Aller au contenu principal

Baisser la protéine des aliments de porcs fabriqués à la ferme, la formule gagnante

L’intérêt de réduire les niveaux protéiques des aliments fabriqués à la ferme est aujourd’hui démontré. Comme en aliment complet, les performances sont maintenues avec des formules moins coûteuses.

© D. Poilvet

Entre deux et six euros par tonne d’aliment, c’est la fourchette de baisse du coût des formules quand on baisse d’un point leur taux protéique dans le cadre d’une fabrication des aliments à la ferme. Un gain économique significatif et sans baisse de performances. Car ces aliments couvrent parfaitement les besoins des animaux, grâce à l’apport possible d’acides aminés de synthèse dans les minéraux. Ces additifs sont bien utiles aux formulateurs pour équilibrer leurs formules en utilisant la notion de « protéine idéale » qui fixe les apports nécessaires des acides aminés les plus importants à chaque stade physiologique de l’animal. Désormais disponibles sur le marché à des prix raisonnables, les acides aminés de synthèse sont le moteur de la formulation des aliments à taux protéique réduit. D’autant plus que le coût des matières premières protéiques a fortement augmenté ces dernières années. En parallèle, de nombreux « fafeurs » vont aujourd’hui au-delà du biphase en engraissement, avec des plans d’alimentation triphase, voire multiphase. Ces approches permettent de faire encore mieux correspondre les apports aux besoins physiologiques des animaux à chacun de leur stade de production, tout en accentuant la baisse du prix des aliments utilisés.

La réduction de la protéine dans les formules peut aussi contribuer à l’amélioration de l’état sanitaire des porcelets. Une technique largement répandue depuis des années, parfois pratiquée empiriquement en « diluant » l’aliment par l’ajout d’orge ou de matières premières fibreuses. Cette pratique a pour effet secondaire une détérioration des performances. Désormais, toujours grâce à la prise en compte des besoins des porcelets en acides aminés, les formules moins riches en protéine contribuent à la bonne santé digestive des animaux sans dégrader la croissance et l’indice. Une évolution bienvenue, alors que la baisse de consommation des antibiotiques en élevage est devenue une priorité.

Enfin, qui dit baisse des protéines ingérées dit diminution de l’azote excrété par l’animal. Une caractéristique qui contribue à la résolution des problèmes environnementaux, et qui ne peut qu’accentuer l’image d’une production durable dans le temps.

Un gain économique significatif sans baisse de performances

Les plus lus

Guillaume et Clément Trubert  : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale d'autonomie, en matière de commercialisation de nos cochons, de places d'engraissement, ...
« La vente directe a créé de l’emploi sur notre exploitation porcine de 140 truies »

Guillaume et Clément Trubert ont repris l’élevage familial en développant l’activité de vente directe avec l’objectif de…

« Je cherche à optimiser toutes mes ressources pour mon élevage naisseur engraisseur de 145 truies»

Boris Mousset s’est installé en 2015 sur l’exploitation familiale de 145 truies naisseur-engraisseur. L’acquisition de…

Avec l'extension du site, comprenant la zone d'attente des porcs vifs ainsi que le dispositif d'étourdissement au CO2, l'abattoir Cooperl Viande a continué de produire ...
Cooperl Viande investit 15 millions d'euros dans son abattoir de Montfort-sur-Meu

Les travaux de modernisation de l’outil d’abattage de Cooperl Viande visent à améliorer la qualité de carcasse, l’…

Les élevages de moins de 150 truies sont souvent insérés dans des exploitations mixtes.
Les élevages de moins de 150 truies détiennent une truie sur six en France

Malgré l’augmentation constante de la taille des exploitations, les élevages de moins de 150 truies détiennent encore 16…

« La sonde d'insémination Easy & Clean évite le nettoyage des vulves des truies»

À la tête d’un élevage de sélection de 250 truies, Olivier Bouchonneau utilise depuis juillet 2023 les sondes Easy &…

quarantaine cochette
Trois leviers pour optimiser la carrière des cochettes

L'analyse des chiffres de la station expérimentale de Cooperl et de la base de données Pass cheptel démontre que la durée de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)