Aller au contenu principal

Frédéric Laurent, responsable formation continue à l’Institut Agro - Domaine et centre de formation du Merle, dans les Bouches-du-Rhône.
Quels débouchés pour les futurs bergers au domaine du Merle ?

Les 1 500 brebis du Merle offrent un support pédagogique de qualité pour les futurs bergers.
Les 1 500 brebis du Merle offrent un support pédagogique de qualité pour les futurs bergers.
© L. Geoffroy

Frédéric Laurent, responsable formation continue à l’Institut Agro - Domaine et centre de formation du Merle, dans les Bouches du Rhône.
Frédéric Laurent, responsable formation continue à l’Institut Agro - Domaine et centre de formation du Merle, dans les Bouches du Rhône. © DR

« L’Institut Agro - Domaine et Centre de formation du Merle forme des jeunes bergers depuis 1931. À ce titre, elle est la plus ancienne école française dans cette filière. Chaque année, une vingtaine de stagiaires de tous horizons sont accueillis dans le cadre de la formation professionnelle continue pour un cursus d’un an. 70 à 80 % des cours proposés sont pratiques. Avec un troupeau transhumant de 1 500 brebis, le domaine est un endroit formidable pour l’apprentissage du métier de berger.

Si tous les âges sont représentés, cette année, plus de 60 % des apprenants ont moins de 26 ans. Sur les 20 dernières années, environ 75 % des personnes formées exercent aujourd’hui une activité dans l’élevage, dont 30 % de chefs d’exploitation et 45 % de bergers salariés. À l’issue de la formation, 90 % des stagiaires ont un emploi. Les stagiaires sont entièrement satisfaits du déroulement de la formation qui recoupe l’ensemble des compétences professionnelles demandées au berger : garde du troupeau dans différents milieux dans un contexte de prédation, gestion sanitaire du troupeau, gestion de la ressource pastorale…

Avoir une vision globale du poste

Il y a une demande forte de la part des éleveurs, qui s’est accentuée avec l’augmentation de la pression de prédation. De nombreux éleveurs ou groupements pastoraux emploient un voire deux bergers et un aide-berger en estive, et, nouveauté, aussi pour la garde d’hiver et de printemps. Il y a ainsi de plus en plus de possibilités pour travailler toute l’année pour les bergers qui le souhaitent : l’estive, puis les agnelages, ensuite les gardes d’hiver, puis de nouveau l’estive.

Lorsque nous parlons emploi avec les stagiaires, l’élément décisif est la relation avec le ou les éleveurs du troupeau à garder. Ensuite vient bien sûr un échange sur l’organisation de la montagne, l’état sanitaire du troupeau, la fonctionnalité des cabanes, l’habitude des brebis à être gardées, les questions salariales… Nous leur conseillons d’avoir une vision globale du poste avant d’arrêter leur choix.

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Parmi les céréales qui peuvent être distribuées aux brebis, l'avoine est la moins énergétique et n'est pas acidogène.
Quelles céréales intégrer dans la ration des brebis ?
Les céréales sont des concentrés d’énergie qui sont essentiels dans la ration des brebis selon leur stade physiologique. Tour d’…
Légende
"Nous avons choisi le pastoralisme itinérant"
Après avoir été bergers durant cinq ans, Juliette Martorell et François Oriol pratiquent depuis deux ans le pastoralisme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre