Aller au contenu principal

De nouvelles ressources alimentaires avec le sylvopastoralisme

Le sylvopastoralisme représente un atout à la fois pour l’élevage et la mise en valeur des espaces boisés. Exemples dans le Grand Sud pastoral, à l’échelle d’une exploitation ou d’un territoire.

Dans le Grand Sud, où les surfaces boisées occupent plus d'espace que l'agriculture, le sylvopastoralisme combine deux modes de valorisation, le pâturage des troupeaux en sous-bois et les interventions sur les arbres. Les terrains boisés abritent une grande diversité de végétation, mais leur potentiel fourrager est souvent mal connu ou mal exploité en élevage. Y faire pâturer ses animaux permet pourtant de profiter de ressources alimentaires complémentaires des prairies, et précieuses notamment en cas d'aléas climatiques.

A l'échelle d'une exploitation, par des coupes d'éclaircies réalisées sur les arbres, la mise en lumière du sol peut rapidement relancer la production d'herbe et de feuillage. Cette technique permet de réduire l'apport de foin aux brebis, baisser le coût des intrants et l'éleveur peut aussi en tirer un revenu supplémentaire en produisant du bois-bûche, voire du bois d'œuvre. A l'échelle d'un territoire, une gestion sylvopastorale des massifs boisés peut s'avérer bénéfique aux éleveurs, aux collectivités locales, aux propriétaires forestiers, avec des intérêts environnementaux (amélioration du paysage, prévention des incendies, préservation de la biodiversité...).

 

Mise en marché des produits

 

Pour réussir dans cette activité d'un point de vue économique, il faut bien réfléchir à l'organisation de la mise en marché des produits sylvopastoraux. Des difficultés d'organisation, la méconnaissance ou le manque de compétences dans le domaine sylvicole sont autant d'obstacles à franchir pour ceux qui souhaitent se lancer dans le sylvopastoralisme. La forêt méditerranéenne, par ses terrains difficiles (topographie, sol, climat...) reste souvent à l'écart de la filière bois habituelle. La récolte peu mécanisable ne permet pas de sortir des produits standardisés et rentables pour les marchés classiques. Des marchés de proximité existent comme le bois‐bûche. D'autres se développent rapidement, comme la plaquette forestière. Mais seront-ils suffisamment prégnants pour permettre une utilisation durable de ces espaces ?

Aussi, il est important de réfléchir à leur valorisation. C'est dans ce contexte qu'un programme de recherche pour l'innovation sylvopastorale, piloté par l'Institut de l'Elevage, a démarré en 2007 et a permis de mettre au point en 2009, grâce au suivi de onze sites d'expérimentation dans le Grand Sud, une méthode et des outils pour une gestion efficace de ces espaces.

En savoir plus : dossier de Pâtre, juin/juillet 2010. Contact Institut de l'élevage : Marie-Sophie Bastide, 04 99 61 21 90

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre