Aller au contenu principal

Véritables outils de communication
Les fêtes de la transhumance

Le concept de fête de la transhumance est une création des années 70. Réparties surtout sur les massifs de l’arc méditerranéen, ces fêtes attirent de nombreux touristes.

Les éleveurs organisateurs de la fête de Saint-Rémy de Provence en 2011
Les éleveurs organisateurs de la fête de Saint-Rémy de Provence en 2011
© LGeffroy

Les premières fêtes de la transhumance se sont mises en place à partir des années 70 (Istres en 1975, Aubrac en 1982, Saint-Rémy de-Provence en 1984), mais leur développement s’est accentué dans les années 90. On en compte aujourd’hui une cinquantaine, réparties sur tous les massifs de l’arc méditerranéen. Le phénomène touche aussi l’Espagne, l’Italie et l’Autriche.
Ces fêtes attirent jusqu’à plusieurs milliers de personnes. Elles sont désormais installées dans le paysage des fêtes thématiques agricoles. Même si le concept de fête de la transhumance est une création, il existe également un sentiment d’antériorité dans la tradition: la transhumance à pied a toujours été un moment « hors du temps », avec un caractère de rencontre, voire festif à quelques occasions, notamment lors de la traversée de certains villages. Il s’agit d’une activité ancrée dans l’histoire mais bien vivante, fondée sur le passage d’un ou de plusieurs troupeaux qui sont bien réels, avec souvent de jeunes éleveurs en activité à leur tête.
Ces fêtes sont organisées par différents acteurs. Soit des éleveurs, les revendications sont alors centrées autour de la filière de l’élevage, notamment par rapport à une agriculture parfois considérée comme devant disparaître de certains territoires. La fête de Saint-Rémy-de- Provence par exemple est née dans un contexte où la transhumance, pratiquée depuis quelques années uniquement en camion, avait perdu toute visibilité. L’idée est alors venue à un petit groupe d’éleveurs de la remettre en lumière au travers d’une fête organisée autour du passage de plusieurs troupeaux de la commune dans les rues d’un village, par ailleurs à forte attraction touristique. D’autres fêtes sont réalisées sous l’égide des offices du tourisme, des municipalités… Elles sont alors orientées vers la promotion d’un territoire ou d’une commune, d’un développement touristique, à l’échelle d’un public extrêmement vaste.
Enfin, les fêtes peuvent être organisées en partenariat entre des éleveurs et une association culturelle ou le service culturel d’une collectivité locale. L’accent y est dès lors mis sur la dimension culturelle de l’élevage transhumant, sa connaissance, sa promotion et sa défense.
Ces fêtes participent d’un phénomène ritualisé : il existe un « modèle fête de la transhumance », avec pour élément central le passage du troupeau, qui constitue le moment fusionnel avec le public. Plusieurs cercles d’acteurs sont mobilisés : celui des professionnels, celui des amis qui, ce jour-là, donnent un coup de main et celui des touristes.Tous les médias permettant de valoriser la dimension culturelle de la transhumance peuvent être sollicités : expositions, projections de films, veillées, spectacles… Le programme comprend souvent des démonstrations de chiens de troupeaux ou de tonte, une foire aux produits locaux, un repas… La mise en place de ces fêtes répond d’évidence au besoin d’un nouveau mode de communication entre un public très urbain et des acteurs du monde rural.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre