Aller au contenu principal

« Du CSO à directeur d’exploitation agricole »

Swamy Patay a suivi un certificat de spécialisation ovin à Charolles, en Saône-et-Loire et il a désormais la charge de l’exploitation d’un lycée agricole en Guadeloupe.

Swamy Patay est directeur de l'exploitation d'un lycée agricole en Guadeloupe. Pour lui, c'est le CS ovin qui lui a donné sa motivation et son ouverture d'esprit aujourd'hui.
© J. Selves Prod.

Je suis actuellement chef d’exploitation au Lycée agricole de Baie Mahault en Guadeloupe. J’ai été recruté il y a 18 mois après avoir réalisé dans ce même établissement un BTSA en Développement agriculture des régions chaudes et une licence Pro agronomie développement rural territorial pour finir mon cursus par un CS Ovin au sein du CFPPA de Charolles en 2018.

Mes missions actuelles sont communes à la plupart des postes de directeur d’exploitation agricole (DEA). J’organise et je dynamise la production sur les 30 hectares de SAU (bananes, maraîchage, cannes à sucre, ananas, camanioc, …) et les troupes bovines et porcines que compte notre exploitation. Je participe directement à la pédagogie avec le CFA – LEGTA. Je dois également faire le lien avec les différents organismes du territoire tant institutionnels, techniques, que de recherche et d’expérimentation. Enfin, j’assure les partenariats avec les universités de la métropole.

Coordinateur local des petits ruminants

Je dois néanmoins assumer ces missions dans un contexte particulier de production qu’est celui de la Guadeloupe et cibler mes actions en anticipant au mieux les tendances et évolutions de celles-ci.

En cela, le CSO m’a beaucoup apporté faisant de moi un « coordinateur » autour des questions liées aux petits ruminants (ovin ou caprin) à l’échelle locale ou auprès des différentes organisations professionnelles agricoles. Étant par ailleurs vice-président des Jeunes agriculteurs de Guadeloupe, je fais le suivi des projets d’installation en élevage ovin. Mon expérience me confère un rôle « d’expertise ».

Bientôt une installation en polyculture-élevage

Je retiendrai parmi nos projets au sein de l’établissement la mise en place d’une troupe ovine en éco pâturage, principalement dans des bananeraies, en transposant, selon ses résultats, le modèle en cours d’étude sur notre secteur.

Nous pourrons également envisager de développer à terme la vente directe de viande si les tendances de consommation se confirment à la hausse.

Enfin, le CSO m’a permis à titre personnel d’entreprendre, avec ma compagne, la création d’une exploitation avec différents ateliers que je souhaite développer un peu plus d’ici cinq ans dont bien sûr celui de l’élevage ovin avec une trentaine de reproducteurs, tout en poursuivant mon activité de DEA.

Pour conclure, je pense que l’élevage ovin à de « belles » années devant lui à l’échelle de la Guadeloupe tant dans sa dimension environnementale que dans l’aspect purement production et le fait d’avoir réalisé un CS ovin viande me permet aujourd’hui de dynamiser un peu plus la filière dans mon quotidien, lors des échanges avec les étudiants comme auprès des autres agriculteurs.

L’agriculture guadeloupéenne en bref

L’agriculture de Guadeloupe compte sur quelque 7 804 exploitations (chiffres Mémento Agreste 2020), toutes productions confondues, pour assurer sa pérennité. Le cheptel ovin totalisait 1 339 têtes en 2019, avec 650 brebis mères et 256 agnelles. Le cheptel est en baisse de 2 % entre 2018 et 2019. Cependant, les ovins enregistrent la baisse la plus petite parmi toutes les filières d’élevage (-4 % pour les bovins allaitants, -8 % pour les porcins et -15 % pour les caprins).

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre