Aller au contenu principal

Dans le Rhône
Des brebis, des fruits et du temps libre...

Installé hors cadre familial, Mathieu Buffin fait partie des nouveaux installés qui ont choisi la diversification.

© ciirpo
Mathieu s’est installé en 2009 à Brussieu dans le Rhône, après un stage de pré-installation d’un an avec ses prédécesseurs, avant leur arrêt d’activité pour cause de retraite. « A l’époque, j’étais tondeur et ces éleveurs étaient des clients, explique t-il. Ils m’ont proposé la reprise de leur exploitation sur laquelle je n’ai rien modifié. » Située dans les monts du Lyonnais, la surface totale est de 25 hectares dont 0,4 hectare de fruits rouges et d’arbres fruitiers. Le troupeau se compose de 170 brebis typées Noire du Velay et F1 : Ile de France croisé Grivette. « L’élevage représente la moitié de mon chiffre d’affaires. Je vends les agneaux à l’organisation de producteurs Coopérative Ovine Rhône et Loire. Ils sont bien payés, 95 euros en moyenne en 2011 et avec un système économe en alimentation, je m’en sors bien ! »
En début d’été, une centaine de brebis partent en estives jusqu’à fin septembre. Le temps libéré est alors consacré à la cueillette des fruits et à la fabrication de 3 000 pots de confitures et de 500 demi-litres de sirop. Fraises, framboises, groseilles, rhubarbe, pêches de vigne, coings, prunes, abricots, cerises, myrtilles et mûres sauvages sont alors transformés de juillet à octobre dans l’atelier de l’exploitation.
« Je fais également des barquettes de fraises, framboises et groseilles qui sont vendues dans des paniers par l’intermédiaire d’une coopérative à Lyon. Les cédants avaient développé cette activité trois ans avant leur retraite de façon à pouvoir installer un jeune sur leur exploitation. » Les brebis mettent bas en grande majorité en janvier et février.

CENT JOURS DE TONTE PAR AN

Au printemps, Mathieu dégage du temps libre pour tondre. « Lorsque je me suis installé, j’envisageais de diminuer cette activité. Mais j’ai besoin du contact avec mes clients et continue à tondre cent jours par an. Je gagnerais ma vie sans cette activité mais cela me plait ! ». Au final, les périodes de pointe de travail ne se chevauchent jamais. Et puis, le travail est varié entre celui sur le troupeau et celui sur les fruits. Pour se faire remplacer sur l’exploitation à la journée ou bien aider à la cueillette des fruits, Mathieu embauche régulièrement deux de ses copains engagés dans des démarches d’auto-entrepreneurs.
Enfin, les brebis produisent du fumier transformé en compost indispensable pour les fruitiers. Les fraisiers sont plantés tous les deux ans sur des surfaces en herbe labourées. « Je fais ce qui me plait et gagne ma vie, conclut Mathieu. Je ne voulais pas d’une grande exploitation pour m’installer et souhaitais conserver du temps libre, entre autres pour continuer à tondre ! »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre