Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les laitiers veulent faire entendre leur voix

L’étude « Bergers demain en brebis laitières » est un premier pas qui signe la volonté des éleveurs de faire émerger une véritable filière nationale capable de faire valoir les intérêts du lait de brebis.

© bgriffoul
Jusqu’à présent, on passait pour les émirs de l’or blanc. Le lait de brebis était une filière qui se débrouillait seule et ne posait de problème à personne. Or, depuis quelques années, nous sommes rattrapés par la conjoncture qui touche l’agriculture. Cette filière est en crise. » Tel est le constat dressé par Philippe Meynier, vice-président du Comité national brebis laitières (CNBL), lors du dernier Sommet de l’élevage. Éleveur en Corse, il préside le comité de pilotage de l’étude « Bergers demain en brebis laitières » dont le but était de faire un état des lieux de la production française de lait de brebis et de voir, bassin par bassin, « si on partage le même constat ».
Derrière ce travail, réalisé par l’Institut de l’élevage et financé par FranceAgriMer et la CNE (Confédération nationale de l’élevage), l’idée est de fédérer les trois bassins traditionnels, rayon de Roquefort, Pyrénées-Atlantiques,Corse, pour répondre ensemble à la question : « Qu’est-ce qu’on va devenir ? ». Se fédérer pour faire entendre ensemble la voix du lait de brebis à l’échelon national et européen et ne plus être la production qu’on oublie — parce que réputée trop riche — lorsqu’on met sur la table des soutiens financiers aux filières.Ou, parce que trop discrète, lorsqu’on édicte des règles de politique agricole qui ne tiennent pas compte des spécificités du lait de brebis. Le paquet lait en est la parfaite illustration. Pensé pour le lait de vache, il est censé s’appliquer aux autres productions mais s’avère difficilement applicable en l’état pour les ovins lait. Se fédérer enfin pour faire reconnaître la place des fromages au lait de brebis et développer les ventes est le plus sûr moyen d’apporter des solutions aux difficultés de la filière.

La suite du dossier dans Pâtre janvier 2013
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre