Aller au contenu principal

L’agneau de Lozère poursuit sa route

L’assemblée générale de l’association Elovel s’est déroulée en fin d’année, à Monts-de-Randon, en Lozère. Face aux nouvelles contraintes de climat, l’agneau de Lozère adapte son cahier des charges.

Voilà désormais 32 ans que l’association Elovel (pour ÉLevage Ovin et Environnement en Lozère) œuvre pour le développement de la filière ovine départementale. Et aujourd’hui, tous les voyants semblent être au vert. C’est en tout cas ce qui est ressorti lors de son assemblée générale, qui s’est déroulée le 16 décembre. « C’est une filière puissante, de qualité, et reconnue depuis 2008 grâce à l’obtention de l’Indication géographique protégée (IGP) », précise Olivier Maurin, son président.

Puissante, tout d’abord, par le nombre de ses éleveurs. La filière en compte une centaine. « Nous tenons le coup alors que la production ovine nationale a perdu 40 % de sa production en vingt ans. » Près de 12 500 agneaux IGP sont produits chaque année, en Lozère bien sûr, mais aussi dans certains départements limitrophes (Haute-Loire, Cantal et Ardèche). Côté prix, comptez 8,30 euros du kilo carcasse (départ bergerie, prix moyen pour l’année 2022).

La filière est reconnue, quant à elle, pour sa qualité et son attachement au terroir. Il faut dire que le cahier des charges est assez strict. L’agneau est tout d’abord issu d’une race locale, la Blanche du Massif central. Ce dernier est par ailleurs né, élevé et abattu sur la zone IGP. Notons aussi, entre autres exemples, l’obligation d’élevage extensif ou encore le fait que l’agneau soit non sevré lorsqu’il part à l’abattage.

Un cahier des charges mis à jour

Le cahier des charges, qui date du début des années 2000, devrait néanmoins évoluer dans les prochains mois à la demande de l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité). Parmi les changements devraient en outre figurer l’introduction d’aliments non OGM pour les agneaux (une mesure non étendue aux brebis au regard de la difficulté actuelle d’approvisionnement). Les fourrages des brebis devaient jusqu’alors provenir à 100 % de la zone IGP. Une part qui devrait tomber à 80 %. « Avec les sécheresses de 2017 et 2022, nous avons été coincés », précise Olivier Maurin. Les dispositifs agroenvironnementaux vont être intégrés. Le nombre de jours de pâturage des brebis pourrait passer à 180 jours. Enfin, la différence entre paille de paillage et paille d’alimentation devrait quant à elle être précisée.

La prédation, toujours

Une problématique a par ailleurs fait l’objet de nombreuses discussions : la prédation. D’après Olivier Maurin, 20 % des éleveurs Elovel sont aujourd’hui concernés par des attaques de loup. Dans l’assistance, plusieurs éleveurs n’ont d’ailleurs pas manqué de témoigner des mauvaises expériences qu’ils ont pu subir. « On déplore pour l’année 2022 au moins 600 victimes de la prédation dans le département de la Lozère, 300 tuées, 300 blessées. Nos troupeaux sont en permanence, ou du moins le plus possible, à l’extérieur. Ce sont donc les premières victimes, elles sont en contact direct avec les prédateurs. Cette situation est insupportable. Faire cohabiter une victime et sa proie, ça n’a jamais existé. Il faut trouver des moyens pour réguler », conclut le président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Damien Fraysse, 33 ans, se félicite de l'orientation prise par le Gaec. L'atelier laitier permettra à la sœur de celui-ci de s'installer en 2023.
Des brebis allaitantes aux laitières pour gagner plus
Francis et Damien sont les deux associés du Gaec Fraysse des Camps dans le Lot. Le père et le fils ont fait le pari, il y a deux…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Vers une réduction de statut de protection du loup
  Depuis 1992, les loups sont de retour en France. Les conséquences sur les activités d’élevage et la ruralité sont nombreuses et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre