Aller au contenu principal

La Lorraine accueille la Champagne-Ardenne pour les Ovinpiades

Avant la finale du samedi 22 février, les jeunes bergers de toute la France se sont rassemblés dans toutes les régions de France pour les Ovinpiades. Exemple en Lorraine.

Les Ovinpiades des jeunes bergers rassemblent chaque année plus de 700 élèves d'établissements agricoles âgés de 16 à 24 ans.
Les Ovinpiades des jeunes bergers rassemblent chaque année plus de 700 élèves d'établissements agricoles âgés de 16 à 24 ans.

Après les entraînements, les conseils, les révisions, des présélections, les nuits à rêver de races de brebis et à compter les moutons pour s’assoupir… le grand jour est enfin arrivé ! Le grand jour pour donner le meilleur de soi-même, rester concentré et confiant, être bienveillant avec les autres concurrents et les animaux.

Le rendez-vous est pris le mercredi 22 janvier à la Ferme de Braquemont, ferme pédagogique du campus de Mirecourt dans les Vosges, pour la 15e édition des Ovinpiades des jeunes bergers, avec la petite particularité de cette année : la Lorraine accueille la Champagne-Ardenne en son sein. Pour ce concours, ce ne sont pas moins de 80 apprenants venants de sept établissements différents qui vont donc s’opposer pour atteindre le podium. Les élèves viennent du campus de Mirecourt (88), de l’EPL de Nancy-Pixérécourt (54), des lycées agricoles de Château-Salins (57), Saint-Pouange (10) et Chaumont (52) et des Maisons familiales rurales de Vigneulles-lès-Hattonchâtel (55) et de Stenay (55).

Un jury de binôme formateur-professionnel

Après un accueil sur le site et la présentation du déroulé de la journée, les jeunes sont conviés à passer la première épreuve. Cette épreuve compte trois temps : un quiz, qui touche à la fois des connaissances théoriques sur la filière et la production ovine, puis un diaporama avec nécessité de reconnaître 20 races ovines françaises parmi la soixantaine nationale et enfin l’épreuve génétique avec notamment la lecture d’un carton de bélier.

Suite à cette première épreuve en salle, les élèves changent de tenue pour enfiler leurs équipements de protection individuelle. Ils peuvent alors se diriger vers les bergeries pour passer cette fois-ci aux épreuves pratiques : parage, appréciation de l’état de santé d’une brebis, estimation de la note d’état corporel d’une brebis et manipulation, appréciation d’agneau à l’engraissement et tri de brebis.

Les enseignants, formateurs, moniteurs qui les accompagnent sont mis à contribution pour être jury. Ils vont ainsi former des binômes avec les autres professionnels sollicités tels que les éleveurs, techniciens ovins des chambres d’agricultures et des coopératives ou associations, salariés ovins des établissements… Plus de 40 jurys vont alors se concerter et s’harmoniser autour de leurs épreuves pour être le plus impartial possible.

Bonne chance aux champions

Le repas du midi reste un temps fort apprécié pour la qualité avec ses produits locaux et surtout pour la convivialité qui en émane, l’ensemble des professionnels étant toujours très friands d’échanges et de moments partagés. Après un mot de remerciement de Nathalie Royet, directrice du campus, pour la participation des élèves, la présence des professionnels et l’organisation, la remise des prix est réalisée. Les nombreux lots apportés par les divers partenaires ravissent les jeunes…

Pour la Lorraine, c’est Vincent Frossard et Alban James, tous deux en certificat de spécialisation ovin viande au CFA-CFPPA de Mirecourt, qui arrivent en tête. Ils vont ainsi pouvoir concourir en national, au Salon de l’agriculture à Paris le samedi 22 février. Les autres membres de la promotion CSO vont naturellement venir les encourager, mais aussi défendre leur projet de web-série autour de l’élevage ovin sélectionné parmi les autres projets du Grand Est, pour les Ovinpiades collectives. Souhaitons leur plaisir et réussite. Bonne chance également aux finalistes de Champagne-Ardenne : Camille Galland en BTS PA 2e année du lycée agricole de Chaumont et Antoine Dupont en seconde professionnelle du lycée agricole de Saint-Pouange.

Une aide précieuse des CSO

Cette année encore, les apprenants en Certificat de spécialisation ovin ont offert leur contribution quant à l’organisation de cette belle manifestation et à son bon déroulement. Ainsi, les apprenants, la veille, ont agencé la bergerie avec les nombreux lots de brebis et d’agneaux nécessaires pour les diverses épreuves pratiques. Le jour même, hormis le fait de concourir pour la place de meilleur jeune berger, ils ont également guidé des groupes d’élèves afin d’assurer la fluidité de passage à ces divers ateliers pratiques. Des anciens apprenants en CSO, installées ou salariés spécialisé ovin, se sont également portés volontaires pour être jury avec leurs pairs, gage d’une belle réussite. Un jeune éleveur récemment installé, vainqueur des Ovinpiades régionales en 2017 et ancien CSO, a également mis à disposition son parc de contention mobile pour l’épreuve de tri de brebis. Tous ont été félicités pour leur disponibilité, leur dévouement à l’élevage ovin et la volonté d’en faire la promotion grâce à de telles journées de mise à l’honneur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre