dit diminution de l’azote excrété par l’animal. Une caractéristique qui contribue à la résolution des problèmes environnementaux, et qui ne peut qu’accentuer l’image d’une production durable dans le temps.

Un gain économique significatif sans baisse de performances
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)