Aller au contenu principal

Les laitiers veulent faire entendre leur voix

L’étude « Bergers demain en brebis laitières » est un premier pas qui signe la volonté des éleveurs de faire émerger une véritable filière nationale capable de faire valoir les intérêts du lait de brebis.

© bgriffoul
Jusqu’à présent, on passait pour les émirs de l’or blanc. Le lait de brebis était une filière qui se débrouillait seule et ne posait de problème à personne. Or, depuis quelques années, nous sommes rattrapés par la conjoncture qui touche l’agriculture. Cette filière est en crise. » Tel est le constat dressé par Philippe Meynier, vice-président du Comité national brebis laitières (CNBL), lors du dernier Sommet de l’élevage. Éleveur en Corse, il préside le comité de pilotage de l’étude « Bergers demain en brebis laitières » dont le but était de faire un état des lieux de la production française de lait de brebis et de voir, bassin par bassin, « si on partage le même constat ».
Derrière ce travail, réalisé par l’Institut de l’élevage et financé par FranceAgriMer et la CNE (Confédération nationale de l’élevage), l’idée est de fédérer les trois bassins traditionnels, rayon de Roquefort, Pyrénées-Atlantiques,Corse, pour répondre ensemble à la question : « Qu’est-ce qu’on va devenir ? ». Se fédérer pour faire entendre ensemble la voix du lait de brebis à l’échelon national et européen et ne plus être la production qu’on oublie — parce que réputée trop riche — lorsqu’on met sur la table des soutiens financiers aux filières.Ou, parce que trop discrète, lorsqu’on édicte des règles de politique agricole qui ne tiennent pas compte des spécificités du lait de brebis. Le paquet lait en est la parfaite illustration. Pensé pour le lait de vache, il est censé s’appliquer aux autres productions mais s’avère difficilement applicable en l’état pour les ovins lait. Se fédérer enfin pour faire reconnaître la place des fromages au lait de brebis et développer les ventes est le plus sûr moyen d’apporter des solutions aux difficultés de la filière.

La suite du dossier dans Pâtre janvier 2013
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre