Aller au contenu principal

Des agneaux moins craintifs si la mère est moins stressée

Des brebis stressées peuvent-elles transmettre leur peur à leurs agneaux ? C’est à cette question qu’ont tenté de répondre des chercheurs de l’Inra.

Les effets du stress sur l'agneau peuvent être plus ou moins sévères selon le tempérament de la mère.
Les effets du stress sur l'agneau peuvent être plus ou moins sévères selon le tempérament de la mère.
© J.-C. Gutner

Les résultats d’une étude sur le stress des brebis en gestation ont été présentés aux Rencontres recherche ruminants fin 2013. Leur conclusion est qu’en élevage, un stress plus ou moins prononcé, peut altérer la maturation fœtale et par la suite, affecter le développement comportemental et le bien-être des jeunes. Ces effets sont plus ou moins sévères selon le tempérament des mères.
Dans l’expérimentation mise en œuvre, quarante brebis de race romane ont été choisies sur la base de leur réactivité comportementale. La brebis est considérée comme « passive », si elle exprime un minimum de réponses comportementales ou « active », si elle vocalise et présente une agitation motrice élevée.


Les agneaux mâles moins craintifs que les femelles


Pendant le dernier tiers de la gestation, dix brebis actives et dix brebis passives étaient exposées quotidiennement, de façon imprévisible et incontrôlable, à des pratiques potentiellement contraignantes telles que l’isolement pour une intervention sanitaire, le transport en bétaillère, la pesée… tandis que des brebis témoins étaient conduites sans évènements surajoutés.
Après l’agnelage, le comportement des agneaux a été analysé. Ceux dont la mère a été exposée à des pratiques d’élevage potentiellement stressantes, se sont avérés plus craintifs que ceux des mères témoins, à un mois, avec des effets qui s’accentuent à quatre mois. L’effet tempérament de la brebis est à ajouter à ces observations. Les agneaux de brebis actives présentent en effet un stress plus important que ceux des brebis passives. Les auteurs notent néanmoins que les mâles sont moins craintifs que les femelles et cet effet est davantage observé à quatre mois qu’à un mois. Les agneaux élevés en conditions enrichies après sevrage avec la présence de ballons pour jouer, de brosses pour se gratter le dos et une distribution fractionnée et signalée de l’aliment sont moins craintifs.
Au niveau scientifique, l’explication est qu’en situation de stress chronique ou d’expositions répétées à des perturbations, une partie du cortisol maternel traverserait la barrière placentaire et pourrait affecter le développement du fœtus, notamment de l’axe corticotope, acteur majeur de la réponse aux évènements stressants.

Voir aussi l'étude sur le site de l'ANR

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre