Aller au contenu principal

Question à François Cholat, président du Snia, syndicat national de l’alimentation animale
Crise énergétique : quels leviers pour réduire la consommation de 10 % dans la fabrication d'aliments pour ovins ?

Question à François Cholat, Président du Snia, syndicat national de l'alimentation animale
Question à François Cholat, Président du Snia, syndicat national de l'alimentation animale
© Intercéréales

Au niveau de nos outils de fabrication d’aliments pour les animaux, nous travaillons déjà depuis longtemps sur les économies d’énergies. Si notre secteur consomme peu de gaz par rapport à la consommation totale de l’industrie française (moins de 0,4 %), il est utilisé dans presque toutes nos usines. En englobant les augmentations des prix du gaz, de l’électricité et des carburants (pour le transport), nous estimons la hausse du coût de production entre 5 et 20 €/t dans les mois à venir.

Les fabricants d’aliments ont besoin du soutien des pouvoirs publics pour activer les nouveaux leviers de compétitivité

Face à cette situation inédite, nous avons créé une cellule de suivi, composée d’entreprises, pour faire un état des lieux et identifier les leviers à activer. Certaines économies encore possibles sont en cours de chiffrage, même si les 10 % demandés par le gouvernement nous paraissent très élevés. Nos process sont déjà optimisés et une réduction de la consommation de gaz induirait une perte de rendement, une baisse de la qualité des granulés et pourrait même - dans certains cas - avoir des conséquences sanitaires. En effet le gaz est utile dans nos process pour la production de vapeur, afin de pouvoir conditionner, conserver et améliorer la digestibilité. La sécurité sanitaire des aliments, notamment ceux destinés à la volaille, est également un objectif de nos procédés de fabrication. Nos entreprises continuent leurs efforts pour améliorer la sobriété énergétique de la nutrition animale. Côté transport, nous avons renouvelé notre proposition au Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire de passer la capacité des porteurs à 36 t, contre 32 aujourd’hui. Cela engendrerait une économie de carburants, et diminuerait le nombre de camions porteurs sur les routes.

Pas de ruptures d’approvisionnements

Nous travaillons également sur des scenarii de rupture des approvisionnements. Si certains fournisseurs ne peuvent nous livrer les matières premières, le secteur pourrait se trouver en difficulté. Nous avons ainsi demandé que nos usines soient classées parmi les secteurs prioritaires, ainsi que tous les acteurs de la chaîne des filières végétales et animales. Si nous n’avons pas reçu de réponse positive pour l’heure, nous ne renonçons pas.

80 % des coûts de production de l’aliment étant liés à la matière première, le prix des aliments livrés en élevage a déjà augmenté au cours des derniers mois. Les stratégies d’achat et le travail de formulation des aliments a permis de « tamponner » ou décaler la hausse. Mais, avec le temps, nous n’avons eu d’autre choix que de répercuter les fortes augmentations des matières premières. Nous avons déjà observé un recul des achats d’aliment en France au cours de l’année écoulée, liés à la fois à la conjoncture économique et sanitaire (grippe aviaire), et plus structurellement à la réduction du cheptel, bovin en particulier. Cette baisse des volumes est un indicateur sérieux quant à la situation que traverse l’élevage français. Nous devons donner des signes forts aux éleveurs, pour qu’ils ne cessent pas leur activité. L’avenir de l’élevage en France doit être considéré comme une priorité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

"On avait tous un paysan dans la famille"
"On avait tous un paysan dans la famille"
Victorine Alisse a mené une vraie enquête de cœur pour retrouver et photographier une vingtaine d’ancien(ne)s paysan(ne)s. Forte…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Les 120 meilleurs Border Collie  d’Europe en compétition en Vendée
Du 25 au 28 août 2022 aura lieu le Championnat d’Europe de chiens de troupeau, où 18 nations présenteront huit de leurs meilleurs…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
On compte 921 loups en France 
La profession l’avait préssenti : la population de loups était largement sous-estimée par les pouvoirs publics. Le comptage le…
Le loup est présent dans au moins 45 départements français et sa population aurait bondi de 47 % entre la fin d'été 2021 et le printemps 2022.
Près de 11 000 brebis victimes de plus de 920 loups
Alors que les chiffres de la prédation 2021 sont enfin accessibles, un autre coup de tonnerre ébranle la profession ovine déjà…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre