Aller au contenu principal

« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »

Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment couvert toutes les dépenses.

Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
© Léon Trentmann

« La filière porcine allemande est en plein bouleversement. Des critères de bien-être animal pourraient rapidement devenir le standard de production », juge Leon Trentmann, naisseur-engraisseur avec 200 truies et 1 750 places d’engraissement à Surwold, dans le nord de la Basse-Saxe.

Son élevage est passé progressivement sous label ITW 2 en 2020-2021. « Mon bâtiment le plus récent date de 2000. Pour arriver à 1,5 % de ma surface au sol en lumière naturelle, j’ai encastré des panneaux translucides au toit et j’ai vitré des portes servant d’issues de secours.

En engraissement, Leon Trentmann a transformé en ratelier des caddies dont il a scié les roues.
© C. Reibel

J’ai installé un circuit de distribution de paille pour les truies. Il faut une cinquantaine de kilos sur trois semaines pour 180 truies présentes. En engraissement, j’ai transformé en râtelier des caddies dont j’ai scié les roues. J’en compte un pour deux cases », énumère Leon. L’éleveur a eu le nez creux pour obtenir une subvention qui n’a duré que quelques mois. Elle a presque entièrement couvert ses dépenses de quelque 15 000 euros hors main-d’œuvre.

L'éleveur a installé des chaînes (à la cloison du fond) dans ses box d'engraisssement.
© Léon Trentmann

Du confort de travail avec la lumière naturelle

Si les truies gestantes sont en permanence libres de leurs mouvements, elles restent bloquées pendant leurs 28 jours d’allaitement. « La maternité date de 1980 avec des cases d’environ 7 m². Les aménager aurait été trop compliqué », commente Leon. En engraissement, il n’a pas modifié la densité. « J’accordais déjà plus de place qu’en conventionnel parce que cela améliorait l’indice de consommation. Du coup mes performances techniques ne bougent pas. Le GMQ est de 590 grammes en post-sevrage et de 868 grammes en engraissement. Les animaux sont moins stressés, les problèmes sanitaires ont diminué. Mes collègues labellisés ITW sont d’accord avec moi. Il est aussi plus agréable pour l’éleveur de travailler avec la lumière naturelle. »

En maternité, les truies restent bloquées durant toute la lactation.
© Léon Trentmann

Le revers de la médaille, c’est que tous les enregistrements demandés par ITW le mobilisent quatre heures chaque semaine. Il faut leur ajouter « cinq minutes par ci, par-là ». À 26 ans, Leon n’est pas prêt de faire marche arrière. « ITW me garantit un débouché. Ma recette est plus élevée. Et j’espère que les éleveurs qui font des efforts pour le bien-être seront encore mieux payés. À l’avenir, il faudra peut-être proposer un accès à l’extérieur. Cela ne me fait pas peur du moment que c’est compensé et rentable. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Véronique et Thierry Lebert avec Julie leur fille et Perrine Thévenin, salariée de l’élevage. « En journée, nous n’avons pas besoin d’allumer les lumières dans les salles, même par temps nuageux. »
Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles
Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
Les éleveurs de porcs allemands n’ont pas le moral
Moins optimistes que leurs confrères européens, les producteurs de porcs allemands souffrent du prix et de la situation sanitaire…
Preview image for the video "Sanders porc alimentation contractualisation".
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno
Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage…
Le bâtiment d'engraissement réalisé à l'EARL de la Cour offre une surface par porc augmentée, du caillebotis partiel, des enrichissements, une hauteur sous plafond de 3 mètres et de la lumière naturelle.
Bâtiment bien-être en porcs charcutiers : premiers retours d'expérience de l'EARL de la Cour
Les associés de l’EARL de la Cour ont fait le pari de concilier bien-être animal avec performances technico-économiques et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)