Aller au contenu principal

« Gaz à effet de serre : J’ai diminué mes émissions de près de 15 % en passant à l’agriculture de conservation sur mon exploitation ovine »

Fabien Paris, éleveur ovin dans l’Allier, a mené une réflexion globale pour l’amélioration des performances environnementales de son exploitation ovine. Le passage à l’agriculture de conservation des sols a été un déclic.

« Il y a cinq ans, j’ai mené une réflexion globale sur la conduite de mon exploitation, confie Fabien Paris, polyculteur et éleveur ovin dans l’Allier. Je voulais améliorer la vie dans mes sols et je me suis donc tourné vers l’agriculture de conservation. Cela a apporté son lot de modifications dans mes pratiques, tant au niveau agronomique que zootechnique. »

Son exploitation compte 50 hectares de prairies naturelles et temporaires, dont plus de 30 hectares sont sur des sols très séchants ou en zone inondable. « Cela a une incidence sur le chargement, toutes mes parcelles sont à gérer au cas par cas. J’avais besoin de sécuriser mon système fourrager. » Fabien Paris s’est alors mis en quête d’autonomie alimentaire pour s’affranchir des achats de concentrés du commerce. Et c’est quasiment réussi aujourd’hui, avec une autonomie fourragère totale, une autonomie protéique dépassant 95 % et seuls quelques achats d’aliments par sécurité.

Des légumineuses pour remplacer les achats de concentrés

Pour améliorer la qualité du fourrage distribué, l’éleveur a fait construire une unité de séchage en grange aérovoltaïque, permettant de sécher à la fois des bottes, du vrac et du grain. « Le passage au séchage m’a permis d’intégrer des légumineuses dans mes rotations de cultures. » Fabien Paris a également pu s’affranchir de l’enrubannage grâce à la qualité supérieure du foin séché en grange, « cela évite les déchets du plastique d’emballage des bottes », apprécie l’éleveur de 52 ans.

En effet, Fabien Paris a développé l’implantation de légumineuses à hauteur de 12 à 15 hectares de luzerne et de lotier. « Le lotier est particulièrement bien adapté pour les ovins, car il fait de moins grosses tiges, il y a donc moins de tri et moins de pertes à la distribution », apprécie-t-il. Les légumineuses sont donc distribuées aussi bien aux brebis en lactation qu’aux agneaux en engraissement et l’éleveur perçoit un revenu supplémentaire en vendant le stock excédentaire.

Le stockage du carbone génère un revenu valorisant

Toutes ces réflexions et les changements de pratique mis en place ces cinq dernières années ont amené Fabien Paris à se pencher sur la question du carbone. Il s’est alors lancé, avec sa fille Julie, technicienne à la coopérative Copagno-Feder, dans un diagnostic environnemental avec Cap’2ER. Cet outil a permis de réaliser un état des lieux de l’exploitation aux niveaux des émissions de CO2 et d’identifier les modifications à apporter au système pour les réduire. « Si au démarrage l’outil génère des calculs compliqués et plutôt abstraits, le compte rendu m’a permis de visualiser les forces et les faiblesses de mon exploitation. » Les objectifs de 12 % de réduction des émissions de CO2 étaient déjà dépassés grâce aux changements antérieurs mais l’éleveur se pose désormais la question de sa capacité de stockage du carbone. « Ce serait une valorisation des efforts réalisés pour améliorer l’impact environnemental de mon exploitation et cela générerait un revenu complémentaire. »

Julie Paris, technicienne à la coopérative Copagno-Feder

« Redonner du sens au métier d’éleveur ovin en revenant aux bases »

 

 
Julie Paris, technicienne à la coopérative Copagno-Feder
Julie Paris, technicienne à la coopérative Copagno-Feder © DR

« Les changements qu’a réalisés Fabien Paris sur son exploitation n’ont pas seulement permis de réduire les émissions de CO2 et les charges d’élevage et de culture, ils ont également rendu à l’éleveur le goût de son travail. Il est en fait revenu à des principes de bases d’agronomie et de zootechnie, avec une approche globale remettant en lumière l’imbrication des différentes pratiques. Ainsi, le non-labour des sols a engendré d’une part une nette diminution du coût en carburant et le séchage en grange une plus grande flexibilité dans l’organisation du travail. L’introduction de légumineuses dans les rotations fait que l’apport en engrais est moindre et au niveau du coût d’engraissement par agneau, il est passé de 30-40 euros avec le concentré à 15-18 euros avec le lotier et la luzerne. Finalement, l’investissement élevé qu’a représenté l’unité de séchage en grange est compensé par ces économies et l’ensemble de l’exploitation, la complémentarité des ateliers a gagné en cohérence. »

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre