Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le bien-être jusqu'à l'abattoir

La polémique a pris de l’ampleur. Les abattoirs sont devenus aux yeux du grand public des zones de non droit pour les animaux. Ils sont pourtant contrôlés et soumis à une réglementation stricte qui garantit la protection des animaux dans la plupart des abattoirs.

 © A. Villette
© A. Villette

Il y a près d’un an, suite à une vidéo tournée par L214, une association militante pour la fin de l’élevage, montrant de la maltraitance animale au sein d’un abattoir du Gard, la polémique sur l’abattage des animaux a pris de l’ampleur. Depuis, les vidéos chocs ne cessent de pleuvoir, la dernière en date, tournée à l’abattoir de Limoges, montre l’abattage de vaches gestantes. La polémique prend de l’ampleur et met éleveurs et abatteurs en porte-à-faux. Une commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage a ainsi été formée. Elle a rendu ses conclusions le 20 septembre dernier après six mois de travail. Ce rapport mettait en avant une volonté d’accroître les contrôles et la transparence dans les abattoirs. La commission proposait notamment de rendre obligatoire l’installation de caméras dans toutes les zones des abattoirs dans lesquelles des animaux vivants sont manipulés. La proposition a été refusée en décembre dernier par les députés.

Le bien-être animal est aussi une préoccupation pour les éleveurs et les abatteurs

Pour le grand public, les abattoirs semblent être vus comme des zones de non droit. Pourtant, les abatteurs sont soumis à une réglementation stricte censée garantir le bien-être animal. Si certains ne respectent pas cette réglementation, au risque de lourdes sanctions, la plupart des abattoirs, sont contrôlés et ne dérogent pas à cette réglementation. Lorsqu'on visite l’abattoir de Sisteron, par exemple, les animaux ne semblent pas soumis au stress ni à des souffrances inutiles. Le bien-être animal est devenu une préoccupation essentielle pour les consommateurs, mais il serait faux de penser qu’elle ne l’est pas pour les éleveurs et les abatteurs. Des éleveurs ont ainsi créé un collectif  "Quand l’abattoir vient à la ferme" afin de promouvoir l’abattage mobile à la ferme et ainsi garder un œil sur les conditions d’abattage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre