Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Ardèche, relief et moutons font bon ménage

En avril, la FNO tiendra son assemblée générale au cœur de l’Ardèche, département petit par sa taille mais grand par son agriculture.

 © T. Ruppert
© T. Ruppert

L’Ardèche accueillera début avril les moutonniers de la France entière à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération nationale ovine (FNO). « C’est le plus petit département de Rhône-Alpes mais celui qui a le plus gros cheptel ovin », rappelle Michèle Boudoin, présidente du syndicat national. Ce territoire, aux portes de la région Paca, présente une agriculture diversifiée, où quasiment toutes les productions françaises sont représentées. Qu’il s’agisse d’élevage ou de cultures, les filières sont dynamiques, avec ces 5 292 chefs d’exploitation (Agreste 2017) et la centaine d’entreprises agricoles créées chaque année sur le département. L’Ardèche draine également plus de 11 000 emplois saisonniers par an et est à l’origine de 25 produits sous indication géographique (IGP et AOP). La filière ovine est bien représentée avec un bon millier d’éleveurs ovins et un cheptel de 54 500 brebis qui produisent tous les ans près de 45 000 agneaux. En moyenne, les élevages ovins comptent une cinquantaine de brebis. Alain Crozier, président de syndicat ovin de l’Ardèche décrit l’élevage de son département : « l’élevage ovin ardéchois est traditionnel, quasiment exclusivement tourné vers le pastoralisme et l’élevage extensif. Beaucoup de fermes cumulent au moins deux ou trois productions, comme châtaigne et ovins, ou vigne et ovins. »

Sans moutons, l’Ardèche n’aurait pas ses beaux paysages

Et des moutons, il en faut, pour aller débroussailler les zones difficiles d’accès qui sont légion en Ardèche. « Sans l’action de nos troupeaux, le paysage se refermerait rapidement, alerte le président ardéchois. L’enjeu du pastoralisme dépasse le secteur agricole. Il s’agit d’écologie, d’économie et de tourisme. » D’autant que l’Ardèche est principalement en zone de montagne et que l’élevage de brebis est celui qui prospère le mieux dans cet environnement. « L’élevage ovin fait partie intégrante de la culture ardéchoise », aime à rappeler Alain Crozier. Mais celui-ci est confronté de plein fouet au réchauffement climatique, qui assèche les parcours et affaiblit économiquement les éleveurs. Le fourrage n’est pas aussi abondant qu’il y a quelques années et les concentrés ne sont pas aisés à produire dans les reliefs ardéchois. « Il nous faut trouver des moyens de nous adapter et ce, le plus rapidement possible. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre