Aller au contenu principal

De nouvelles ressources alimentaires avec le sylvopastoralisme

Le sylvopastoralisme représente un atout à la fois pour l’élevage et la mise en valeur des espaces boisés. Exemples dans le Grand Sud pastoral, à l’échelle d’une exploitation ou d’un territoire.

Dans le Grand Sud, où les surfaces boisées occupent plus d'espace que l'agriculture, le sylvopastoralisme combine deux modes de valorisation, le pâturage des troupeaux en sous-bois et les interventions sur les arbres. Les terrains boisés abritent une grande diversité de végétation, mais leur potentiel fourrager est souvent mal connu ou mal exploité en élevage. Y faire pâturer ses animaux permet pourtant de profiter de ressources alimentaires complémentaires des prairies, et précieuses notamment en cas d'aléas climatiques.

A l'échelle d'une exploitation, par des coupes d'éclaircies réalisées sur les arbres, la mise en lumière du sol peut rapidement relancer la production d'herbe et de feuillage. Cette technique permet de réduire l'apport de foin aux brebis, baisser le coût des intrants et l'éleveur peut aussi en tirer un revenu supplémentaire en produisant du bois-bûche, voire du bois d'œuvre. A l'échelle d'un territoire, une gestion sylvopastorale des massifs boisés peut s'avérer bénéfique aux éleveurs, aux collectivités locales, aux propriétaires forestiers, avec des intérêts environnementaux (amélioration du paysage, prévention des incendies, préservation de la biodiversité...).

 

Mise en marché des produits

 

Pour réussir dans cette activité d'un point de vue économique, il faut bien réfléchir à l'organisation de la mise en marché des produits sylvopastoraux. Des difficultés d'organisation, la méconnaissance ou le manque de compétences dans le domaine sylvicole sont autant d'obstacles à franchir pour ceux qui souhaitent se lancer dans le sylvopastoralisme. La forêt méditerranéenne, par ses terrains difficiles (topographie, sol, climat...) reste souvent à l'écart de la filière bois habituelle. La récolte peu mécanisable ne permet pas de sortir des produits standardisés et rentables pour les marchés classiques. Des marchés de proximité existent comme le bois‐bûche. D'autres se développent rapidement, comme la plaquette forestière. Mais seront-ils suffisamment prégnants pour permettre une utilisation durable de ces espaces ?

Aussi, il est important de réfléchir à leur valorisation. C'est dans ce contexte qu'un programme de recherche pour l'innovation sylvopastorale, piloté par l'Institut de l'Elevage, a démarré en 2007 et a permis de mettre au point en 2009, grâce au suivi de onze sites d'expérimentation dans le Grand Sud, une méthode et des outils pour une gestion efficace de ces espaces.

En savoir plus : dossier de Pâtre, juin/juillet 2010. Contact Institut de l'élevage : Marie-Sophie Bastide, 04 99 61 21 90

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre