Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Eleveur ovin, un métier à conseiller aux jeunes

L'installation est toujours le nerf de la guerre pour la filière ovine. Les éleveurs réunis en conseil national ont convenu de l'urgence de développer de nouveaux outils pour aider les jeunes à s'installer.

© lgeffroy

« Il faut qu'on arrive à maintenir notre niveau de production ovine pour ne pas risquer de disparaître comme la filière chevaline », s'inquiète Frank Dieny, secrétaire général adjoint de la Fédération nationale ovine (FNO) et éleveur en Provence-Alpes-Côte d'Azur. « Carrefour et Leclerc ne doivent pas posséder la ferme France demain » estime pour sa part Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la FNSEA. Ce débat qui s'est déroulé le 13 décembre dernier à Paris, lors du conseil national de la FNO, portait sur l'installation, sujet toujours d'actualité dans la filière et sûrement encore pour un moment, car la situation est critique et le chantier ne vient que de commencer. « Comment en finir avec les ' je ne le conseille pas à quelqu'un d'autre' parfois prononcés par les éleveurs eux-mêmes ? », se demande Christophe Lenaerts du syndicat Jeunes agriculteurs, qui a créé un atelier ovin sur l'exploitation familiale dans le Gers. Car décourager d'éventuels futurs éleveurs, ce n'est évidemment pas ce qui va relancer l'installation.

Maintenant ou jamais

L'optimisme est le maître-mot pour les responsables syndicaux, car c'est maintenant ou jamais qu'il faut relancer la machine. De l'avis de tous, l'ovin présente certains avantages pour ceux qui veulent créer un atelier et il ne faut pas confondre l'installation où l'on créé une entreprise et la reprise d'une exploitation qui est plus difficile. « Avec cette production, on peut encore monter progressivement. Avoir un capital plus léger, être maître de ses dépenses » témoigne ainsi Thierry Besançon, éleveur en Bourgogne. Didier Juillard, du Jura, pense qu'on ne doit pas « travailler pour rembourser des emprunts, il faut positiver le métier. »

Mais si la création d'un atelier ovin est accessible, la transmission est plus problématique car certaines exploitations ovines existantes sont difficiles à vendre. Pour Serge Préveraud, président de la FNO, elle doit être progressive, « car il faut parfois 300 000 à 400 000 euros aujourd'hui pour s'installer ». Les banques se montrant souvent bien trop frileuses avec les projets ovins, il faut déterminer d'autres investisseurs. La FNO travaille sur le sujet.

Le syndicat avait invité Gerald Evin de la coopération maritime à cette table ronde, pour qu'il présente le travail effectué par la filière de la pêche artisanale. Afin de financer des navires donc des entreprises, celle-ci a demandé un amendement au ministère du budget à la suite de la loi TEPA de 2007 (surnommée « paquet fiscal »), qui permet une défiscalisation de 50 % à ceux qui investissent dans une petite et moyenne entreprise (PME). La FNO réfléchit au moyen de l'appliquer aux exploitations agricoles. « Il est urgent de concrétiser » a rappelé André Delpech, éleveur dans le Lot. Car si le nombre d'éleveurs continue à diminuer, il sera difficile de fournir assez d'agneaux français pour conserver les entreprises d'abattage et de transformation.

D'autant que la demande en viande ovine est encore là, mais il faut la maintenir. Et c'est de plus en plus difficile. La consommation souffre de la baisse d'importation de viande néo-zélandaise, 2011 ayant été la troisième campagne consécutive en recul avec -8.2 % d'abattages d'agneaux pour ce pays. Par exemple à Pâques, les familles ont moins consommé d'agneau que d'habitude car il y en avait moins dans les rayons des supermarchés. Les prix de l'agneau français sont certes porteurs, mais cela ne suffit plus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre