Aller au contenu principal

"Vivre de ma passion au milieu de mes brebis"

Roxanne Mouilhayrat, 29 ans, a suivi un parcours complet, tant au niveau de la formation que des expériences professionnelles. Ceci lui a permis de concrétiser son projet d’installation en créant un Gaec (Groupement agricole d’exploitation en commun) suite à un Cefi (Contrat emploi formation installation).

Roxanne Mouilhayrat, installée en Gaec sur l’exploitation de Michel Delmas, à Cressensac dans le Lot, vit de sa passion "au milieu de leur 730 brebis ».
Roxanne Mouilhayrat, installée en Gaec sur l’exploitation de Michel Delmas, à Cressensac dans le Lot, vit de sa passion "au milieu de leur 730 brebis ».
© CFAA/CFPPA du Lot

Après avoir réalisé mon bac sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV), j’ai pris la route du BTSA productions animales à Naves, en Corrèze. J’ai eu l’occasion d’effectuer plusieurs stages dans différentes productions (ovins, caprins, porcins, bovins). Mon attirance pour l’élevage des brebis s’est alors confirmée. J’ai donc enchaîné avec une licence professionnelle ovine et j’ai fini avec le certificat de spécialisation « Conduite d’un élevage ovin viande » au CFAA/CFPPA du Lot à Lacapelle-Marival. Durant ce parcours de formation, j’ai réalisé mes stages chez André Delpech, éleveur ovin de ce département, où j’ai découvert la pratique du pâturage dynamique et de l’élevage plein air et cela m’a vraiment séduite.

Service de remplacement puis Cefi

J’envisageais l’installation. Suite à ces stages, j’ai donc complété mon expérience professionnelle en devenant dans un premier temps salariée agricole.

Ainsi, j’ai enrichi mon bagage technique au travers du service de remplacement « agri-saisons ». C’est à cette occasion que j’ai rencontré Michel Delmas en 2017. Il est éleveur de brebis en agriculture de conservation des sols depuis 2011. Cette belle rencontre a été décisive pour mon avenir.

Michel et moi avons la même philosophie concernant le mode de production : avoir un système économe en temps et en charges dans une démarche respectueuse de l’environnement.

Immersion totale dans l’exploitation

Durant trois années consécutives, nous avons appris à nous connaître et à travailler ensemble car j’ai été salariée pendant les périodes d’agnelages, réalisées en plein air.

Suite à cela, nous avons lancé un Cefi (cf. encadré) qui a duré un an et prolongé de six mois. J’ai pu ainsi m’immerger complètement dans l’exploitation, et cela a servi également de période d’essai pour tester l’entente entre Michel et moi.

Cette période a aussi été mise à profit pour mettre en place mon propre projet : la mise en place de vente directe d’agneaux et d’une troupe de Charmoises.

Suite au Cefi, nous avons enclenché les démarches pour l’installation.

Se former ensemble pour créer un Gaec

Nous avons suivi la formation Gaec ce qui nous a permis de nous redécouvrir, de conforter nos choix pour aboutir à sa création au 1er avril 2021. Nous avons instauré un règlement intérieur et une réunion hebdomadaire.

Un peu plus d’un an après, je suis heureuse dans mon travail car nous donnons du sens aux choses, j’apprécie ce métier car même s’il est parfois difficile, nous travaillons dans un cadre magnifique au contact des animaux et de la nature. Être en Gaec nous permet de prendre un week-end sur deux et plusieurs semaines de vacances par an.

La clé de notre bonne entente est basée sur la discussion et la même vision de la production présente sur l’exploitation.

 

Le Cefi, un outil pour l’installation hors cadre familiale

Le Contrat emploi formation installation (Cefi) permet de réaliser un stage chez un agriculteur afin de préparer son installation par reprise ou association, d’acquérir une connaissance du système d’exploitation à gérer. Le porteur de projet bénéficie de l’expérience, du savoir-faire du cédant ou du futur associé. Il peut ainsi tester la faisabilité et la rentabilité du projet, grâce au suivi de la chambre d’agriculture.

La durée du stage est de 3 à 12 mois, 6 mois maximum pour un ancien salarié de l’exploitation et 9 mois pour un ancien apprenti.

Aucun lien de parenté avec le cédant

Le candidat doit avoir moins de 55 ans, détenir un diplôme agricole de niveau 4 minimum (BPREA, bac professionnel…), ou justifier d’une expérience professionnelle agricole reconnue, ne doit avoir aucun lien de parenté avec le cédant ou le futur associé.

Durant le Cefi, le candidat est stagiaire de la formation professionnelle, sa rémunération et sa couverture sociale sont prises en charge par le conseil régional ou Pôle emploi.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre