Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bien tondue et bien triée, la laine est mieux vendue (vidéo)

La laine est trop souvent déconsidérée par les éleveurs. Pourtant, en prenant soin de la toison, on peut espérer qu'elle soit mieux valorisée. Extrait du dossier de Pâtre de mars 2015 et vidéos d'équipements qui facilitent la tonte.

© L. Sagot

Tel le plumage d'un oiseau, la toison de la brebis comprend plusieurs missions : la protection contre le froid et les éléments naturels (pluie, vent, soleil...), la protection contre les dangers de l'environnement naturel (végétaux agressifs, écorchures...), la protection contre les prédateurs (gène à l'égorgement), et même le camouflage... Au XVIIIe siècle, lorsque la révolution industrielle arriva, l'agriculture eu besoin de nourrir une population croissante et la production de laine perdit de son intérêt. Dans le même temps, le cheptel océanique se développait et pouvait fournir une superbe laine à un coût de production très faible. Les nouvelles matières synthétiques ont aussi une grande part de responsabilité dans le déclin soudain de l'intérêt, la valeur et l'estime portés à la laine.

« Depuis des décennies, les pouvoirs publics et les politiques agricoles ont incité les éleveurs à produire de la viande au détriment de laine notamment, regrette Lionel Escoffier, président de la race Mérinos d'Arles. Cette incitation a été accentuée par l'effondrement du prix de la laine et la disparition de l'ensemble de la filière lainière française. De plus, pendant des années, il a été dit et répété aux éleveurs que leur laine ne valait plus rien et qu'on leur achetait pour les débarrasser... Les éleveurs se sont logiquement détournés de la sélection lainière et ils ont donc oublié au fil du temps Bien tondue et bien triée la laineest mieux vendue d'apporter autant d'attention à la laine que ce qu'ils peuvent en apporter à leurs agneaux. »

Mais nous tondons toujours nos brebis. Et même nos agneaux. Le fait de les tondre est d'une part essentiel à leur bonne santé et à leur bien-être (avant, ils muaient, maintenant leur laine est à croissance continue). La tonte annuelle (principalement effectuée au printemps) stimule l'appétit, élimine les parasites externes et améliore l'efficacité des traitements. Elle permet aussi une meilleure évaluation de l'état corporel et libère de la place dans les bâtiments. La tonte fournit de la laine... Et cette laine peut encore avoir un intérêt économique pour l'éleveur ou pour les négociants.

La suite dans le dossier de 10 pages de Pâtre n°622 de mars 2015

 

Vidéo de présentation de la salle de tonte

Vidéo de la barrière de tonte des Bergers du soleil

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre