Aller au contenu principal
Font Size

41 % des sites porcins ligériens fabriquent leurs aliments

Une enquête réalisée dans les Pays de la Loire démontre l’importance de la fabrication des aliments à la ferme (FAF) dans les élevages porcins de cette région.

Les fabriques d'aliment à la ferme sont très présentes dans les élevages naisseur engraisseur. © D. Poilvet
Les fabriques d'aliment à la ferme sont très présentes dans les élevages naisseur engraisseur.
© D. Poilvet

Une étude réalisée en 2018 par l’association Airfaf, le Comité régional et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, révèle que 41 % des sites porcins de la région fabriquent de l’aliment pour porc. Ce chiffre inclut les ateliers avec achat de complémentaires. Il représente environ 600 sites sur les 1 500 recensés dans la région. Dans les départements de la Loire-Atlantique et de la Sarthe, ce pourcentage atteint respectivement 55 % et 54 %. Des raisons historiques en Loire-Atlantique et le fort lien au sol, comme en Sarthe, expliquent ces chiffres élevés. La FAF est très présente dans les élevages naisseur engraisseur (NE), où il est plus facile d’amortir l’investissement d’une fabrique. 63 % de ces sites ont une FAF, contre 27 % des sites engraisseur et 26 % des sites naisseur. En outre, 60 % des porcs sont produits dans des sites avec FAF. Les sites NE avec FAF rassemblent quant à eux 70 % des places de porcs. Enfin, 53 % des producteurs de porcs bio fabriquent leurs aliments à la ferme. L’enquête souligne que les élevages NE qui fabriquent leurs aliments comptent en moyenne 177 truies et 1 040 places d’engraissement. Leur taille est plus importante que l’ensemble des élevages NE de la région qui comptent en moyenne 153 truies et 865 places d’engraissement. La SAU moyenne est de 137 ha en moyenne contre 118 ha pour l’ensemble des élevages porcins.

Plus d’un tiers des sites avec FAF fabriquent tous leurs aliments

D’après les résultats de l’étude, presque les deux tiers des sites avec FAF fabriquent un aliment à partir d’un complémentaire acheté (FAF partielle). 37 % disposent d’une FAF complète en fabriquant intégralement leurs aliments porcins à la ferme avec toutes les variantes possibles. Parmi les ateliers en FAF complète, 25 % achètent des coproduits (coproduits issus des industries agroalimentaires hors tourteaux).

L’âge moyen des fabriques d’aliments à la ferme est de 13 ans (2005 est l’année moyenne de création ou de rénovation en profondeur). 43 % des FAF ont été créées ou rénovées entre 2001 et 2010. Ceci s’explique par la mise en place, sur cette période, d’aides incitatives (État-Région), à la demande de la profession. Tous les sites NE et post-sevreurs/engraisseurs qui ont une FAF fabriquent de l’aliment pour leur engraissement (aliment croissance et/ou finition). 80 % des sites avec truies qui ont une FAF fabriquent de l’aliment pour truies. L’aliment pour post-sevrage est, quant à lui, moins souvent fabriqué.

21 % des sites porcins projettent d’investir en FAF

Près d’un quart des éleveurs ayant répondu à l’enquête envisage d’investir dans la FAF dans les cinq ans. La grande majorité des projets porte sur le stockage de matières premières. En effet, 81 % des sites qui vont investir projettent d’agrandir leur stockage pour ceux qui ont déjà une FAF, ou en créer dans le cadre d’un démarrage de l’activité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)