Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

De l’herbe en plus avec le pâturage en mini-parcelles

Le pâturage cellulaire ou tournant dynamique consiste à offrir une nouvelle ration d’herbe aux brebis chaque jour. Dans ce dossier, vous trouverez de nouvelles références relatives aux intérêts de cette technique en matière de rendement des prairies et de qualité de la flore.

On l’appelle techno-pâturage, techno-grazing, pâturage tournant dynamique ou cellulaire. Cette technique est basée sur le principe du fil avant/fil arrière ou sur la constitution de petits paddocks. Les brebis changent de mini-parcelles tous les uns ou deux jours. Ce mode de pâturage repose sur un principe décrit par le français André Voisin dans son ouvrage Productivité de l’herbe (1957). Selon lui, pour mieux utiliser l’herbe, il est indispensable de maximiser la photosynthèse en maintenant l’herbe au stade feuillu.

Pendant 5 ans, le pâturage cellulaire a été comparé à un pâturage tournant « classique »

En pratique, la conduite du pâturage cellulaire se caractérise par les trois règles suivantes. D’une part, le chargement instantané est très élevé (nombre de brebis à un moment donné sur la parcelle) : de 300 à 1 000 brebis par hectare. D’autre part, le temps de séjour par cellule (c’est le nom donné aux mini-parcelles) est très court : un à deux jours. Enfin, le temps de retour sur les cellules varie de 21 à 50 jours selon les saisons. En théorie, le phénomène de tri par les brebis serait ainsi limité, le pâturage plus homogène et le potentiel de la prairie mieux valorisé.

Les premières références

Les éleveurs qui ont mis en application ce mode de pâturage témoignent tous d’une amélioration de la productivité de la prairie. Pour le quantifier et déterminer si cette loi était vérifiée sur tous les types de prairies, une étude a été conduite pendant cinq ans au Centre interrégional d’information et de recherche en production ovine (Ciirpo) sur le site expérimental du Mourier. Les performances de deux mini-exploitations identiques en matière de nature des prairies et de surface (15 hectares et 150 brebis) ont alors été comparées. Les brebis étaient conduites en pâturage cellulaire sur l’une d’elle ; en pâturage tournant « classique » sur l’autre. Les niveaux de chargement instantané (nombre de brebis par hectare à un moment donné) étaient en moyenne près de quatre fois plus élevés en mode cellulaire. Dans les deux modes de pâturage, le rendement annuel des prairies et l’évolution de la composition de leur flore ont été mesurées. Les parasites internes des animaux ont été observés à la loupe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre