Aller au contenu principal
Font Size

Porte ouverte dans les Côtes d'Armor
Un bâtiment d’engraissement de 1944 places séparé du site de naissage

Frédéric Baudet, éleveur à Maroué (Côtes d’Armor), vient de construire un engraissement de 1 944 places sur racleur. Ce bâtiment neuf est la conclusion d’une stratégie de travail en lien avec les enjeux de la production que sont le sanitaire, la main-d’œuvre, l’environnement et le bien-être animal.

De l’aveu du technicien d’élevage Cooperl Arc-Atlantique, Roland Briens, cela faisait longtemps qu’un engraissement aussi grand n’avait pas été construit dans le secteur. Avec 1 944 places sur racleur Trac, ce bâtiment est surtout, pour Frédéric Baudet, l’aboutissement d’une stratégie de restructuration commencée deux ans auparavant et bousculée par certains évènements indépendants du chef d’entreprise. En rachetant un site situé à deux kilomètres du siège d’exploitation, l’éleveur avait pour ambition de passer de 250 à 300 truies, d’arrêter le façonnage et surtout de disposer d’un outil multisite avec le naissage et le post-sevrage dissociés du site d’engraissement. C’est maintenant chose faite. « Sanitairement, le multisite est un plus. Il permet surtout de mieux protéger le cheptel reproducteur », explique-t-il. Et de reprendre : « Côté main-d’œuvre, avec une conduite cinq bandes, le supplément de travail se limite à un transfert de 624 animaux par mois ».

Un bâtiment adapté pour le travail d’une personne

L’optimisation du temps a d’ailleurs été l’un des points importants pris en compte dans la conception et l’aménagement du bâtiment. « Mon but est de pouvoir continuer à gérer l’exploitation avec 2 UTH ». Six salles de 312 places divisées en 24 cases de 13 animaux ont été construites. « Dans mon organisation, je souhaitais des petites cases. Elles me permettent de séparer une case de post-sevrage de 26 porcelets en deux sans mélange, mais aussi de pouvoir trier et sortir seul les porcs charcutiers ». Le quai d’embarquement de 168 places réparties en 12 cases fait également office de local de finition. « Chaque bande étant vendue en trois fois, l’idée est de pouvoir stocker les animaux restant à la fin du deuxième départ dans le quai. Cela évite une manutention supplémentaire et permet de libérer plus rapidement les deux salles utilisées par la bande ». Côté alimentation, la distribution à sec a été choisie pour la simplicité du suivi. Les rations journalières vont être distribuées en une fois et gérées à l’échelle du nourrisseur suivant une courbe de rationnement calculée par l’automate multiphase Optimat d’Asserva. L’appareil est équipé d’une trémie peseuse et de deux trémies de distribution qui alimentent chacune une chaîne à pastille. Ces dernières sont pilotées simultanément grâce à un nouveau programme appelé Optimat MD2. « L’idée est de faire fonctionner la double chaîne en même temps afin de gagner en rapidité avec une vitesse de distribution proche des deux tonnes à l'heure », commente Stéphane Renault, l’un des cogérants de CS Elec, installateur de l’automate. Avec une alimentation à sec, l’éleveur va ainsi pouvoir appliquer plus facilement le programme nutritionnel CAA Synaps qui préconise l’utilisation de trois aliments en engraissement (une croissance et deux finitions dont le dernier est moins concentré en protéines) pour un gain d'un euro par porc.

Le raclage en V évite le surcoût d’un laveur d’air

Côté environnement, le système de raclage en V Trac reconnu comme une des MTD (meilleure technique dDisponible) dans le cadre de la directive européenne IED (Industrial Emissions Directive) évite le surcoût d’un laveur grâce à son taux d’abattement de 40 % de la production d’ammoniac. L’extraction de l’air, non centralisée, se fait salle par salle grâce à quatre ventilateurs Multifan de diamètre 450 mm reliés au tout nouveau variateur de fréquence Asserva, le SAT4F. Le renouvellement d’air se fait par une entrée latérale unique composée de volets régulés manuellement. L’air neuf est diffusé dans les salles via un plafond aluminium perforé. Il est extrait sous les caillebotis.

Des jouets en bois pour le bien-être animal

D’un point de vue bien-être animal, chaque case est équipée d’un support afin d’y incorporer un tronc de bois à mâcher d’un mètre de long. L’objectif est qu’il dure le temps de l’engraissement. Reste à déterminer le type d’arbre, car sur une année, 430 rondins seront utilisés ! L’éleveur a aussi prévu un système de traitement de l’eau via une pompe doseuse dans la perspective d’y incorporer des probiotiques ou de l’homéopathie. Et pour assurer une tranquillité, toutes les portes sont verrouillées de l’intérieur et disposent, pour certaines, d’un digicode. Au total, le prix final à la place sans aides s’élève à 537 €.

En savoir plus

2 UTH, deux sites, deux sociétés

EARL Clos Quartier
Site de naissage/post-sevrage
300 truies
1 250 places de post-sevrage
Conduite 5 bandes
Sevrage 21 jours
EARL Du Clos
Un site d’engraissement de 1944 places

Partenaires

Terrassement : MCTP
Maçonnerie : Constructions du Gouessant
Charpente : Arcanne Constructions
Aménagement béton intérieur : Celtys
Aménagement intérieur : Calipro Élevage
Automatismes : CS Elec
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)