Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une formation pour les éleveurs ovins alliant technique et économie

Un centre de gestion de Haute-Loire a organisé une formation de groupe faisant le lien entre les pratiques et les résultats économiques de l’exploitation.

PIERRE-EMMANUEL RADIGUES (2E À GAUCHE), VÉTÉRINAIRE CONSULTANT a passé en revue l’exploitation de Jérôme Pot, pointant du doigt les défauts à corriger pour diminuer la mortalité des agneaux.
PIERRE-EMMANUEL RADIGUES (2E À GAUCHE), VÉTÉRINAIRE CONSULTANT a passé en revue l’exploitation de Jérôme Pot, pointant du doigt les défauts à corriger pour diminuer la mortalité des agneaux.
© A. Villette

Des formations de groupe alliant technique et économie, c’est ce qu’a mis en place depuis un an le centre de gestion Cerfrance Haute-Loire pour ses éleveurs. L’idée part d’un constat simple : l’économie n’est que le résultat de la technique, les deux étant donc indissociables, et c’est par l’échange qu’on apprend et qu’on retient le mieux. L’objectif de ce type de formation de groupe est de permettre aux éleveurs de gagner en efficacité technique et économique et de les rendre acteurs de leur plan d’action en leur permettant d’aller piocher des solutions chez les autres. « Ce genre de groupes de gestion existait il y a longtemps mais avec l’augmentation des tailles d’exploitation, le manque de temps, ils se sont étiolés, remarque Serge Figon de Cerfrance Haute-Loire. Mais nous voulons reconstituer cette dynamique. » Le centre de gestion n’est pas un organisme technique, ses conseillers étant orientés vers les problématiques économiques. Mais la mise en commun des résultats économiques fait émerger des questions techniques. D’où la création de partenariats avec des organismes orientés vers le conseil technique comme la Chambre d’agriculture et le GDS.

Puiser des solutions dans l'échange avec les autres

Après avoir organisé l’an dernier une formation de groupe sur le thème des coûts de production, ils décident cette année de mettre l’accent sur la mortalité des agneaux. « J’ai participé à la formation l’année dernière, témoigne Evelyne Boulet, éleveuse et membre du bureau du Cerfrance. Je me suis rendue compte que si nous étions bons techniquement, il nous fallait mieux raisonner certaines charges. Cela nous a fait réagir sur la gestion globale de l’exploitation. Aujourd’hui, le sanitaire est une vraie préoccupation pour les éleveurs ovins. Et vu le prix de l’agneau, en sauvant plus d’agneaux, on améliore vite son revenu. D’où le thème que nous avons proposé pour cette deuxième session. » Lors d’une première journée, animée par un conseiller de gestion, les éleveurs ont mis en commun leurs résultats en allant jusqu’à comparer la productivité de la main-d’oeuvre et leurs revenus ce qui a permis de constater des écarts énormes. La deuxième journée a été réalisée avec le GDS et animée par un vétérinaire nutritionniste. « Nous avions l’habitude de faire une journée de formation pour les éleveurs ovins sur la santé du troupeau, explique Florence Bastide du GDS de Haute-Loire. Ici c’est intéressant d’avoir un groupe qui travaille en amont de cette journée et débriefe ensuite. Pour nous ça peut être un moyen de voir de nouvelles têtes, car tous les éleveurs ovins ne sont pas au GDS ».

Un plan d'action avec des indicateurs économiques

« J’étais routier avant de m’installer: c’est important pour moi de me former. Ça permet aussi de rencontrer de nouveaux éleveurs. Il y a dans le lot des éleveurs qui ont des grosses troupes. Je pense qu’on a beaucoup à apprendre de ces gens », confie Jérôme Pot, éleveur de 300 brebis près de Saint-Paulien qui a accueilli le groupe sur son exploitation. «Mon installation a été précipitée et je n’ai pas pu finir mon BTS, se souvient Clément Lebrat. Quand on s’installe on est démuni, surtout quand on n’a pas les parents derrière pour aider. Aujourd’hui, c’est important pour moi d’aller voir des exploitations pour apprendre. » La dernière journée de la formation a permis aux éleveurs d’élaborer un plan d’action pour mettre en oeuvre les préconisations sur leurs exploitations en se fixant des indicateurs chiffrés pour évaluer la progression des résultats. Cerfrance Haute-Loire souhaite faire essaimer de genre de formations et susciter ailleurs l’envie de les mettre en place.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre