Aller au contenu principal

De l’herbe en plus avec le pâturage en mini-parcelles

Le pâturage cellulaire ou tournant dynamique consiste à offrir une nouvelle ration d’herbe aux brebis chaque jour. Dans ce dossier, vous trouverez de nouvelles références relatives aux intérêts de cette technique en matière de rendement des prairies et de qualité de la flore.

On l’appelle techno-pâturage, techno-grazing, pâturage tournant dynamique ou cellulaire. Cette technique est basée sur le principe du fil avant/fil arrière ou sur la constitution de petits paddocks. Les brebis changent de mini-parcelles tous les uns ou deux jours. Ce mode de pâturage repose sur un principe décrit par le français André Voisin dans son ouvrage Productivité de l’herbe (1957). Selon lui, pour mieux utiliser l’herbe, il est indispensable de maximiser la photosynthèse en maintenant l’herbe au stade feuillu.

Pendant 5 ans, le pâturage cellulaire a été comparé à un pâturage tournant « classique »

En pratique, la conduite du pâturage cellulaire se caractérise par les trois règles suivantes. D’une part, le chargement instantané est très élevé (nombre de brebis à un moment donné sur la parcelle) : de 300 à 1 000 brebis par hectare. D’autre part, le temps de séjour par cellule (c’est le nom donné aux mini-parcelles) est très court : un à deux jours. Enfin, le temps de retour sur les cellules varie de 21 à 50 jours selon les saisons. En théorie, le phénomène de tri par les brebis serait ainsi limité, le pâturage plus homogène et le potentiel de la prairie mieux valorisé.

Les premières références

Les éleveurs qui ont mis en application ce mode de pâturage témoignent tous d’une amélioration de la productivité de la prairie. Pour le quantifier et déterminer si cette loi était vérifiée sur tous les types de prairies, une étude a été conduite pendant cinq ans au Centre interrégional d’information et de recherche en production ovine (Ciirpo) sur le site expérimental du Mourier. Les performances de deux mini-exploitations identiques en matière de nature des prairies et de surface (15 hectares et 150 brebis) ont alors été comparées. Les brebis étaient conduites en pâturage cellulaire sur l’une d’elle ; en pâturage tournant « classique » sur l’autre. Les niveaux de chargement instantané (nombre de brebis par hectare à un moment donné) étaient en moyenne près de quatre fois plus élevés en mode cellulaire. Dans les deux modes de pâturage, le rendement annuel des prairies et l’évolution de la composition de leur flore ont été mesurées. Les parasites internes des animaux ont été observés à la loupe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre