Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Dans le Rhône
Des brebis, des fruits et du temps libre...

Installé hors cadre familial, Mathieu Buffin fait partie des nouveaux installés qui ont choisi la diversification.

© ciirpo
Mathieu s’est installé en 2009 à Brussieu dans le Rhône, après un stage de pré-installation d’un an avec ses prédécesseurs, avant leur arrêt d’activité pour cause de retraite. « A l’époque, j’étais tondeur et ces éleveurs étaient des clients, explique t-il. Ils m’ont proposé la reprise de leur exploitation sur laquelle je n’ai rien modifié. » Située dans les monts du Lyonnais, la surface totale est de 25 hectares dont 0,4 hectare de fruits rouges et d’arbres fruitiers. Le troupeau se compose de 170 brebis typées Noire du Velay et F1 : Ile de France croisé Grivette. « L’élevage représente la moitié de mon chiffre d’affaires. Je vends les agneaux à l’organisation de producteurs Coopérative Ovine Rhône et Loire. Ils sont bien payés, 95 euros en moyenne en 2011 et avec un système économe en alimentation, je m’en sors bien ! »
En début d’été, une centaine de brebis partent en estives jusqu’à fin septembre. Le temps libéré est alors consacré à la cueillette des fruits et à la fabrication de 3 000 pots de confitures et de 500 demi-litres de sirop. Fraises, framboises, groseilles, rhubarbe, pêches de vigne, coings, prunes, abricots, cerises, myrtilles et mûres sauvages sont alors transformés de juillet à octobre dans l’atelier de l’exploitation.
« Je fais également des barquettes de fraises, framboises et groseilles qui sont vendues dans des paniers par l’intermédiaire d’une coopérative à Lyon. Les cédants avaient développé cette activité trois ans avant leur retraite de façon à pouvoir installer un jeune sur leur exploitation. » Les brebis mettent bas en grande majorité en janvier et février.

CENT JOURS DE TONTE PAR AN

Au printemps, Mathieu dégage du temps libre pour tondre. « Lorsque je me suis installé, j’envisageais de diminuer cette activité. Mais j’ai besoin du contact avec mes clients et continue à tondre cent jours par an. Je gagnerais ma vie sans cette activité mais cela me plait ! ». Au final, les périodes de pointe de travail ne se chevauchent jamais. Et puis, le travail est varié entre celui sur le troupeau et celui sur les fruits. Pour se faire remplacer sur l’exploitation à la journée ou bien aider à la cueillette des fruits, Mathieu embauche régulièrement deux de ses copains engagés dans des démarches d’auto-entrepreneurs.
Enfin, les brebis produisent du fumier transformé en compost indispensable pour les fruitiers. Les fraisiers sont plantés tous les deux ans sur des surfaces en herbe labourées. « Je fais ce qui me plait et gagne ma vie, conclut Mathieu. Je ne voulais pas d’une grande exploitation pour m’installer et souhaitais conserver du temps libre, entre autres pour continuer à tondre ! »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre