Aller au contenu principal

Vivre de ma passion au milieu de mes brebis

Roxanne Mouilhayrat, 29 ans, a suivi un parcours complet, tant au niveau de la formation que des expériences professionnelles. Ceci lui a permis de concrétiser son projet d’installation en créant un Gaec (Groupement agricole d’exploitation en commun) suite à un Cefi (Contrat emploi formation installation).

Roxanne Mouilhayrat, installée en Gaec sur l’exploitation de Michel Delmas, à Cressensac dans le Lot, vit de sa passion "au milieu de leur 730 brebis ».
Roxanne Mouilhayrat, installée en Gaec sur l’exploitation de Michel Delmas, à Cressensac dans le Lot, vit de sa passion "au milieu de leur 730 brebis ».
© CFAA/CFPPA du Lot

Après avoir réalisé mon bac sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV), j’ai pris la route du BTSA productions animales à Naves, en Corrèze. J’ai eu l’occasion d’effectuer plusieurs stages dans différentes productions (ovins, caprins, porcins, bovins). Mon attirance pour l’élevage des brebis s’est alors confirmée. J’ai donc enchaîné avec une licence professionnelle ovine et j’ai fini avec le certificat de spécialisation « Conduite d’un élevage ovin viande » au CFAA/CFPPA du Lot à Lacapelle-Marival. Durant ce parcours de formation, j’ai réalisé mes stages chez André Delpech, éleveur ovin de ce département, où j’ai découvert la pratique du pâturage dynamique et de l’élevage plein air et cela m’a vraiment séduite.

Service de remplacement puis Cefi

J’envisageais l’installation. Suite à ces stages, j’ai donc complété mon expérience professionnelle en devenant dans un premier temps salariée agricole.

Ainsi, j’ai enrichi mon bagage technique au travers du service de remplacement « agri-saisons ». C’est à cette occasion que j’ai rencontré Michel Delmas en 2017. Il est éleveur de brebis en agriculture de conservation des sols depuis 2011. Cette belle rencontre a été décisive pour mon avenir.

Michel et moi avons la même philosophie concernant le mode de production : avoir un système économe en temps et en charges dans une démarche respectueuse de l’environnement.

Immersion totale dans l’exploitation

Durant trois années consécutives, nous avons appris à nous connaître et à travailler ensemble car j’ai été salariée pendant les périodes d’agnelages, réalisées en plein air.

Suite à cela, nous avons lancé un Cefi (cf. encadré) qui a duré un an et prolongé de six mois. J’ai pu ainsi m’immerger complètement dans l’exploitation, et cela a servi également de période d’essai pour tester l’entente entre Michel et moi.

Cette période a aussi été mise à profit pour mettre en place mon propre projet : la mise en place de vente directe d’agneaux et d’une troupe de Charmoises.

Suite au Cefi, nous avons enclenché les démarches pour l’installation.

Se former ensemble pour créer un Gaec

Nous avons suivi la formation Gaec ce qui nous a permis de nous redécouvrir, de conforter nos choix pour aboutir à sa création au 1er avril 2021. Nous avons instauré un règlement intérieur et une réunion hebdomadaire.

Un peu plus d’un an après, je suis heureuse dans mon travail car nous donnons du sens aux choses, j’apprécie ce métier car même s’il est parfois difficile, nous travaillons dans un cadre magnifique au contact des animaux et de la nature. Être en Gaec nous permet de prendre un week-end sur deux et plusieurs semaines de vacances par an.

La clé de notre bonne entente est basée sur la discussion et la même vision de la production présente sur l’exploitation.

Le Cefi, un outil pour l’installation hors cadre familiale

Le Contrat emploi formation installation (Cefi) permet de réaliser un stage chez un agriculteur afin de préparer son installation par reprise ou association, d’acquérir une connaissance du système d’exploitation à gérer. Le porteur de projet bénéficie de l’expérience, du savoir-faire du cédant ou du futur associé. Il peut ainsi tester la faisabilité et la rentabilité du projet, grâce au suivi de la chambre d’agriculture.

La durée du stage est de 3 à 12 mois, 6 mois maximum pour un ancien salarié de l’exploitation et 9 mois pour un ancien apprenti.

Aucun lien de parenté avec le cédant

Le candidat doit avoir moins de 55 ans, détenir un diplôme agricole de niveau 4 minimum (BPREA, bac professionnel…), ou justifier d’une expérience professionnelle agricole reconnue, ne doit avoir aucun lien de parenté avec le cédant ou le futur associé.

Durant le Cefi, le candidat est stagiaire de la formation professionnelle, sa rémunération et sa couverture sociale sont prises en charge par le conseil régional ou Pôle emploi.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Damien Fraysse, 33 ans, se félicite de l'orientation prise par le Gaec. L'atelier laitier permettra à la sœur de celui-ci de s'installer en 2023.
Des brebis allaitantes aux laitières pour gagner plus
Francis et Damien sont les deux associés du Gaec Fraysse des Camps dans le Lot. Le père et le fils ont fait le pari, il y a deux…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Vers une réduction de statut de protection du loup
  Depuis 1992, les loups sont de retour en France. Les conséquences sur les activités d’élevage et la ruralité sont nombreuses et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre