Aller au contenu principal

Les éleveurs de porcs allemands n’ont pas le moral

Moins optimistes que leurs confrères européens, les producteurs de porcs allemands souffrent du prix et de la situation sanitaire avec la fièvre porcine africaine qui bloque les exportations. Une moitié d’entre eux veut pourtant investir selon la DLG (Société allemande d’agriculture), organisatrice du prochain salon EuroTier.

Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
© Y. Bolloh

Si la profitabilité de toutes les productions agricole est insuffisante, ce sont surtout les producteurs de porcs qui souffrent explique le Dr Lothar Hövelmann, directeur de la DLG (Société allemande d’agriculture). Il présentait, le 20 septembre dernier lors des rencontres en avant-première du salon EuroTier qui se tiendra du 15 au 18 novembre, les résultats d’une pré-étude réalisée en juillet dernier. L’enquête a exploré la perception de la situation économique et des projets d’investissements de 2 004 agriculteurs de l’UE dont 1 200 en Allemagne (40 en France). « Les éleveurs estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023. La fièvre porcine africaine a eu un impact énorme sur les résultats en Allemagne, ce qui explique pourquoi les éleveurs européens de porcs hors Allemagne ont une attitude plus positive sur la situation économique actuelle et future que nos éleveurs de porcs allemands » résume le dirigeant.

49 % des éleveurs de porcs allemands vont investir dans l’année

Cette différence se lie clairement dans la volonté d’investir : les trois quarts des producteurs européens de porcs annoncent prévoir d’investir dans les 12 prochains mois, contre seulement 49 % des producteurs porcins allemands.

Ces derniers vont privilégier des investissements dans le renouvellement de matériels et la rénovation, plutôt que dans l’agrandissement de la taille de leurs élevages. Ils visent aussi la production d’énergie, surtout pour réduire leur dépendance aux énergies achetées.

Bien être animal, énergie, hygiène, alimentation et équipement d’élevage

« Les éleveurs de porcs sont demandeurs d’amélioration pour la gestion de l’atmosphère dans le bâtiment et pour la biosécurité. Ils attendent aussi de l’innovation en matière d’accès à l’extérieur et de stimuli pour les animaux, mais ils sont assez sceptiques pour ces deux points-là. De façon générale, tout ce qui touche au bien-être animal et à l’aménagement des bâtiments est très important pour le marché allemand » estime Lothar Hövelmann.

Du côté des technologies du numérique, le secteur porcin est particulièrement demandeur de solutions pour améliorer la gestion et l’utilisation de leurs données d’élevage mais aussi pour affiner l’organisation du travail. Enfin, la question de la réduction des usages des antibiotiques, grâce aux solutions technologiques ou nutritionnelles et au management des animaux, reste une préoccupation majeure des éleveurs allemands.

Yanne Boloh

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)