Aller au contenu principal

Bien tondue et bien triée, la laine est mieux vendue (vidéo)

La laine est trop souvent déconsidérée par les éleveurs. Pourtant, en prenant soin de la toison, on peut espérer qu'elle soit mieux valorisée. Extrait du dossier de Pâtre de mars 2015 et vidéos d'équipements qui facilitent la tonte.

© L. Sagot

Tel le plumage d'un oiseau, la toison de la brebis comprend plusieurs missions : la protection contre le froid et les éléments naturels (pluie, vent, soleil...), la protection contre les dangers de l'environnement naturel (végétaux agressifs, écorchures...), la protection contre les prédateurs (gène à l'égorgement), et même le camouflage... Au XVIIIe siècle, lorsque la révolution industrielle arriva, l'agriculture eu besoin de nourrir une population croissante et la production de laine perdit de son intérêt. Dans le même temps, le cheptel océanique se développait et pouvait fournir une superbe laine à un coût de production très faible. Les nouvelles matières synthétiques ont aussi une grande part de responsabilité dans le déclin soudain de l'intérêt, la valeur et l'estime portés à la laine.

« Depuis des décennies, les pouvoirs publics et les politiques agricoles ont incité les éleveurs à produire de la viande au détriment de laine notamment, regrette Lionel Escoffier, président de la race Mérinos d'Arles. Cette incitation a été accentuée par l'effondrement du prix de la laine et la disparition de l'ensemble de la filière lainière française. De plus, pendant des années, il a été dit et répété aux éleveurs que leur laine ne valait plus rien et qu'on leur achetait pour les débarrasser... Les éleveurs se sont logiquement détournés de la sélection lainière et ils ont donc oublié au fil du temps Bien tondue et bien triée la laineest mieux vendue d'apporter autant d'attention à la laine que ce qu'ils peuvent en apporter à leurs agneaux. »

Mais nous tondons toujours nos brebis. Et même nos agneaux. Le fait de les tondre est d'une part essentiel à leur bonne santé et à leur bien-être (avant, ils muaient, maintenant leur laine est à croissance continue). La tonte annuelle (principalement effectuée au printemps) stimule l'appétit, élimine les parasites externes et améliore l'efficacité des traitements. Elle permet aussi une meilleure évaluation de l'état corporel et libère de la place dans les bâtiments. La tonte fournit de la laine... Et cette laine peut encore avoir un intérêt économique pour l'éleveur ou pour les négociants.

La suite dans le dossier de 10 pages de Pâtre n°622 de mars 2015

 

Vidéo de présentation de la salle de tonte

Vidéo de la barrière de tonte des Bergers du soleil

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre