Aller au contenu principal

Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir

Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’empêche pas de souligner la dynamique d’investissements de ses adhérents.

David Riou, premier vice-président, Thierry Gallou, directeur et Philippe Bizien, président d'Evel'up : "Les investissements ne seront possibles que par une rémunération vraie pour couvrir les coûts de production qui ont explosé."
© F. Jourdain

 

Le second groupement de producteurs français (720 élevages situés à 85 % dans les quatre départements bretons) a vu sa production décliner en 2021. L’installation de dix jeunes l’an passé n’a pu compenser l’arrêt de vingt à vingt-cinq élevages sur l’année. Au vu de la pyramide des âges, ce déséquilibre devrait persister « cette année et l’an prochain », souligne David Riou, premier vice-président d’Evel’Up. De son point de vue, le scénario d’une France à 20 millions de porcs fin 2025 contre 22,5 millions de porcs actuellement n’est pas loin de se réaliser.

Pour autant, Evel’Up reste persuadé de la justesse de sa stratégie, entièrement fondée sur le collectif. Le groupement finistérien fait une large promotion de la fabrication d’aliments à la ferme. « 75 % des éleveurs Evel’Up travaillent en FAF simplifiée ou intégrale contre 60 à 62 % en 2018 », souligne Thierry Gallou, directeur. Le collectif à la sauce Evel’Up, c’est aussi ces groupes d’analyse des coûts de revient « pour aller plus loin que les GTTT et GTE, dit David Riou. Actuellement, une vingtaine d’éleveurs y participent. »

Pour consolider leur modèle de production et transformer leur système dans les nécessaires transitions (réduire les consommations d’énergie, les frais vétérinaires, etc.), il faudra nécessairement investir. Déjà les adhérents d’Evel’Up « investissent en moyenne 65 millions d’euros par an », dit encore David Riou. Consciente que la performance économique passe par de la cohérence dans les élevages, Evel’Up accompagne des dossiers installations classées. À tel point que la moitié des dossiers « porcs » sous enquête publique de France proviennent d’adhérents de la coopérative.  

Pour parvenir à cette performance demain, le groupement met aussi en avant les nouvelles technologies. Comme les caméras Copeeks de détection de pathologie et de mesure des taux de CO2, d’ammoniaque, etc. dans le bâtiment. Ou encore cet exosquelette testé récemment par un éleveur pour réduire la pénibilité de certains de ses mouvements, par exemple en période de vaccination des porcelets. Actuellement, 102 élevages d’Evel’Up sont impliqués dans un projet de recherche.

Cependant, ces transformations « ne seront possibles que par une rémunération vraie pour couvrir les coûts de production qui ont explosé », écrit Evel’Up dans son rapport d’activité. La coopérative vise une cotation de 2,20 euros à 2,30 euros du kilo. Evel’Up milite également pour des apports plus importants des groupements de producteurs au MPB. Actuellement, Evel’Up et Porelia apportent les deux tiers des 25 000 à 27 000 porcs présentés au MPB chaque semaine, et six autres groupements fournissent le reste. Evel’Up a obtenu que ces derniers augmentent progressivement leurs apports au Marché à 10 % de leur production hebdomadaire fin juin, 15 % fin août. « C’est un premier pas », souligne Philippe Bizien, président d’Evel’Up.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)