Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau

Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.

La recette de la brochette pousse kebab réalisée en partenariat par Chefclub et jadorelagneau a été visionné plus de 131 millions de fois. © Chefclub
La recette de la brochette pousse kebab réalisée en partenariat par Chefclub et jadorelagneau a été visionné plus de 131 millions de fois.
© Chefclub

L’agneau, l’essayer, c’est l’adorer ». Voilà un slogan qui en jette pour la campagne européenne branchée réseaux sociaux et digital et qui promeut, depuis un an maintenant, la viande d’agneau. Lancée officiellement le 1er avril 2018 par AHDB (Royaume-Uni), Bord Bia (Irlande) et Interbev ovins (France), cette campagne prendra normalement fin en 2020.

La viande d’agneau à la conquête des jeunes et du web 

Contrairement à la précédente campagne de promotion de la viande d’agneau qui s’adressait aux 25-45 ans, celle-ci vise spécifiquement les 25-35 ans. Cette classe d’âge est celle qui consomme le moins d’agneau. Pour Interbev, « l’idée est de viser un public jeune pour agir tôt sur les habitudes de consommation et changer les comportements à long terme. »  Pour toucher ce public jeune, la communication des outils liés aux tendances millenials, des réseaux sociaux adaptés et des partenariats avec des influenceurs. « Les actions avec les réseaux sociaux culinaires ont donné des résultats bluffants », s’enthousiasme François Frette, animateur de la section ovine d’Interbev. L’une des vidéos en partenariat avec Chefclub a atteint un impressionnant 131 millions de vues. Près de 32 000 personnes suivent le compte Facebook de la campagne.

Le volet professionnel de la campagne « l’agneau, si simple, si bon » de 2015-2017 a été repensé pour former et accompagner les professionnels de la vente dans la valorisation de la viande d’agneau dans les rayons boucheries avec une partie théorique, un atelier de découpe et des démonstrations. La première année de campagne a aussi mis en place des publicités, des évènements pour la presse et le grand public, des newsletters, etc.

Le Brexit met en doute l’avenir de la campagne

La seconde année de la campagne « l’agneau, l’essayer, c’est l’adorer » veut davantage mettre en avant les bienfaits de l’élevage ovin sur le territoire par des interviews relayés par les réseaux sociaux et le site internet de la campagne. En parallèle se poursuivra une présence web renforcée. « Pour cette première année de campagne, nous avons testé differents canaux de communication. Maintenant, on va surtout capitaliser sur les actions qui ont bien marché », explique François Frette. Signe encourageant, alors que la consommation de viande d’agneau est globalement en diminution en Europe, la consommation des 25-35 ans est restée stable. Malheureusement, l’avenir de la campagne de promotion est incertain. Si aucun accord avec le Royaume-Uni n’est trouvé pour sa sortie de l’Union européenne, la campagne « l’agneau, l’essayer, c’est l’adorer » prendra fin au 31 novembre.

Site internet : jadorelagneau.fr - Instagram : @jadorelagneau - Facebook @jadorelagneau - #jadorelagneau
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre