Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Je me suis organisé pour travailler seul »

Jean-Paul Gayrard conduit un système ovin viande, avec trois agnelages en deux ans, qui concilie rythme de production soutenu et simplification du travail.

Barrières et portails en bois peints, sols parfaitement stabilisés… Le soin apporté à l’aménagement des abords de ferme ne manque pas d’impressionner. Jean-Paul Gayrard est éleveur à Cassagnes-Bégonhès, dans l’Aveyron. Sélectionneur dans le schéma Lacaune viande du GID (Gènes Innovation Diffusion), avec un cheptel de 480 brebis, il conduit son exploitation avec rigueur et simplicité. « Je me suis organisé pour travailler seul tout en essayant de bien travailler », dit-il. Le cheptel est conduit en trois agnelages en deux ans – avril, août et décembre – avec des lots réguliers de 240 à 260 brebis. La lutte est réglée comme une horloge. « Je travaille à 100 % en insémination artificielle avec un seul retour. En 30 jours, tout est fini. La maîtrise du système de trois agnelages en deux ans nécessite de tenir un calendrier très précis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre