Aller au contenu principal

Former le lien maternel brebis-agneau grâce à la tétée

L'agneau doit téter sa mère dans les deux heures suivant sa naissance pour créer un lien avec elle.
L'agneau doit téter sa mère dans les deux heures suivant sa naissance pour créer un lien avec elle.
© D. Hardy

Une équipe de chercheurs de l’Inrae a mis en avant le rôle de la tétée dans l'établissement du lien entre les brebis et leurs agneaux. Ils ont pu montrer que l’agneau reconnaît la voix de sa mère et se rapproche d’elle de manière observable de ses 12 à 72 heures de vie. Cependant, ce sont les tétées des six premières heures de vie qui sont décisives pour ancrer le lien entre la brebis et son agneau, et éviter des heures de biberonnage au lait en poudre (dont le prix est parfois plus que problématique). Cette barrière des six heures sans tétée est également celle à ne pas franchir si l’on veut éviter la baisse de température ou les pertes de poids des agneaux. En plus de diminuer la charge d'alimentation des agneaux en période d’agnelage, on diminue ainsi le risque de maladies respiratoires ou de diarrhées. 

Ces résultats sont renforcés par des mesures du taux d’ocytocine (hormone sécrétée par le cerveau) dans le plasma sanguin des agneaux lors des expérimentations. Parmi les effets de l’ocytocine chez les agneaux, on retrouve notamment l’expression de comportements sociaux comme l’exploration de l’abdomen de la mère renforçant le lien maternel. L’étude indique qu'un pic d’ocytocine apparaît directement à la suite de la tétée chez les agneaux. L’étude met donc en évidence que pendant les six premières heures de la vie de l’agneau, la tétée déclenche la sécrétion d’ocytocine, l’agneau se sociabilise, renforce le lien avec sa mère qui l’accepte de mieux en mieux, donc il peut téter plus facilement, sécréter de l’ocytocine et ainsi de suite. 

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre