Aller au contenu principal

En Ardèche, relief et moutons font bon ménage

En avril, la FNO tiendra son assemblée générale au cœur de l’Ardèche, département petit par sa taille mais grand par son agriculture.

 © T. Ruppert
© T. Ruppert

L’Ardèche accueillera début avril les moutonniers de la France entière à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération nationale ovine (FNO). « C’est le plus petit département de Rhône-Alpes mais celui qui a le plus gros cheptel ovin », rappelle Michèle Boudoin, présidente du syndicat national. Ce territoire, aux portes de la région Paca, présente une agriculture diversifiée, où quasiment toutes les productions françaises sont représentées. Qu’il s’agisse d’élevage ou de cultures, les filières sont dynamiques, avec ces 5 292 chefs d’exploitation (Agreste 2017) et la centaine d’entreprises agricoles créées chaque année sur le département. L’Ardèche draine également plus de 11 000 emplois saisonniers par an et est à l’origine de 25 produits sous indication géographique (IGP et AOP). La filière ovine est bien représentée avec un bon millier d’éleveurs ovins et un cheptel de 54 500 brebis qui produisent tous les ans près de 45 000 agneaux. En moyenne, les élevages ovins comptent une cinquantaine de brebis. Alain Crozier, président de syndicat ovin de l’Ardèche décrit l’élevage de son département : « l’élevage ovin ardéchois est traditionnel, quasiment exclusivement tourné vers le pastoralisme et l’élevage extensif. Beaucoup de fermes cumulent au moins deux ou trois productions, comme châtaigne et ovins, ou vigne et ovins. »

Sans moutons, l’Ardèche n’aurait pas ses beaux paysages

Et des moutons, il en faut, pour aller débroussailler les zones difficiles d’accès qui sont légion en Ardèche. « Sans l’action de nos troupeaux, le paysage se refermerait rapidement, alerte le président ardéchois. L’enjeu du pastoralisme dépasse le secteur agricole. Il s’agit d’écologie, d’économie et de tourisme. » D’autant que l’Ardèche est principalement en zone de montagne et que l’élevage de brebis est celui qui prospère le mieux dans cet environnement. « L’élevage ovin fait partie intégrante de la culture ardéchoise », aime à rappeler Alain Crozier. Mais celui-ci est confronté de plein fouet au réchauffement climatique, qui assèche les parcours et affaiblit économiquement les éleveurs. Le fourrage n’est pas aussi abondant qu’il y a quelques années et les concentrés ne sont pas aisés à produire dans les reliefs ardéchois. « Il nous faut trouver des moyens de nous adapter et ce, le plus rapidement possible. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
Le ramadan se termine le jeudi 13 mai. L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra, lui, aux alentours du lundi 19 juillet en 2021…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre