Aller au contenu principal

Les laines locales se tricotent un avenir

Considérée par nombre d’éleveurs comme un déchet par manque de rentabilité, la laine peine à retrouver ses lettres de noblesse. Certains n’hésitent cependant pas à retrousser leurs manches pour valoriser localement cette noble matière première.

 © B. Morel
© B. Morel

La laine n’est plus utilisée qu’à hauteur de 1,5 % des besoins textiles dans le monde. Comment maintenir sa position face à l’élasthanne, le polyamide, la viscose et autres textiles issus de la chimie ? Les fibres synthétiques représentent les deux tiers du textile mondial. Le coton approche les 30 % à lui seul. La laine souffre. Sa transformation est onéreuse, difficilement industrialisable. Les consommateurs s’en sont détournés pour des textiles plus faciles à porter, à laver. Dans l’imaginaire collectif, la laine est toujours liée au pull qui gratte et qui tient toujours trop chaud. Heureusement, la réalité est toute autre et de plus en plus d’éleveurs et d’artisans se mobilisent pour remettre en état de marche cette filière qui bas de l’aile. Actuellement le kilo de laine est payé à l’éleveur autour de 40 centimes, la matière sera exportée, transformée à bas coût, principalement en Asie, et reviendra sur le marché français du textile. Quelques irréductibles filatures françaises persistent malgré le désenchantement de la filière laine de ces dernières décennies. Elles survivent grâce à leur petite taille, il s’agit pour la plupart de microstructures et grâce à la disponibilité de la matière première.

Cependant, « il y a un vrai travail d’information et de pédagogie à mener auprès des éleveurs pour leur faire comprendre que leur laine a de la valeur et qu’il est donc nécessaire de respecter cette matière première pour qu’elle puisse ensuite être bien valorisée », remarque Bruno Dépalle, gérant de l’unité de lavage de laine de Saugues, en Haute-Loire. Et pourtant, qui saurait les en blâmer ? La laine vendue aux grossistes ne paye même pas le tondeur et le ramasseur. C’est pourquoi de nombreuses petites structures et associations s’engagent à reverser un prix minimum à l’éleveur qui incite à prendre soin de la toison de ses bêtes voire de sélectionner celles-ci en fonction de leurs aptitudes lainières. Toutes les laines ne sont cependant pas valorisables pour l’habillement, mais de nombreuses idées germent dans la tête des artisans textiles, qui voient une opportunité pour valoriser un matériau local et avantageux par de nombreux aspects. Partout en France fleurissent des initiatives pour faire connaître ce textile traditionnel et le remettre au goût du jour tout en enrichissant le métier d’éleveur. En effet, la conduite du troupeau a un impact non négligeable sur la qualité de la laine. « Une belle toison est représentative d’une bonne santé de l’animal et d’une bonne génétique », rappelle Pierre Reveillac, éleveur de brebis caussenardes dans le Lot.

La laine a de la valeur

En savoir plus

Les prochaines journées nationales de la laine se tiendront du 25 au 27 ​octobre à Felletin dans la Creuse.

journeesdelalaine.wixsite.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre