Aller au contenu principal

CS Ovin : la pépinière pour la relève

Dix centres de formations proposent désormais un certificat de spécialisation ovin. De plus en plus nombreux, ces jeunes forment un nouvel élan pour la filière.

Ils sortent de l’école avec un diplôme agricole ou bien ont déjà quelques années d’expérience derrière eux, en agriculture ou dans un autre domaine. Leur vocation, c’est de travailler avec des brebis. En viande ou bien en lait. « Je ne me sentais pas prêt à m’installer, témoigne Gilles Bourrieau. J’avais besoin de me professionnaliser ». « Mais après mon brevet de technicien supérieur, il me manquait des connaissances techniques et je ne me sentais pas du tout prête à conseiller des éleveurs », ajoute Clémence Sutra.

Pour répondre à cette demande, le certificat de spécialisation ovin a été rénové et déployé sur dix centres de formations pour adultes répartis sur toute la France. D’autres ouvriront dans les prochaines années au fil des besoins. Cette formation réalisée en continu ou bien par apprentissage est destinée aux adultes ayant un diplôme agricole en poche. Car il s’agit bien d’une spécialisation. « L’objectif est d’apporter aux apprenants une culture ovine, indique André Dirand, formateur au CFPPA de Mirecourt dans les Vosges. À l’issue des six ou huit mois pour les stagiaires ou 12 mois pour les apprentis, leur niveau d’expertise en production ovine est suffisant pour s’installer ou bien trouver un emploi spécialisé dans la filière ».

Ces trois dernières années, le nombre de candidats a doublé et de nouveaux centres ont ouvert la formation. « On a vraiment l’impression de contribuer au renouvellement des générations, témoigne André. D’ailleurs la grande majorité des apprenants ont un projet d’installation à court ou moyen terme ». Les centres de formation qui dispensent le certificat de spécialisation ovin se sont fédérés en réseau afin d’enrichir le réseau professionnel des apprenants avec des voyages d’études collectifs, des journées techniques… « On mutualise ainsi nos idées, ajoute André. D’années en années, on fait évoluer le contenu de la formation. Les offres d’emploi circulent aussi dans notre réseau pour nos apprenants qui ont terminé la formation ».

Une formation où on ne parle que d’ovins

Trois vidéos regroupant des témoignages d’apprenants du certificat de spécialisation ovin sont disponibles sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre