Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des agneaux moins craintifs si la mère est moins stressée

Des brebis stressées peuvent-elles transmettre leur peur à leurs agneaux ? C’est à cette question qu’ont tenté de répondre des chercheurs de l’Inra.

Les effets du stress sur l'agneau peuvent être plus ou moins sévères selon le tempérament de la mère.
Les effets du stress sur l'agneau peuvent être plus ou moins sévères selon le tempérament de la mère.
© J.-C. Gutner

Les résultats d’une étude sur le stress des brebis en gestation ont été présentés aux Rencontres recherche ruminants fin 2013. Leur conclusion est qu’en élevage, un stress plus ou moins prononcé, peut altérer la maturation fœtale et par la suite, affecter le développement comportemental et le bien-être des jeunes. Ces effets sont plus ou moins sévères selon le tempérament des mères.
Dans l’expérimentation mise en œuvre, quarante brebis de race romane ont été choisies sur la base de leur réactivité comportementale. La brebis est considérée comme « passive », si elle exprime un minimum de réponses comportementales ou « active », si elle vocalise et présente une agitation motrice élevée.


Les agneaux mâles moins craintifs que les femelles


Pendant le dernier tiers de la gestation, dix brebis actives et dix brebis passives étaient exposées quotidiennement, de façon imprévisible et incontrôlable, à des pratiques potentiellement contraignantes telles que l’isolement pour une intervention sanitaire, le transport en bétaillère, la pesée… tandis que des brebis témoins étaient conduites sans évènements surajoutés.
Après l’agnelage, le comportement des agneaux a été analysé. Ceux dont la mère a été exposée à des pratiques d’élevage potentiellement stressantes, se sont avérés plus craintifs que ceux des mères témoins, à un mois, avec des effets qui s’accentuent à quatre mois. L’effet tempérament de la brebis est à ajouter à ces observations. Les agneaux de brebis actives présentent en effet un stress plus important que ceux des brebis passives. Les auteurs notent néanmoins que les mâles sont moins craintifs que les femelles et cet effet est davantage observé à quatre mois qu’à un mois. Les agneaux élevés en conditions enrichies après sevrage avec la présence de ballons pour jouer, de brosses pour se gratter le dos et une distribution fractionnée et signalée de l’aliment sont moins craintifs.
Au niveau scientifique, l’explication est qu’en situation de stress chronique ou d’expositions répétées à des perturbations, une partie du cortisol maternel traverserait la barrière placentaire et pourrait affecter le développement du fœtus, notamment de l’axe corticotope, acteur majeur de la réponse aux évènements stressants.

Voir aussi l'étude sur le site de l'ANR

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre