Aller au contenu principal

Dany Hulin à Montmorillon, Vienne
« J’ai trouvé la race qui me convient »

Dany Hulin remplace progressivement ses brebis charollaises par des croisées limousine/suffolk.

Dany Hulin cherche à valoriser ses 100 hectares d’herbe tout en limitant le temps de travail, surtout pendant la période d'agnelage. © CS Ovin Montmorillon
Dany Hulin cherche à valoriser ses 100 hectares d’herbe tout en limitant le temps de travail, surtout pendant la période d'agnelage.
© CS Ovin Montmorillon

« Cela fait une dizaine d’années que je me suis installé suite à un parrainage avec un effectif de 500 brebis de la race charolaise. Je n’ai pas bousculé l’organisation existante de l’exploitation jusqu’à l’agrandissement en 2011. En reprenant l’exploitation voisine, je suis passé à 800 brebis et j’ai embauché un salarié afin de faire face à l’accroissement de la charge de travail. Cela m’a permis de dégager du temps pour ma vie de famille tout en m’occupant correctement des animaux et des 180 hectares de SAU.

Aujourd’hui, j’ai 750 brebis dont 550 charollaises, 200 F1 limousine/suffolk et 130 agnelles F1. L’objectif est le changement total du troupeau en F1. J’ai d’abord testé un croisement terminal charollais/suffolk : les agneaux étaient bien conformés, avec une bonne croissance mais difficile à finir à l’herbe ; je suis ensuite passé au croisement F1 limousine/suffolk. Je recherchais des animaux plus grégaires, adaptés au pâturage et valorisant la fibre. Le fait de faire un croisement entre suffolk et limousine fait bien ressortir le caractère maternel et la facilité d’agnelage de ces deux races grâce à l’effet d’hétérosis.

Du fait de leur rusticité, elles sont moins exigeantes, plus résistantes, plus autonomes et dans un meilleur respect de l’environnement. La particularité de la limousine à désaisonner naturellement permet des agnelages en décembre sans pose d’éponge. J’utilise un bélier vasectomisé pour déclencher et regrouper les chaleurs.

La suffolk apporte une meilleure conformation et une vitesse de croissance ; la limousine de la rusticité. J’ai choisi de croiser mes F1 avec des béliers charollais. Je trouve que les agneaux sont vigoureux et ont un bon démarrage. On conserve de la brebis F1 les avantages et on ramène de la conformation. Le produit terminal F2 correspond bien aux attentes de la filière locale. J’obtiens de bon résultat de classement sur la grille Europ et la majeure partie des agneaux partent sous signe officiel de qualité.

La F1 a permis par une bonne valorisation des fourrages une réduction des charges alimentaires. En particulier en fin de gestation, elles restent plus longtemps dehors. Je les rentre en bergerie au dernier moment (deux ou trois jours avant la mise bas) et, malgré un faible apport de concentrés, elles conservent un bon état corporel et bon démarrage en lactation.

Pour alléger encore la charge de travail, toutes mes agnelles nées sur l’exploitation sont vendues à la boucherie. J’ai choisi d’acheter les agnelles de renouvellement F1 âgées de 5 mois. Le marché des F1 est limité, je n’ai que deux fournisseurs réguliers, trouvés grâce à l’association Rustique avenir qui promeut les races ovines rustiques dans le bassin du Centre-Ouest. »

« Un schéma précis pour des objectifs précis »

Des béliers vasectomisés pour grouper les naissances

La vasectomie consiste à ligaturer et sectionner des canaux déférents par voie chirurgicale. L’introduction des mâles vasectomisés (après l’âge de 18 mois) avec une bonne libido, après une période de séparation longue, favorise l’apparition de l’œstrus chez les brebis. C’est « l’effet bélier ». Les béliers vasectomisés vont ainsi grouper ou induire les chaleurs. Ils sont retirés à la fin du premier cycle et remplacés au deuxième cycle par des béliers reproducteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre