Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

41 % des sites porcins ligériens fabriquent leurs aliments

Une enquête réalisée dans les Pays de la Loire démontre l’importance de la fabrication des aliments à la ferme (FAF) dans les élevages porcins de cette région.

Les fabriques d'aliment à la ferme sont très présentes dans les élevages naisseur engraisseur. © D. Poilvet
Les fabriques d'aliment à la ferme sont très présentes dans les élevages naisseur engraisseur.
© D. Poilvet

Une étude réalisée en 2018 par l’association Airfaf, le Comité régional et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, révèle que 41 % des sites porcins de la région fabriquent de l’aliment pour porc. Ce chiffre inclut les ateliers avec achat de complémentaires. Il représente environ 600 sites sur les 1 500 recensés dans la région. Dans les départements de la Loire-Atlantique et de la Sarthe, ce pourcentage atteint respectivement 55 % et 54 %. Des raisons historiques en Loire-Atlantique et le fort lien au sol, comme en Sarthe, expliquent ces chiffres élevés. La FAF est très présente dans les élevages naisseur engraisseur (NE), où il est plus facile d’amortir l’investissement d’une fabrique. 63 % de ces sites ont une FAF, contre 27 % des sites engraisseur et 26 % des sites naisseur. En outre, 60 % des porcs sont produits dans des sites avec FAF. Les sites NE avec FAF rassemblent quant à eux 70 % des places de porcs. Enfin, 53 % des producteurs de porcs bio fabriquent leurs aliments à la ferme. L’enquête souligne que les élevages NE qui fabriquent leurs aliments comptent en moyenne 177 truies et 1 040 places d’engraissement. Leur taille est plus importante que l’ensemble des élevages NE de la région qui comptent en moyenne 153 truies et 865 places d’engraissement. La SAU moyenne est de 137 ha en moyenne contre 118 ha pour l’ensemble des élevages porcins.

Plus d’un tiers des sites avec FAF fabriquent tous leurs aliments

D’après les résultats de l’étude, presque les deux tiers des sites avec FAF fabriquent un aliment à partir d’un complémentaire acheté (FAF partielle). 37 % disposent d’une FAF complète en fabriquant intégralement leurs aliments porcins à la ferme avec toutes les variantes possibles. Parmi les ateliers en FAF complète, 25 % achètent des coproduits (coproduits issus des industries agroalimentaires hors tourteaux).

L’âge moyen des fabriques d’aliments à la ferme est de 13 ans (2005 est l’année moyenne de création ou de rénovation en profondeur). 43 % des FAF ont été créées ou rénovées entre 2001 et 2010. Ceci s’explique par la mise en place, sur cette période, d’aides incitatives (État-Région), à la demande de la profession. Tous les sites NE et post-sevreurs/engraisseurs qui ont une FAF fabriquent de l’aliment pour leur engraissement (aliment croissance et/ou finition). 80 % des sites avec truies qui ont une FAF fabriquent de l’aliment pour truies. L’aliment pour post-sevrage est, quant à lui, moins souvent fabriqué.

21 % des sites porcins projettent d’investir en FAF

Près d’un quart des éleveurs ayant répondu à l’enquête envisage d’investir dans la FAF dans les cinq ans. La grande majorité des projets porte sur le stockage de matières premières. En effet, 81 % des sites qui vont investir projettent d’agrandir leur stockage pour ceux qui ont déjà une FAF, ou en créer dans le cadre d’un démarrage de l’activité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)