Aller au contenu principal

Symptômes, diagnostic et points de vigilance contre la coccidiose des ovins

La coccidiose est une pathologie parasitaire touchant les agneaux et présente dans la grande majorité des élevages ovins à l’état subclinique. Retour sur les conseils procurés par le vétérinaire Laurent Saboureau en webinaire Inn’ovin le 7 décembre.

Une litière sèche et la limitation de l'humidité dans le bâtiment permettent de limiter l'apparition de forme clinique de la coccidiose sur les agneaux.
Une litière sèche et la limitation de l'humidité dans le bâtiment permettent de limiter l'apparition de forme clinique de la coccidiose sur les agneaux.
© B. Morel

« On estime que 80 à 90 % des élevages ovins sont atteints de coccidiose sans forcément en présenter les symptômes cliniques », affirme le vétérinaire Laurent Saboureau en introduction du webinaire « La coccidiose : comment la soigner et la prévenir » organisé par le programme Inn’ovin. Les coccidies sont des parasites intestinaux, dont deux espèces sont pathogènes pour les ovins : Eimeriidae ovinoidalis et Eimeriidae crandallis. D’après le vétérinaire, « il faut trois à cinq mois de contact pour développer l’immunité chez les ovins donc ce sont surtout les agneaux qui présentent des symptômes aux coccidies ». Ces pathogènes se reproduisent et se multiplient directement dans les cellules des intestins des ovins. Les cellules infectées éclatent, ce qui détériore fatalement la muqueuse intestinale. Dans l’intestin grêle, cela engendre une mauvaise absorption des nutriments, et dans le gros intestin cela diminue la réabsorption de l’eau. Au bout de quelques semaines, les agneaux développent donc des symptômes d’amaigrissement et une laine piquée. Au stade clinique, l’agneau excrète des diarrhées sanguinolentes noirâtres.

Détecter la coccidiose clinique par analyse coprologique

« Il faut prélever sur au moins cinq animaux différents, conseille le vétérinaire, et laisser le laboratoire faire le mélange. Donner les commémoratifs facilite l’analyse, donc on précise les symptômes observés, sur quels types d’animaux, en bergerie ou non, s’il y a déjà eu des cas et des traitements. En général, il y a un risque élevé de coccidiose clinique au-delà de 10 000 OPG [mesure d’intensité d’excrétion d’œufs] dans les fèces. » Plusieurs traitements curatifs existent et pour le docteur Saboureau « la coccidiose est sûrement l’un des parasitismes qui répond le mieux à la phytothérapie. Le vinaigre de cidre dilué dans l’eau de boisson (5 à 10 ml par animal sur une période de huit à dix jours) peut être absorbé sur des granulés pour les jeunes agneaux afin de favoriser sa prise ».

Une litière sèche et propre pour limiter les contaminations

Les brebis contaminées sans présenter de symptômes portent le parasite dans leurs fèces, contaminant la litière en bergerie. Les agneaux sont donc infestés par les coccidies dès leur naissance, par la litière ou par la tétée pourtant primordiale pour l’apport immunitaire du colostrum. Pour que cette contamination ne se traduise pas en infection clinique, on veillera à limiter la sporulation des coccidies dans la litière en maîtrisant l’humidité des bâtiments. « Attention aux bâtiments tunnels et aux fuites d’eau, avertit Laurent Saboureau. Paillez régulièrement et abondamment les bergeries, qu’il ne suffit pas de vider pour contrer la rémanence (de deux à cinq mois) des coccidies dans la litière. On privilégie le lavage des bâtiments au désinfectant et/ou avec de l’eau chaude sous pression. »

Attention aux strongles et aux différents stress d’élevage

Les coccidies peuvent avoir une action décuplée par la présence de strongles, qui orientent l’immunité des ovins contre eux plutôt que contre les coccidies. Ces dernières, même si présentes en faible quantité, peuvent donc causer des dégâts et provoquer une coccidiose clinique. De la même façon, comme les coccidies détruisent localement la muqueuse intestinale qui est une barrière contre les pathogènes, la coccidiose peut être la porte ouverte à une surinfection bactérienne. L’immunité face aux coccidies peut également se fragiliser lors de changements brutaux de température et des différentes étapes clé de l’élevage des ovins : sevrage, manipulations, mise à la reproduction des agnelles ou transport.

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre