Aller au contenu principal

La brumisation permet aux truies de mieux passer les coups de chaleur

En refroidissant l’air par évaporation de l’eau, la brumisation haute pression permet de perdre quelques degrés en période de forte chaleur pour améliorer le bien-être des animaux.

Chez Bertrand Verger, éleveur à la tête d’un atelier naisseur engraisseur de 175 truies à Saint Pern en Ille-et-Vilaine, la brumisation des locaux du bloc naissage a permis de passer sans encombre l’épisode de canicule qui a sévi en juillet 2019. « Alors qu’il faisait plus de 40 °C à l’extérieur, la température s’est maintenue à 36 degrés dans la verraterie-gestante », explique-t-il. Ce niveau semble encore très excessif par rapport à la neutralité thermique des truies, plutôt comprise entre 15 et 24 °C. « Cependant, elles se comportaient comme s’il ne faisait pas chaud dans la salle. Elles n’étaient pas essoufflées ni fatiguées. Au final, je n’ai déploré aucune perte. »

Lire aussi : "Mes truies sont aussi performantes en été"

L’éleveur, qui a également équipé son quai d’embarquement, a monté lui-même le kit Hydrobrum commercialisé par l’entreprise Hydroclean, basée à Pontivy dans le Morbihan. Son directeur commercial, Olivier Léon, explique le principe de fonctionnement de la brumisation. « L’eau est pulvérisée à haute pression (90 bars minimum) dans la salle par des buses qui produisent des microgouttelettes de taille inférieure à 10 microns. En s’évaporant, ces microgouttelettes consomment de l’énergie, et donc refroidissent l’air. » Visuellement, on peut observer le nuage de brume qui sort des buses jusqu’à trois à quatre mètres de distance environ sans ventilation. Mais ensuite, l’eau en suspension dans l’air s’évapore. Les objets et les animaux présents dans la salle ne sont pas humides. C’est une condition indispensable pour que la brumisation soit efficace. Il ne faut pas qu’il y ait de condensation sur les animaux et le matériel.

La brumisation doit être fractionnée

C’est pourquoi la vitesse d’évaporation des microgouttelettes doit être régulièrement contrôlée par l’éleveur, aidé pour certains équipements par une sonde d’hygrométrie qui peut réguler la fréquence de la brumisation. Car cette vitesse d’évaporation dépend essentiellement de l’hygrométrie de l’air. Plus l’humidité dans la salle est forte, plus les gouttelettes mettent du temps à s’évaporer. Pour cette raison, la brumisation des salles ne peut se faire en continu, et sa durée doit être modulée. « Les phases de brumisation alternent avec des périodes d’arrêt », précise Olivier Léon. Par exemple, pour une durée de brumisation de 10 secondes, on programme une phase d’arrêt qui peut aller de 10 secondes si l’hygrométrie est basse (30 % par exemple), jusqu’à 60 secondes si l’hygrométrie est élevée (60 %). « Ces valeurs peuvent bien sûr être modifiées par l’éleveur en fonction de ses observations. » Elles peuvent également être définies automatiquement par une sonde placée dans une entrée d’air qui mesure l’hygrométrie de l’air entrant. « La sonde sert aussi de sécurité. Dès que l’hygrométrie de la salle atteint 70 %, elle met la pompe en défaut. »

1 à 1,2 litre d’eau par truie et par heure

Les buses doivent être positionnées à trois-quatre mètres des murs, à une quarantaine de centimètres du plafond si l’entrée d’air se fait par un plafond perforé. Le nuage de brume doit être orienté si possible à l’horizontale, pour que les gouttelettes s’évaporent avant d’atteindre les animaux. Pour une entrée d’air par des volets régulés, les buses devront être orientées dans le flux d’air. Éviter de les placer face à un obstacle (tuyau de machine à soupe, conduit d’eau par exemple). Il faut compter une consommation de 1 à 1,2 litre par heure et par place de verraterie-gestante, entre 0,4 et 0,6 litre par heure et par place en engraissement. Hydroclean propose un kit à monter soi-même de 4 l/Mn, destiné à des petites réalisations (200 truies NE maximum). Pour les plus grandes installations, Hydroclean commercialise des groupes brume allant de 15 à 30 l/Mn. Ils peuvent travailler avec deux pressions différentes, pour la brumisation (90 bars) et pour le lavage de petites surfaces (150 bars). Ce modèle est muni d’un coffret de gestion branché à une sonde de température, avec une possibilité de régulation complémentaire par une sonde d’hygrométrie.

 

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)