Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des éleveurs bretons au Pays de Galles

Dix éleveurs bretons ont passé une semaine au Pays de Galles pour découvrir l’élevage à l’herbe, la sélection génétique et la mise en marché des agneaux.

En novembre 2019, dix éleveurs ovins bretons sont partis une semaine au Pays de Galles avec l’association Agriculture paysanne, organisme de développement de la Confédération paysanne des Côtes-d’Armor. Ce projet est parti de deux constats : des installations en élevage ovin laitier ou allaitant en Bretagne qui augmentent et un manque d’expérience des acteurs techniques du territoire. Ce voyage d’étude s’est concrétisé grâce à un premier repérage et des prises de contacts sur place en 2018. « L’aperçu de pratiques galloises était très inspirant, nous avons donc souhaité approfondir les rencontres l’année suivante en mobilisant plus d’éleveurs et en découvrant des exemples concrets sur des thématiques telles que l’élevage à l’herbe, la sélection génétique et la mise en marché des agneaux », explique Kristen Bodros, éleveur ovin lait des Côtes-d’Armor. Devant l’importance de la thématique herbagère, un partenariat s’est noué avec le Cedapa, association costarmoricaine promouvant les systèmes herbagers économes et autonomes.

Des vertes prairies bien valorisées

Le choix du Pays de Galles est multiple. La région Bretagne a d’ores et déjà noué beaucoup de liens avec le Pays de Galles au travers de projet de coopération divers et son soutien au projet a été important. La tradition de l’élevage ovin est ancienne et reconnue et le contexte pédoclimatique proche de celui de la Bretagne, ainsi les différents référentiels utilisés peuvent être appliqués chez nous. L’importance de l’élevage ovin pour le Pays de Galles n’est plus à prouver ! 80 % de la surface du pays est dédiée à l’agriculture. 50 % sont constituées de prairies permanentes, 20 % de prairies naturelles à base de molinies et de landes, et les 9 % de terres arables sont principalement situées à la frontière avec l’Angleterre. Tandis qu’on y recense neuf millions de brebis (trois brebis par Gallois !). Elles sont élevées essentiellement pour la viande. La production d’agneaux est calée sur la pousse de l’herbe et la plupart naissent au printemps. Enfin, dans le contexte incertain du Brexit, les éleveurs gallois sont dans une période de doute quant à l’avenir de la filière ovine.

Nos objectifs initiaux de découverte de la filière galloise et d’appropriation de solutions techniques nouvelles ont été remplis. Reste maintenant à concrétiser cette expérience par des changements de pratiques en Bretagne et à veiller à la large diffusion des connaissances acquises car nous souhaitons que cette belle dynamique d’installations en élevage ovin se poursuive.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre