Aller au contenu principal

Un atelier ovin au service des apprenants et de la filière en Haute-Loire

Le lycée agricole de Brioude-Bonnefont dispose d’un troupeau de 400 brebis Bizet conduit en agriculture biologique. Une richesse pour l’enseignement technique et pour former de futurs bergers de Haute-Loire.

Un atelier ovin au service des apprenants et de la filière en Haute-Loire
© V. Gruber

Au lycée agricole de Brioude-Bonnefont (Haute-Loire), on élève 60 vaches laitières sur le site de Bonnefont, des volailles de chair (deux poulaillers) et 400 brebis sur le site du Charriol. L’établissement a opté pour la Bizet, une race locale à faible effectif à préserver. Le troupeau conduit en trois agnelages en deux ans sur deux lots de brebis produit des agneaux vendus à la coopérative Copagno. « En 2021, nous avons vendu 385 agneaux, des agnelles pour la reproduction et des béliers en station », signale la responsable de l’exploitation du lycée, Candice Ferreira.

Un avant-goût de l’élevage ovin

Installé dans deux bergeries sur aire paillée, l’atelier ovin est très utilisé sur le plan pédagogique, du bac pro au BTS. « Le troupeau ovin sert pour les travaux pratiques avec les enseignants et lors de mini-stages effectués par les élèves en filière production animale. Il contribue à la richesse de notre enseignement et permet de former de futurs moutonniers pour nos territoires. Enfin, nous participons au maintien de la race Bizet », indique Candice Ferreira. « Même si l’on sait que beaucoup de nos jeunes vont reprendre l’atelier familial, l’exploitation de l’établissement permet de faire découvrir trois productions animales différentes. Le troupeau ovin présente un intérêt pour la pratique de la manipulation des bêtes et c’est une référence technique pour les élèves », ajoute Jean-François Besson, directeur de l’EPLEFPA.

L’atelier ovin de Bonnefont est ouvert sur l’extérieur et en tant que tel il accueille chaque année les Ovinpiades départementales des jeunes bergers et tous les quatre ans les épreuves régionales. Lors des dernières Ovinpiades, un élève du lycée agricole, Adrien Chambon, s’est particulièrement distingué lors de ce concours en remportant le titre de meilleur jeune berger de France à Paris, en février 2022.

L’établissement a récemment investi dans son atelier ovin en se dotant d’un parc de tri automatisé ; un outil équipé d’une porte intelligente, d’un système de pesage et qui permet à une seule personne de trier 200 brebis. « Cela permet de montrer que les nouvelles technologies et le numérique sont désormais au service de l’élevage ovin », indique la responsable de l’exploitation.

Des essais expérimentaux sur le troupeau et le fourrage

Cet atelier ovin est aussi un lieu d’expérimentation. Il participe pour la deuxième année au projet « Pepita Sécu Fourrage » porté par la chambre d’agriculture de l’Isère en vue de trouver un mélange prairial le plus adapté aux parcelles du Charriol pour faire face au changement climatique. La deuxième expérimentation « Climagrof 2 », portée par le Cirpo et l’Institut de l’élevage, cible deux actions : connaître les valeurs agronomiques du fumier issu des plaquettes en bergerie et tester l’affouragement en vert d’essences ligneuses pour les animaux ainsi que le pâturage de prairies dotées de haies.

En relation avec le monde professionnel, « notre atelier conduit en bio fait partie du réseau ovin viande suivi par la chambre d’agriculture et adhère à l’OS Rom. Nous faisons également partie des fermes ouvertes bio », signale Jean-François Besson.

Repères

60 vaches laitières
2 poulaillers de volailles de chair
400 brebis Bizet
1,40 de productivité ; 1,65 de prolificité
(Données 2021)

Le meilleur jeune berger de France 2022 vient de Brioude-Bonnefont

 

 
Adrien Chambon sacré meilleur jeune Berger de France en mars 2022, lors de la finale des Ovinpiades au Salon de l'agriculture à Paris. © V. Gruber
En mars dernier, Adrien Chambon est revenu de Paris, où se tenait le Salon international de l’agriculture, avec le titre de meilleur jeune berger de France 2022. Une très belle performance pour ce lycéen de 20 ans, en deuxième année de BTS Production animale à Bonnefont, qui est arrivé en tête des 40 finalistes de la 17e édition des Ovinpiades des jeunes bergers. On peut même parler d’un parcours sans faute pour Adrien qui est arrivé premier au niveau départemental, puis régional et enfin national, à Paris, lors de la finale qui s’est tenue au Salon de l’agriculture. Une récompense pour sa famille et la ferme de ses parents, le Gaec Chambon Paulet situé à la Besseyre-Saint-Mary, et pour le département de Haute-Loire qui est une terre de production ovine. Ce jeune passionné d’ovins entend à présent s’installer au plus vite sur l’exploitation familiale.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre