Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les chambres d’agriculture proposent des pistes pour sortir de la crise

L’APCA vient d’éditer deux documents dans laquelle elle donne des pistes de redressement à court et moyen terme de l’agriculture française.

Les chambres d’agriculture ont rédigé un document pour soutenir à court terme les exploitations touchées. Car si la chaîne agroalimentaire a globalement tenu, certains secteurs agricoles subissent des répercussions fortes comme l’horticulture, les pépinières, la viticulture, les pommes de terre, l’agritourisme ou les centres équestres… Pour l’agritourisme par exemple, un tiers des exploitations connait une perte mensuelle supérieure à 5 000 euros. Les chambres d’agriculture demandent ainsi des mesures générales (exonérations ou reports de charges, possibilités d’étalement de la dette et de renforcement de la trésorerie par des prêts garantis…) mais aussi des mesures plus spécifiques.

A plus long terme, les chambres d’agriculture veulent répondre aux attentes de la société de reconquérir la souveraineté alimentaire et relocaliser la production. Sébastien Windsor, le président de l’Assemblée permanente des chambres d'agriculture, rappelle par exemple que les drives fermiers ont connu un bond de 400 % de leur chiffre d’affaires. Pour développer cette agriculture de proximité, les chambres d’agriculture veulent ainsi modifier les règles de la commande publique pour permettre d’y introduire des critères de proximité dans les approvisionnements. « C’est quand même antinomique de vouloir des produits locaux et d’être obligé de détourner les appels d’offre publique pour pouvoir juste mettre un critère de proximité », commente Sébastien Windsor. Pour promouvoir une territorialisation des approvisionnements alimentaires, l’APCA veut déployer les projets agricoles et alimentaires territoriaux en lien étroit avec les producteurs locaux. Les chambres d’agriculture veulent aussi insérer les visites de fermes dans les programmes scolaires. « Nous voulons montrer qu’une ferme n’est pas un endroit où il y a une vache et deux canards mais que c’est l’endroit où l'on produit son alimentation », détaille le président.

Pour promouvoir les circuits courts et les produits fermiers, l’APCA invite les collectivités locales à prêter des locaux inutilisés pour la vente et la distribution des produits. Les chambres d’agricultures demandent aussi que les grandes surfaces référencent davantage les produits fermiers dans leurs enseignes. « Nous voulons accompagner et pérenniser les changements de comportements des Français », indique Sébastien Windsor en appelant à décliner ce plan dans chaque région et chaque territoire. L’agriculture se présente aussi comme une opportunité d’emplois salariés dans une France qui risque d’être davantage touchée par le chômage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre