Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le renouveau de la race brigasque

Race laitière rustique, la brigasque est particulièrement adaptée aux territoires montagneux des Alpes du Sud. Des éleveurs passionnés ont entrepris de la sélectionner.

© bgriffoul

Elle était considérée comme orpheline. Une poignée d’éleveurs s’attelle à faire revivre la race brigasque en région Provence Alpes Côte d'Azur. Parmi eux, Amélie Griveau et Jean-Baptiste Martin, qui sont en train de constituer un troupeau laitier avec cette race rustique très adaptée à leur territoire de montagne, dans le Queyras. Le couple exploite 20 hectares de prairies, extrêmement morcelées, mais en grande partie irrigables, 60 hectares de parcours et dispose d’un alpage individuel. « Le comportement alimentaire de la brigasque est intéressant, souligne le jeune éleveur. Elle mange d’abord les ligneux. Même, à l’intérieur, elle valorise bien les fourrages grossiers. C’est une race purement laitière mais elle est bien conformée et très agréable à traire. » La laine est valorisée sous forme de tapis, tissés en Sardaigne. Les dix-neuf éleveurs de cette race, qui compte à peine mille brebis et a été sauvée par deux néo-ruraux passionnés, sont regroupés dans une association. Leur but : « gérer les différentes souches et la consanguinité », « aider les jeunes qui veulent s’installer en brigasque et créer un engouement ». « On peut acheter au maximum 20 agnelles par an » Le couple détient 55 brebis brigasques et 40 agnelles et antennaises, et encore 70 Est à laine mérinos. L’objectif, d’ici à deux à trois ans, est de supprimer ces dernières et de porter le troupeau laitier à 120-130 brebis. « Il faut du temps parce qu’on peut trouver à acheter au maximum 20 agnelles par an. Et, la race n’ayant jamais été sélectionnée, elle est très hétérogène ; il faut beaucoup réformer après la première lactation. Maintenant, j’ai cinq ou six souches, je peux travailler avec mes béliers », explique l’éleveur.

Ne disposant d’aucune référence de production laitière, les éleveurs ont entrepris, avec l’association Brebis Lait Provence, de faire des pesées de lait. Jean-Baptiste Martin estime la production actuelle à 90 litres par brebis. « Après sélection, nous devrions pouvoir monter à 150 litres », prévoit-il. Les brebis mettent bas vers la mi-octobre, la traite (à la main provisoirement) se déroule de début décembre jusqu’à fin juillet. Au bout d’un mois, elles sont conduites en monotraite. La brigasque a une bonne persistance laitière, la production remonte de 30% à la mise à l’herbe alors que toute complémentation est supprimée. Qelles sont taries, elles partent deux mois en alpage. Les agneaux sont élevés sous la mère pendant six semaines avant d’être abattus entre 12 et 17 kilos (vif). Les carcasses sont découpées, la viande conditionnée sous vide et vendue en direct au détail. L’exploitation est conduite en agriculture biologique. Le lait est transformé prioritairement en yaourts, nature et aromatisés avec des herbes locales (génépi, hysope, verveine). Le couple fabrique également de la tome de Provence, du fromage blanc en faisselle, des fromages lactiques et de la brousse et prévoit de relancer une fabrication locale, la tome de la Brigue. La bonne valorisation du lait (4,80 € le litre), devrait donner toute sa viabilité au projet, dans lequel les jeunes éleveurs ont investi 175000 euros (extension et réaménagement des bâtiments, séchage en grange, fromagerie). Et assurer l’avenir de la brigasque.

 

D'autres articles sur Brebis Lait Provence dans Pâtre juin/juillet 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre