Aller au contenu principal

Arrêt de la castration à vif : les éleveurs bretons veulent construire une « filière responsable »

© DP

Dans un communiqué en date du 18 décembre, le comité régional porcin (CRP) breton, l’organisation professionnelle représentative de l'amont de la production porcine en Bretagne, s’engage « pour accompagner » l’arrêt de la castration à vif "décidée au plus haut niveau de l’Etat, dans un esprit d’amélioration de la bientraitance animale ". Mais, contrairement à l’aval de la production, qui affiche sa volonté de maintenir la castration des porcelets sous anesthésie, le CRP veut que la production de porcs mâles entiers devienne la référence, et que l’acte de castrer « relève de la dérogation ». L’organisation veut agir sur trois orientations, en concertation avec les autres CRP du Grand Ouest :

-Obtenir de l’Etat qu’il encadre réglementairement les conditions de la castration sous anesthésie pour les productions dérogatoires : "Cet encadrement sera subordonné à la signature d’accords professionnels associant les vétérinaires, les éleveurs et les abatteurs".

 -Définir les règles de mise en marché : prix de base appliqué à une production de porcs mâles entiers, contrôle des carcasses réalisé sous la responsabilité d’Uniporc Ouest, unicité du classement des carcasses et mise en place de références collectives. « Pour cela, la grille de paiement actuelle des porcs charcutiers devra évoluer ».

-Montée en gamme et promotion du Porc Français, « dont le cahier des charges devra prendre en considération les évolutions réglementaires ».

La prochaine réunion de travail entre les organisations de producteurs et les abatteurs est prévue le 21 janvier prochain. Le CRP breton souligne qu’il " n’acceptera pas le report de l’échéance réglementaire du 1er janvier 2022 mettant fin à la castration à vif des porcelets".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

 © D. Poilvet
Cinq points clés pour sevrer les porcelets sans artifices
Philippe Heughebaert et sa cheffe d’élevage Marion Fortin ont mis en place une conduite d’élevage rigoureuse pour permettre à…
 © J.Guichon
Une éleveuse aux petits soins pour ses truies
Parler, toucher, caresser, gratter… un véritable programme de thalassothérapie attend les cochettes et les truies de Cindy Da…
Des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Nombre de porcs mâles entiers abattus par pays en Europe (en million)  © Ifip
Un tiers des porcs mâles élevés en Europe n’est pas castré
L’Ifip estime le nombre de porcs mâles non castrés en Europe à 45 millions en 2020, en progression de 30 % depuis cinq ans.
Le bâtiment est conçu pour apporter un maximum de lumière naturelle. © B. Plesse
Un élevage bien-être Cooperl pour approvisionner Bordeau Chesnel

« Maximiser le bien-être animal et minimiser son impact environnemental », tels sont les deux engagements forts…

Carcasse de porc entier (à gauche) et vacciné (à droite). La viande de la seconde est plus rose avec plus de gras.  © Tummel
Un abattoir allemand choisit la vaccination pour remplacer la castration à vif des porcelets
À partir du 1er janvier 2021, les naisseurs allemands auront interdiction de castrer leurs porcelets mâles à vif. Ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)