Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Provence Alpes Côte d'Azur
La race Mérinos d'Arles exploite les grands espaces

Fréquemment rencontrée en Crau et sur les alpages de transhumance, la race Mérinos d'Arles tire ses atouts d'une rusticité démontrée sur ces pâturages du Sud-Est de la France.

La race Mérinos d'Arles est née au 19e siècle du métissage entre une race autochtone du Sud-Est et le Mérinos d'Espagne largement diffusé en Provence à partir de la bergerie impériale d'Arles dès 1804. C'est la raison pour laquelle elle est couramment appelée « la métisse ». Sa vocation première fut de produire des toisons caractérisées par une grande finesse. Voici quelques grandes étapes de son parcours.

1921 :
création du syndicat des éleveurs de Mérinos d'Arles et infusion de Mérinos du Chatillonnais pour améliorer le format ainsi que la précocité et création d´un troupeau de sélection.
1928 : gestion du troupeau de sélection confié au domaine du Merle.
1946 : création du Flock Book
1955 à 1988 : constitution d'un haras de béliers avec diffusion par location dans les élevages de PACA. Le 2 février 1978, déclaration en sous-préfecture de l'unité pour la promotion de la race, agréée le 28 avril 1980 par le ministère de l'agriculture.

 
©DR

Aptitudes générales

La race présente trois atouts majeurs :
- le désaisonnement avec lutte possible de début avril à décembre ;
- une grande rusticité : sa toison et une bonne aptitude à la marche lui permettent de mettre en valeur les zones et parcours difficiles (altitude, région sèche et grands écarts de température) ;
- une excellente toison blanche et fine.

On peut aussi mentionner son instinct grégaire facilitant sa conduite en grands troupeaux de plusieurs milliers de têtes.

 
©DR

Standard de race

Animal de petit gabarit (femelles 50/55 kg, mâles 80/85 kg), avec une toison abondante pouvant atteindre 3 kg chez les femelles et 4,5 à 5 kg chez les béliers. Cette laine recouvre tout le corps. Fermée avec des mèches tassées, carrées, et constituée d'une laine blanche avec des brins ondulés et longs, cette toison présente une finesse allant de 17 à 25 µ (moyenne 21 µ). Le mâle est traditionnellement représenté avec des cornes enroulées en spirales, mais laisse place de plus en plus à un animal sans cornes pour des raisons pratiques.

 
©DR Chaque année, 250 béliers entrent en centre d´élevage

Importance et extension

Avec un effectif de 250 000 brebis, la race Mérinos d'Arles est l'une des premières de France et la première race Mérinos d'Europe. Le berceau de la race est situé dans les Bouches du Rhône, principalement dans la région de la Crau, avec un effectif estimé à 130 000 brebis. Sa zone d'extension s'étend majoritairement en PACA.

 
©DR La race Mérinos présente une finesse de laine incomparable

Système d'élevage

Le système d´alimentation repose quasi-exclusivement sur le pâturage. Les troupeaux se déplacent au fil de l'évolution de la végétation. Seuls les agneaux mâles bénéficient d´une complémentation en fin d'engraissement.

- Grande transhumance de juin à octobre, sur tout le massif alpin.
- Crau irriguée ou prairie d´octobre à mars.
- Crau sèche ou collines de mars à juin.

La croissance observée en contrôle 10-30 jours est de 226 g pour les mâles simples et de 214 g pour les femelles simples.

En ce qui concerne la reproduction, le désaisonnement autorise deux périodes adaptées au calendrier fourrager :
- Lutte de printemps, la plus couramment utilisée dans les élevages des Bouches du Rhône et en zone de piémont.
- Lutte d´automne en zone de montagne (Alpes Maritimes, Dévoluy).
La prolificité est en moyenne de 1,18 agneau en lutte naturelle et de 1,4 agneau en IA. L´âge au premier agnelage se situe entre 18 et 24 mois ; un seul agnelage par an est le plus fréquemment pratiqué. Nous sommes dans un système extensif.

Produits d'élevage

Pour les agneaux nés à l´automne :
- vente à l´exportation à 20-24 kg vif.
- l'agneau 'gris' engraissé et commercialisé vers 15 à 17 kg de carcasse (finition en bergerie).
- le coureur sevré tardivement et vendu maigre à des engraisseurs locaux ou fini en montagne.

Pour les agneaux nés au printemps dits tardons :
- l'agneau 'gris' (élevé à l´herbe et fini en bergerie).
- l'agneau élevé en alpage vendu de septembre à novembre à l´âge de 5 à 7 mois à un poids vif de 35 à 40 kg.

Les agnelles de renouvellement. Du fait de l´utilisation du croisement industriel, la vente de femelles reproductrices de race pure conduit à un marché important de l´ordre de 10 000 têtes par an, sur des foires ou en contractualisation avec les OP ayant des élevages produisant des agneaux sous Signes Officiels de Qualité.

La laine.
Malgré ses qualités reconnues, la laine représente un faible revenu, voire une charge certaines années.

Organisation de la sélection

En 1986, l'Upra retient comme objectifs de sélection la valeur laitière des mères et la précocité. Le modèle pratiqué est celui de la sélection sur ascendance. En 2001, l´assemblée générale de l´Upra décide d´arrêter le contrôle 30/70 et de privilégier la valeur laitière.
L'Upra s´est très rapidement engagée dans le renforcement de la résistance à la tremblante, en génotypant tous les béliers de monte naturelle présents dans les élevages et tous les agneaux candidats au centre d'élevage.
Il n´y a pas de sélection sur la finesse de la laine. Pour autant, ce critère n'est pas totalement ignoré. Une analyse en laboratoire de la finesse est effectuée sur tous les béliers. Il n´est pas entré en centre d'IA de béliers ayant une finesse de laine supérieure de 3 µ à la moyenne de la bande. Sur les catalogues de vente, la valeur de la finesse de la laine est indiquée.
Sur un effectif contrôlé de 20 000 brebis, 3 000 mères à béliers sont retenues pour des accouplements raisonnés par IA, lot de lutte, ou luttes groupées.
Chaque année sur environ 1 000 mâles génotypés, 250 jeunes nés en automne entrent en centre d´élevage à la fin de février.
Au retour de transhumance, à la mi-septembre, une commission d'inscription attribue une note de standard et une note de développement. Dans la note de synthèse, la valeur laitière de l´animal compte pour 75 %. La valeur laitière moyenne des mères des béliers varie de +18 à +20 g.
Une quinzaine de béliers choisis dans le tiers supérieur de la note de synthèse entreront au centre d´IA. Une centaine seront vendus dans la base de sélection, et le reste diffusé principalement par le canal des OP de la région Paca. Il est éliminé en cours de contrôle 12 à 15 % des agneaux.
Les agnelles nées des accouplements raisonnés sont majoritairement conservées dans les élevages où 3 000 agnelles de renouvellement sont inscrites et 4 000 à 5000 sont diffusées dans des élevages adhérents à un signe officiel de qualité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre