Aller au contenu principal

Le bien-être jusqu'à l'abattoir

La polémique a pris de l’ampleur. Les abattoirs sont devenus aux yeux du grand public des zones de non droit pour les animaux. Ils sont pourtant contrôlés et soumis à une réglementation stricte qui garantit la protection des animaux dans la plupart des abattoirs.

 © A. Villette
© A. Villette

Il y a près d’un an, suite à une vidéo tournée par L214, une association militante pour la fin de l’élevage, montrant de la maltraitance animale au sein d’un abattoir du Gard, la polémique sur l’abattage des animaux a pris de l’ampleur. Depuis, les vidéos chocs ne cessent de pleuvoir, la dernière en date, tournée à l’abattoir de Limoges, montre l’abattage de vaches gestantes. La polémique prend de l’ampleur et met éleveurs et abatteurs en porte-à-faux. Une commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage a ainsi été formée. Elle a rendu ses conclusions le 20 septembre dernier après six mois de travail. Ce rapport mettait en avant une volonté d’accroître les contrôles et la transparence dans les abattoirs. La commission proposait notamment de rendre obligatoire l’installation de caméras dans toutes les zones des abattoirs dans lesquelles des animaux vivants sont manipulés. La proposition a été refusée en décembre dernier par les députés.

Le bien-être animal est aussi une préoccupation pour les éleveurs et les abatteurs

Pour le grand public, les abattoirs semblent être vus comme des zones de non droit. Pourtant, les abatteurs sont soumis à une réglementation stricte censée garantir le bien-être animal. Si certains ne respectent pas cette réglementation, au risque de lourdes sanctions, la plupart des abattoirs, sont contrôlés et ne dérogent pas à cette réglementation. Lorsqu'on visite l’abattoir de Sisteron, par exemple, les animaux ne semblent pas soumis au stress ni à des souffrances inutiles. Le bien-être animal est devenu une préoccupation essentielle pour les consommateurs, mais il serait faux de penser qu’elle ne l’est pas pour les éleveurs et les abatteurs. Des éleveurs ont ainsi créé un collectif  "Quand l’abattoir vient à la ferme" afin de promouvoir l’abattage mobile à la ferme et ainsi garder un œil sur les conditions d’abattage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre