Aller au contenu principal

Bâtiment
Bien ventiler hiver comme été

Avec le réchauffement climatique, les besoins en termes de ventilation deviennent de plus en plus
antagonistes selon les saisons. Si les moutons s’adaptent facilement aux températures froides, la majorité des bergeries n’est pas équipée pour gérer les coups de chaud.
Pourtant, une bonne ventilation des bâtiments ou des tunnels garantit le confort des animaux et
des travailleurs, tout en assurant la pérennité des installations. Et pour les salles de traite, un renouvellement d’air sans courant d’air doit aussi être assuré.

Au sommaire de ce dossier

Une bonne ventilation été comme hiver
La chèvre
Avec le réchauffement climatique, les besoins en termes de ventilation deviennent de plus en plus antagonistes selon les saisons.
En plus de permettre la ventilation, les ouvertures assurent l'entrée de lumière dans le bâtiment.  © A. Villette
Choisir son bâtiment en fonction de la ventilation
Des bâtiments étroits et dans des espaces dégagés sont plus facilement ventilés naturellement.
Des surfaces référencées pour les ouvertures ventilantes
La chèvre
Des valeurs de référence existent pour calculer les ouvertures nécessaires en fonction des types de bâtiments.
Il faut éviter de coller le bloc traite sur le long pan de la bergerie. Cela peut gêner la ventilation naturelle. © V. Bargain
Bien intégrer son bloc de traite à la bergerie
Le bloc de traite doit disposer de son propre système de ventilation et ne pas gêner les flux d’air dans les aires de logement.
Les tôles translucides sont orientées sur le versant Nord pour éviter les rayonnements solaires l’été. Le versant sud de la toiture est quant à lui recouvert d’un panneau solaire. © B. Morel
Adapter son bâtiment pour mieux gérer les chaleurs
La majorité des bergeries n’est pas équipée pour gérer les coups de chauds, lorsque la chaleur excède les 30 °C le jour et ne descend pas en dessous d
Si le bâtiment est plus ou moins rempli en fonction des saison, il est conseillé d'étudier la ventilation en fonction du nombre maximal de brebis pouvant être hébergé . © L. Geffroy
En hiver, de l’air pour évacuer l’humidité
Grâce à la chaleur produite durant la rumination, les moutons s’adaptent facilement aux températures froides.
Publicité