Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Espace rural
Inquiétante régression des prairies en France

Pas moins de 4 millions d´hectares d´herbe ont disparu en trente ans. Une prise de conscience de sa valeur agri-environnementale devient nécessaire.


Plus insidieuse que l´apparition de friches, la régression des prairies est devenue réalité. Le savent les éleveurs bretons qui ont retourné haies et bocages pour céder à l´attirance du maïs ou les éleveurs ovins de Poitou-Charentes qui se trouvent cernés par des céréaliers encouragés par les primes PAC. Mais plus grave encore, le phénomène devient communautaire et les surfaces en prairies ont régressé de 12 % dans l´Union européenne.
©J. Diependaele


Maintien en montagne
Sur l´Hexagone, la prairie concerne 34 % des surfaces. La prime à l´herbe lancée en 1993 pour le maintien des élevages extensifs a rencontré un réel succès mais cela est resté surtout perceptible en montagne. Ainsi, en Auvergne, on compte 80 % de bénéficiaires de cette prime, 55 % dans les Alpes du Nord contre 17 % seulement en Champagne-Ardenne et 3 % en Bretagne. En tout, 5 millions d´hectares ont été contractualisés. La raison : le maïs paie plus que l´herbe en terme de primes et la PHAE demeure mal adaptée à l´élevage français. Pour l´AFPF (Association française pour la production fourragère) la prairie demeure mal identifiée. Pourtant, à terme, c´est elle qui à travers les mesures agri-environnementales doit servir à protéger la ressource en eau. Il lui revient de filtrer les pollutions diverses, d´être une zone d´expansion des crues, de réguler les écoulements. La prairie doit aussi maintenir la biodiversité mais celle-ci ne bénéficie pas d´indicateurs mesurables.

C´est pourtant à travers les mesures agro-environnementales de la future PAC que seront financés les éleveurs français. Il devient donc urgent de fixer des critères permettant de connaître en quoi une prairie est redevable d´aides au maintien, à l´amélioration ou - pourquoi pas - au retournement pour le resemis.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre