Aller au contenu principal

Forte baisse des antibiotiques vétérinaires

La consommation d'antibiotiques vétérinaires a fortement baissé mais les efforts doivent se maintenir pour limiter l'antibiorésistance.  © D. Hardy
La consommation d'antibiotiques vétérinaires a fortement baissé mais les efforts doivent se maintenir pour limiter l'antibiorésistance.
© D. Hardy

En 2018, les ovins et caprins français ont consommé plus de 27 tonnes de matière active d’antibiotique selon une étude de l’Anses-ANMV. Cela représente 5,8 % des ventes ou 50 mg par kilogramme de poids vifs. Ramenés au kilo, les ovins et caprins reçoivent davantage d’antibiotiques que les bovins (15 mg/kg), les chevaux (17) ou la volaille (38) mais moins que les porcs (59), les chiens et chats (94) ou les lapins (335).

Globalement, la consommation d’antibiotique vétérinaire a baissé de 60 % en 10 ans passant de 1 170 tonnes en 2008 à 470 tonnes en 2018. L’exposition globale des animaux a, elle, baissé des deux tiers sur cette même période. Cette baisse confirme le succès du premier plan Ecoantibio de 2012-2016 et du second en cours (2017-2021).

Antibiorésistance ovine

La surveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes animales (Resapath) montre, chez les ovins, des résistances élevées vis-à-vis des antibiotiques classiques : amoxicilline 55 %, streptomycine 59 %, tétracyclines 59 %, association sulfamides-triméthoprime 39 %. La résistance au florfénicol est bien plus faible (11 %), de même que celle aux fluoroquinolones (1 à 4 %).

Globalement, les tendances à la baisse de la résistance des bactéries aux antibiotiques critiques se confirment. L’Anses-ANMV juge ces résultats « dans l’ensemble très positifs » et appelle à poursuivre les efforts en vue d’une utilisation prudente et raisonnée des antibiotiques en médecine vétérinaire.

Manifeste pour soigner avec les plantes

Le collectif « plantes en élevage » a publié un manifeste signé par 1 052 éleveurs dans l’illégalité car utilisateurs de plantes pour soigner leurs animaux. Dénonçant le « carcan réglementaire » obligeant à disposer d’une autorisation de mise sur le marché (AMM), le manifeste pointe l’impossibilité d’utiliser des orties, du romarin, du pissenlit ou de la lavande pour soigner les troupeaux. Pour sortir de cette impasse, le collectif propose une nouvelle catégorie juridique, celle de préparation naturelle traditionnelle, composée de substances naturelles à usage biostimulant. Dans son manifeste, le collectif demande aussi à pouvoir « continuer à se former, à expérimenter, échanger et débattre librement sur ces pratiques » tout en rappelant l’enjeu de lutter contre l’antibiorésistance ou contre la contamination des eaux par des médicaments chimiques de synthèse.

Plus d’infos sur plantesenelevage.fr/manifeste
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre