Aller au contenu principal

Dans le Rhône
Des brebis, des fruits et du temps libre...

Installé hors cadre familial, Mathieu Buffin fait partie des nouveaux installés qui ont choisi la diversification.

© ciirpo
Mathieu s’est installé en 2009 à Brussieu dans le Rhône, après un stage de pré-installation d’un an avec ses prédécesseurs, avant leur arrêt d’activité pour cause de retraite. « A l’époque, j’étais tondeur et ces éleveurs étaient des clients, explique t-il. Ils m’ont proposé la reprise de leur exploitation sur laquelle je n’ai rien modifié. » Située dans les monts du Lyonnais, la surface totale est de 25 hectares dont 0,4 hectare de fruits rouges et d’arbres fruitiers. Le troupeau se compose de 170 brebis typées Noire du Velay et F1 : Ile de France croisé Grivette. « L’élevage représente la moitié de mon chiffre d’affaires. Je vends les agneaux à l’organisation de producteurs Coopérative Ovine Rhône et Loire. Ils sont bien payés, 95 euros en moyenne en 2011 et avec un système économe en alimentation, je m’en sors bien ! »
En début d’été, une centaine de brebis partent en estives jusqu’à fin septembre. Le temps libéré est alors consacré à la cueillette des fruits et à la fabrication de 3 000 pots de confitures et de 500 demi-litres de sirop. Fraises, framboises, groseilles, rhubarbe, pêches de vigne, coings, prunes, abricots, cerises, myrtilles et mûres sauvages sont alors transformés de juillet à octobre dans l’atelier de l’exploitation.
« Je fais également des barquettes de fraises, framboises et groseilles qui sont vendues dans des paniers par l’intermédiaire d’une coopérative à Lyon. Les cédants avaient développé cette activité trois ans avant leur retraite de façon à pouvoir installer un jeune sur leur exploitation. » Les brebis mettent bas en grande majorité en janvier et février.

CENT JOURS DE TONTE PAR AN

Au printemps, Mathieu dégage du temps libre pour tondre. « Lorsque je me suis installé, j’envisageais de diminuer cette activité. Mais j’ai besoin du contact avec mes clients et continue à tondre cent jours par an. Je gagnerais ma vie sans cette activité mais cela me plait ! ». Au final, les périodes de pointe de travail ne se chevauchent jamais. Et puis, le travail est varié entre celui sur le troupeau et celui sur les fruits. Pour se faire remplacer sur l’exploitation à la journée ou bien aider à la cueillette des fruits, Mathieu embauche régulièrement deux de ses copains engagés dans des démarches d’auto-entrepreneurs.
Enfin, les brebis produisent du fumier transformé en compost indispensable pour les fruitiers. Les fraisiers sont plantés tous les deux ans sur des surfaces en herbe labourées. « Je fais ce qui me plait et gagne ma vie, conclut Mathieu. Je ne voulais pas d’une grande exploitation pour m’installer et souhaitais conserver du temps libre, entre autres pour continuer à tondre ! »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre