Aller au contenu principal

Arrêt de la castration à vif : la pression monte

L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant la castration à vif. Elle cherche à obtenir du Gouvernement qu’il mentionne que la castration ne peut être réalisée qu’après dérogation.

À quelques jours de la signature, par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, de l’instruction ministérielle qui précisera les modalités d’application du décret sur l’arrêt de la castration à vif des porcelets à compter du 1er janvier prochain, l’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » exhorte les éleveurs à écrire au Gouvernement pour que la non castration soit demain la règle et la castration avec anesthésie l’exception.

Lire aussi : Un groupe d'éleveurs se mobilise pour l'arrêt de la castration des porcelets

Le courrier (voir pièce jointe ci-dessous) a été distribué à tous les éleveurs bretons, via l’Union des groupements, ont indiqué les dirigeants de l’association lors de son assemblée générale, le 1er juin dernier, à Lampaul-Guimiliau. « Nous espérons que 5 000 des 15 000 éleveurs français s’adresseront au ministre », précise Jean-Jacques Riou, président de l’association d’éleveurs principalement finistériens, adhérents d’Evel’Up, Eureden, Porc Armor Évolution, Porelia.

Ils demandent au ministre que son instruction « n’autorise la dérogation à l’arrêt de la castration des porcelets que si elle est indispensable et dans le cadre d’accords entre producteurs, groupements et abatteurs sous la responsabilité de vétérinaires mandataires de leur élevage ». Autrement dit, « pour des besoins spécifiques : labels rouges, fabrication de jambon sec, etc. », précise Jean-Jacques Riou, son président.

L’ancien président du Marché du Porc Breton et ses collègues au bureau savent que la partie est loin d’être gagnée. Cooperl mis à part -le mâle entier concerne plus de 80 % des 5,7 millions de cochons du groupe coopératif-, « nous sommes devant le mur des abattoirs, reconnaît Jean-Jacques Riou. C’est pourquoi nous avons besoin de l’aide du Gouvernement. Sans ça, ce sera compliqué. »

Pour l’association, le maintien de la castration même avec anesthésie limitera les efforts des producteurs engagés dans des démarches de progrès « bien-être animal » et les exposera à la vindicte d’associations welfaristes. Elle aura aussi un impact économique certain. Selon ses calculs, produire un mâle entier coûte 10 euros de moins qu’un castré. Son indice de consommation est plus bas de 0,15 en moyenne -gain de 5 euros par tête pour un aliment à 275 euros/tonne-, la plus-value technique meilleure (2,5 centimes/kilo ou 2 euros par porc) et la productivité supérieure (encore 2 euros par porc).

Sans oublier les coûts de l’anesthésie et de l’analgésie (1 à 2 euros par tête). « Si les abattoirs ne veulent que des cochons castrés, il faudra qu’ils rémunèrent les éleveurs des charges de l’anesthésie, mais aussi du manque à gagner », prévient Jean-Jacques Riou. Membre du bureau à ses côtés, l’éleveur Jean-Loup Le Gall craint qu’à terme, la filière porcine française ne doive reculer face à la concurrence du cochon entier d’importation meilleur marché, venant notamment d’Espagne.      

    

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Mathieu Cazals, éleveur dans l’Aveyron. « Le Spotmix est un système performant qui permet d’alimenter la totalité de l’atelier à partir de la Faf et de travailler en bouillie pour le postsevrage. » © B. Griffoul
« Jeune installé, Mathieu Cazals estime que son exploitation est viable avec la seule production porcine »
Mathieu Cazals s’est installé sur l’exploitation familiale après treize ans de salariat en élevage. Il passe de 80 à 140 truies…
Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
52 % des éleveurs pensent économiser entre 10 et 20 euros par tonne d’aliment. © C. Drique
La fabrication des aliments à la ferme toujours motivante pour les éleveurs de porcs
Économiser sur le coût alimentaire est la première motivation des éleveurs qui fabriquent leurs aliments à la ferme, selon une…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)